Mes en­fants, mes amours

Le Journal de Montreal - Weekend - - CINÉMA -

Pri­son­niers, pa­ru cette semaine en DVD, glace le sang. Lit­té­ra­le­ment. Ra­con­tée de main de maître par De­nis Ville­neuve ( In­cen­dies), cette his­toire d’un père aux abois (Hugh Ja­ck­man) qui kid­nappe le ra­vis­seur sup­po­sé de sa fille (Paul Da­no), convoque le sou­ve­nir d’autres films ayant abor­dé le ter­rible su­jet de l’en­lè­ve­ment d’en­fants. En voi­ci quatre aux­quels le me­su­rer… désa­van­ta­geu­se­ment, for­cé­ment.

L’ÉCHANGE

À la der­nière mi­nute, Clint East­wood ( Mil­lion Dol­lar Ba­by) avait pris le relais de son confrère Ron Ho­ward, qui de­vait réa­li­ser ce mé­lo­drame d’époque cam­pé à Los An­geles en 1928. Dans une de ses meilleures com­po­si­tions à ce jour, An­ge­li- na Jo­lie joue le rôle d’une mère cé­li­ba­taire, stan­dar­diste à la com­pa­gnie de té­lé­phone, for­cée de te­nir tête aux forces po­li­cières cor­rom­pues de la ville qui re­fusent de re­con­naître que l’en­fant qu’ils lui ont res­ti­tué n’est pas son fils, dis­pa­ru cinq mois plus tôt. S’il n’est pas plei­ne­ment sa­tis­fai­sant sur le plan du ré­cit et de la forme, le film est une mer­veille: équi­libre ha­bile entre es­thé­tisme et so­brié­té, mise en scène très soi­gnée, ma­gni­fique pho­to­gra­phie fer­tile en beaux clairs-obs­curs, etc.

LA MAI­SON SOUS LES ARBRES

Cette curiosité de 1971, un peu pas­sée à l’ou­bli, met en scène Faye Du­na­way dans la peau d’une Amé­ri­caine psy­cho­lo­gi­que­ment fra­gile vi­vant à Pa­ris avec son ma­ri (Frank Lan­gel­la) et qui, soup­çon­née par la po­lice d’avoir noyé ses deux en­fants, re­trouve des in­dices in­di­quant un en­lè­ve­ment. Le scé­na­rio n’est pas tou­jours plau­sible, mais la maî­trise tech­nique de Re­né Clé­ment ( Jeux in­ter­dits), le rythme sou­te­nu, le bon cli­mat de mys­tère, la pho­to­gra­phie soi­gnée et l’in­ter­pré­ta­tion très juste font ou­blier ce bé­mol.

LES DIS­PA­RUES

Cate Blan­chett, qu’on at­tend cette an­née dans le pe­lo­ton de tête aux Os­cars grâce à sa com­po­si­tion su­blime dans Blue Jas­mine de Woo­dy Al­len, campe dans ce wes­tern si­gné Ron Ho­ward une mère lan­cée à la recherche de sa fille kid­nap­pée par des Apaches, et qui pour y par­ve­nir ob­tient l’aide de son père (Tom­my Lee Jones), avec qui elle vient de re­nouer après des an­nées. Bien que res­pec­tant les conven­tions du genre, Ho­ward ne mé­nage au­cun ef­fort pour cé­lé­brer le cou­rage et l’in­gé­nio­si­té de son hé­roïne, brillam­ment in­ter­pré­tée par Cate Blan­chett, la trans­for­mant en une sorte d’icône fé­mi­niste plon­gée dans un en­vi­ron­ne­ment na­tu­rel hos­tile et un contexte so­cial tein­té de ma­chisme.

RAN­ÇON

Ron Ho­ward, en­core lui. Le su­jet du kid­nap­ping d’en­fants semble ob­sé­der ce­lui qui, dans la vie, est le père de quatre en­fants (dont l’ac­trice Bryce Dal­las Ho­ward). Le PDG pros­père d’une com­pa­gnie d’aviation (Mel Gib­son) voit sa vie trans­for­mée en cau­che­mar le jour où son fils est kid­nap­pé. Au centre de ce thril­ler po­li­cier se trouve une étude de ca­rac­tère sur un per­son­nage de fi­nan­cier cor­rom­pu dé­chi­ré entre son ins­tinct de pa­rent pro­tec­teur et ce­lui de né­go­cia­teur in­trai­table. Cu­rieu­se­ment, le scé­na­rio réus­sit à dé­tour­ner pro­gres­si­ve­ment les tares du pro­ta­go­niste (son égo­cen­trisme, son ma­chisme, son or­gueil) pour en faire les ca­rac­té­ris­tiques de sa force.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.