MONDE UN DE POS­SI­BI­LI­TÉS

Éric Sal­vail en pi­lote au­to­mo­bile ma­cho? Vé­ro­nique Cloutier en ex­tra­ter­restre? Ri­ta La­fon­taine en tueuse de zom­bies? Dans le mer­veilleux monde des Sa­ti­riques, tout est pos­sible.

Le Journal de Montreal - Weekend - - TÉLÉVISION - MARC-ANDRE.LE­MIEUX@QUE­BE­COR­ME­DIA.COM Marc-André Le­mieux

Dans Les gars des vues, Pierre-Luc Gos­se­lin et Ni­cho­las Sa­vard-L’Her­bier créent de fausses bandes-an­nonces de films en plon­geant des per­son­na­li­tés connues dans des uni­vers com­plè­te­ment in­at­ten­dus. Après avoir sub­ju­gué cinq mil­lions de té­lé­spec­ta­teurs en si­gnant les ou­ver­tures des der­niers Bye Bye, ces deux maîtres des ef­fets spé­ciaux «ar­ti­sa­naux» ré­pètent leur ex­ploit en pro­po­sant leur pre­mière sé­rie, qu’ils ont tour­née au cours des der­niers mois.

«C’était la pre­mière fois qu’on cal­lait les shots, sou­ligne Ni­cho­las Sa­vardL’Her­bier. Avant, on était col­la­bo­ra­teurs. Cette fois-ci, on était les ca­pi­taines du ba­teau. On avait notre propre équipe. C’était quelque chose!»

AN­TI-CAS­TING

Les 12 pre­miers épi­sodes des Gars des vues se­ront dif­fu­sés à Té­lé-Qué­bec cet hi­ver. Chaque semaine, les Sa­ti­riques re­ce­vront un ar­tiste ai­mé du pu­blic, qu’ils ca­ta­pul­te­ront dans un long-mé­trage for­te­ment typé: hor­reur, ro­mance, ac­tion, sus­pense et même co­mé­die mu­si­cale. On parle d’an­ti-cas­ting de haut ca­libre met­tant en ve­dette des grosses poin­tures comme Charles La­for­tune ou en­core Guy A. Lepage.

Chaque épi­sode des Gars des vues est dé­cou­pé en quatre seg­ments. La de­mi­heure com­mence avec une séance de re­mue-mé­ninges du­rant la­quelle les Sa­ti­riques en­vi­sagent dif­fé­rents scé­na­rios avec leurs com­plices, les hu­mo­ristes Si­mon Gouache, Pas­cal Bar­riault et Ko­rine Cô­té.

Une fois le choix de film confir­mé, on passe au ma­king-of, étape dé­taillant la pré­pa­ra­tion de chaque in­vi­té. Pour Éric Sal­vail, on parle d’une jour­née d’en­traî­ne­ment sur le cir­cuit Gilles-Ville­neuve avec une spé­cia­liste en dé­ra­pages contrô­lés. Tout ça, pour l’ai­der à bien dé­fendre son per­son­nage de dur à cuire dans la bande-an­nonce de Pimp ta route, une pa­ro­die de films de chars comme Ra­pides et dan­ge­reux ( Fast & Fu­rious).

«Le but du show, c’est de dé­sta­bi­li­ser l’ar­tiste qu’on re­çoit, dit Pierre-Luc Gos­se­lin. On veut sor­tir les gens de leur zone de confort en leur fai­sant faire des choses qu’ils n’ont pas l’ha­bi­tude de faire.»

Dans un autre épi­sode, on ver­ra Mariloup Wolfe ap­prendre à ma­nier une épée pour jouer dans un pas­tiche de Kill Bill.

«Mariloup a tou­jours été iden­ti­fiée à des rôles de pe­tite fille, note Ni­cho­las Sa­vard-L’Her­bier. On vou­lait la mon­trer sous un nou­veau jour. On a été chan­ceux: par pur ha­sard, on a ap­pris qu’elle ai­mait beau­coup les films de Quen­tin Ta­ran­ti­no. Elle était donc très contente de notre pro­po­si­tion.»

Vient en­suite le tour­nage des dif­fé­rents ex­traits de film, qui se­ront ra­fis­to­lés en­semble pour créer une bande-an­nonce de fac­ture hol­ly­woo­dienne. Les Sa­ti­riques tournent la plu­part des scènes sur fond vert, une tech­nique qui leur per­met d’in­sé­rer plu­sieurs ef­fets spé­ciaux en post­pro­duc­tion.

En­fin, Pierre Luc-Gos­se­lin et Ni­cho­las Sa­vard-L’Her­bier concluent chaque émis­sion en dé­voi­lant la bande-an­nonce à leur in­vi­té et – consé­quem­ment – aux té­lé­spec­ta­teurs.

«Jus­qu’à pré­sent, les dé­voi­le­ments ont été de francs suc­cès, in­dique Pierre-Luc Gos­se­lin. Les ar­tistes sont tou­jours sur le cul!»

VIVE LES CLI­CHÉS

D’une du­rée de trois mi­nutes, chaque cap­sule re­quiert en­vi­ron 275 heures de mon­tage, sou­lignent Les Sa­ti­riques. Grands ama­teurs de ci­né­ma, Pierre-Luc Gos­se­lin et Ni­cho­las Sa­vard-L’Her­bier bom­bardent chaque bande-an­nonce de cli­chés propres au genre ex­plo­ré. «Pour Éric Sal­vail, ça nous pre­nait une pi­toune aux moeurs lé­gères, une trame so­nore hip-hop, un bad boy, pis des chars re­mon­tés», dé­clare Pierre-Luc Gos­se­lin. Autres exemples de sté­réo­types ty­pi­que­ment hol­ly­woo­diens? Pour un film d’hor­reur: «Une fo­rêt, un gars avec un masque, une fille qui nage toute nue, une consom­ma­tion d’al­cool avant le pre­mier meurtre, alouette!» Pour un film d’aven­ture: «Des ré­pliques pom­peuses, des ob­jets spi­ri­tuels, un aco­lyte d’ori­gine russe… La liste est longue!» lance Ni­cho­las Sa­vard-L’Her­bier. Les gars des vues à Té­lé-Qué­bec le ven­dre­di à 19 h 30 dès le 10 jan­vier.

SA­ME­DI 7 DÉ­CEMBRE 2013 E I S O T R U O C S O T O H P

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.