EM­MA THOMP­SON en femme dif­fi­cile

LOS AN­GELES | De­man­dez à Em­ma Thomp­son, 54 ans, pour­quoi elle a ac­cep­té le rôle de l’au­teure P.L. Tra­vers dans Sau­vons M. Banks, et l’ac­trice lau­réate de deux prix aux Os­cars vous ré­pon­dra par une ques­tion.

Le Journal de Montreal - Weekend - - CINÉMA - Mi­chael Recht­shaf­fen Agence QMI

«N’est-il pas agréable pour tous ceux qui ont été si bien éle­vés – et nous sommes tous tel­le­ment po­lis tout le temps – de voir quel­qu’un d’aus­si rude», a-t-elle de­man­dé, fai­sant ain­si ré­fé­rence au ca­rac­tère dif­fi­cile de la créa­trice de Ma­ry Pop­pins? «C’est le bon­heur, n’est-ce pas», a-t-elle ajou­té.

Dans le rôle de la femme qui a fait de la vie de Walt Dis­ney (joué par Tom Hanks) un en­fer pen­dant deux dé­cen­nies – alors que ce der­nier fai­sait des pieds et des mains pour ob­te­nir les droits d’adap­ta­tion de son ro­man à suc­cès –, Em­ma Thomp­son livre une pres­ta­tion qui est aus­si un vé­ri­table bon­heur pour les ci­né­philes. Chaque mot, chaque fron­ce­ment de sour­cil ou pin­ce­ment des lèvres de­viennent un mor­ceau à sa­vou­rer dans cette re­pré­sen­ta­tion ma­gis­trale si­gnée Em­ma Thomp­son.

Mais pour en ar­ri­ver là, il faut bos­ser sé­rieu­se­ment.

PER­SON­NA­LI­TÉ COM­PLEXE

«Elle avait une per­son­na­li­té rap­pe­lant un la­by­rinthe, dans cer­tains coins vous pou­viez faire la ren­contre d’un monstre et dans d’autres vous pou­viez re­trou­ver une sorte d’en­fant bat­tue», dit Em­ma Thomp­son au su­jet de l’écri­vaine aus­tra­lienne Pa­me­la Lyn­don Tra­vers, dé­cé­dée en 1996 à l’âge de 96 ans.

«Alors, elle était donc la com­bi­nai­son la plus ex­tra­or­di­naire de dif­fé­rentes choses. Et je sup­pose que c’est le cô­té ef­frayant, parce que dans les films nous jouons sou­vent des gens qui sont émo­tion­nel­le­ment, ou tout au moins mo­ra­le­ment in­co­hé­rents d’une cer­taine fa­çon. Vous ne sa­viez pas à quoi vous at­tendre d’un mo­ment à l’autre.»

RE­TOUR DANS LE PAS­SÉ

Cam­pée en 1961, l’ac­tion de Sau­vons M. Banks (avec des re­tours en ar­rière dans l’en­fance de P.L. Tra­vers dans la cam­pagne aus­tra­lienne au dé­but du 20e siècle) a pu re­cou­rir à des lieux de tour­nage qui n’ont guère chan­gé ces 50 der­nières an­nées. Un vrai luxe pour les pro­duc­tions et le réa­li­sa­teur John Lee Han­cock ( L’éveil d’un cham­pion).

Seules quelques acro­ba­ties cos­mé­tiques ont été né­ces­saires pour re­créer l’am- biance de 1961 sur la rue prin­ci­pale de Dis­ney­land et au Be­ver­ly Hills Ho­tel, où P.L. Tra­vers s’était ins­tal­lée pour «conseiller» Walt Dis­ney et son équipe de créa­tion.

Et au su­jet de son ap­pré­cia­tion de Sau­vons M. Banks, l’ac­trice an­glaise re­plonge sou­dai­ne­ment dans la peau de son per­son­nage. «C’est un film ab­so­lu­ment ri­di­cule», dit-elle sur un ton so­len­nel.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.