100% QUÉ­BEC 100% EN FRAN­CAIS

Réa­li­ser en­tiè­re­ment à Qué­bec un film d’ani­ma­tion ca­pable de ri­va­li­ser avec les mé­ga­pro­duc­tions de Dis­ney et de Pixar? La pro­duc­trice Nan­cy Flo­rence Sa­vard et une équipe de 115 ar­tistes épar­pillés aux quatre coins de la ca­pi­tale en­tendent prou­ver que c’es

Le Journal de Montreal - Weekend - - ACTUALITÉS - Cé­dric Bé­lan­ger CEDRIC.BE­LAN­GER@QUE­BE­COR­ME­DIA.COM

Mise en images dans un style rap­pe­lant l’uni­vers de Chuck Jones, créa­teur de Vil Coyote, cette adap­ta­tion du ro­man Le coq

de San Vi­to, de Jo­hanne Mer­cier, ra­conte l’his­toire d’un vil­lage qui se re­belle contre son coq. Le pé­ché de ce­lui-ci? Ré­veiller les ha­bi­tants chaque ma­tin, à l’au­rore, pour qu’ils aillent tra­vailler.

«C’est le pre­mier long-mé­trage d’ani­ma­tion fait à 100 % à Qué­bec et le pre­mier film d’ani­ma­tion tour­né en fran­çais en ver­sion ori­gi­nale au Ca­na­da», lance fiè­re­ment Nan­cy Flo­rence Sa­vard, que nous avons ren­con­trée dans les bu­reaux de sa com­pa­gnie, Pro­duc­tions 10e Ave, à Saint-Au­gus­tin-de-Des­maures.

Pour prendre la me­sure du tour de force or­ches­tré par la pro­duc­trice et le réa­li­sa­teur du film, Pierre Gré­co, il faut savoir que Le coq de St-Vic­tor a été tour­né avec un bud­get de 2,9 M$.

Aux États-Unis, rares sont les films d’ani­ma­tion qui coûtent moins de 100 M$. Cer­tains, comme His­toire de jouets 3 ou Les ba­gnoles 2, dis­po­saient même d’une en­ve­loppe de plus de 200 M$.

«Quand j’ai men­tion­né le mon­tant à mon di­rec­teur d’ani­ma­tion chez Fri­ma, Yann Trem­blay, il a dit: Nan­cy, es-tu consciente que le bud­get que tu as pour ton film, c’est le même que les Amé­ri­cains uti­lisent pour faire leur bande-an­nonce?» lance la pro­duc­trice en riant.

COLORÉ

Les cer­veaux de 115 ar­tistes de la ré­gion de Qué­bec ont été mis à contri­bu­tion pour opé­rer ce pe­tit mi­racle, qui a pris nais­sance dans les stu­dios de Fri­ma. Une tech­nique d’ani­ma­tion em­prun­tant à la 3D, uti­li­sée no­tam­ment aux ÉtatsU­nis pour le film Ran­go, a été mise à pro­fit par les ani­ma­teurs et a don­né au Coq de St-Vic­tor l’al­lure de des­sin ani­mé re­cher­chée.

«On a trou­vé quelque chose d’ex­ces­si-ve­ment coloré. C’est char­mant et éblouis­sant. Quand ça va ar­ri­ver, en fé­vrier, au mo­ment où on est tan­nés de l’hi­ver, les gens vont le re­mar­quer», s’en­thou­siasme-t-elle.

«UNE BELLE ÉQUIPE»

En plus de l’ani­ma­tion, toute la mu­sique, les ef­fets so­nores et le mon­tage ont été conçus à Qué­bec. «On a réus­si à bâ­tir une belle équipe. On est ren­dus à 72 se­maines de tra­vail dans la ré­gion de Qué­bec pour faire ce film. En com­pa­rai­son, un tour­nage avec de vrais co­mé­diens donne du tra­vail pour 25 à 30 jours. On a des gens de par­tout. Cer­tains ar­rivent de Ca­li­for­nie. C’est struc­tu­rant pour la ré­gion de Qué­bec», sou­ligne Nan­cy Flo­rence Sa­vard. Cette der­nière es­père d’ailleurs avoir des ré­ponses po­si­tives ra­pi­de­ment de la SODEC et de Té­lé­film Ca­na­da pour en­tre­prendre son pro­chain film afin d’évi­ter que les ar­ti­sans du Coq de St-Vic­tor n’aillent tra­vailler ailleurs.

La sor­tie de la bande-an­nonce du Coq de St-Vic­tor a pi­qué la curiosité des ha­bi­tants du vé­ri­table vil­lage de Saint-Vic­tor, en Beauce. «On a re­çu des cour­riels. Ils veulent qu’on aille leur pré­sen­ter. Nous avons été très tou­chés par leur ré­ac­tion», dit Nan­cy Flo­rence Sa­vard, qui pro­met d’ac­quies­cer à leur de­mande.

LE COQ DE ST-VIC­TOR

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.