70 ANS ET LA GUI­TARE EN MAIN

NEW YORK | (AFP) Keith Richards, gui­ta­riste lé­gen­daire et co­fon­da­teur des Rol­ling Stones, fê­tait mer­cre­di ses 70 ans en pré­pa­rant une nou­velle tour­née avec son éter­nel com­pa­gnon de route, le non moins cé­lèbre et non moins ex­ces­sif Mick Jag­ger.

Le Journal de Montreal - Weekend - - ACTUALITÉS -

L’ex­cen­trique Keith Richards a non seule­ment cé­lé­bré ses 70 prin­temps, comme l’a fait le chan­teur des Stones fin juillet, mais aus­si ses 30 ans de ma­riage avec l’an­cien top-mo­dèle Pat­ti Han­sen, qui lui a don­né deux filles, Theo­do­ra et Alexan­dra. L’ar­tiste bri­tan­nique a éga­le­ment trois autres en­fants is­sus d’une union pré­cé­dente avec l’ac­trice ita­lienne Ani­ta Pal­len­berg.

Ban­deau au­tour de la tête, che­mise ouverte, voix ca­ver­neuse et vi­sage mar­qué par les an­nées d’ex­cès et de plai­sir: l’ap­pa­rence de Keith Richards in­carne l’es­sence même du rock and roll.

Keith Richards pré­pare en outre une énième tour­née avec ses aco­lytes des Stones, qui com­men­ce­ra le 21 fé­vrier 2014 à Abou Dha­bi, et se­ra tout sim­ple­ment bap­ti­sée: 14 on fire ( 14 en feu).

«Les gens me de­mandent: Pour­quoi tu n’ar­rêtes pas? Je crois qu’ils n’ont pas bien com­pris. Je ne fais pas ça uni­que­ment pour l’ar­gent, ni pour eux. Je le fais pour moi», écri­vait Richards dans

Life, son au­to­bio­gra­phie pu­bliée en 2010.

RÉ­VO­LU­TION­NER LA MU­SIQUE

Beau­coup d’eau a cou­lé sous les ponts de­puis que Keith a quit­té Dart­ford, lo­ca­li­té de la ban­lieue de Londres où vi­vait sa fa­mille, is­sue de la classe ou­vrière, avant de ren­con­trer en at­ten­dant le train Mick Jag­ger, qu’il connais­sait dé­jà de l’école pri­maire, et de for­mer en­semble en 1962 ce qui est au­jourd’hui l’un des groupes de rock les plus cé­lèbres au monde.

En­semble, ils vont co­écrire la grande ma­jo­ri­té des chan­sons des Stones et, en pa­ral­lèle avec leurs concur­rents des Beatles, ré­vo­lu­tion­ner la mu­sique po­pu­laire des an­nées 1960.

Richards af­fir­me­ra son style avec ses riffs lé­gen­daires, de­ve­nant gra­vé dans les mé­moires avec des titres comme Sa­tis­fac­tion, Jumping Jack Flash, Sym­pa­thy for the De­vil ou Start Me Up.

Richards et Jag­ger achè­ve­ront de peau­fi­ner leur lé­gende en met­tant en avant leur cô­té mau­vais gar­çon, sur­tout Keith: femmes, drogues, al­cool, scan­dales et autres in­car­cé­ra­tions mar­que­ront leurs an­nées 1960 et 1970, avant la mort tra­gique de l’autre gui­ta­riste fon­da­teur du groupe, Brian Jones, en 1969.

Pour beau­coup de fans, l’éter­nel re­belle Richards reste l’âme même des Stones, plus en­core que le dan­dy Mick Jag­ger.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.