POUR LE PLAI­SIR DES PE­TITS COMME DES GRANDS

Après l’écla­tant suc­cès de l’an der­nier, voi­là que Le Grand Spec­tacle de Ge­ro­ni­mo Stil­ton dans le Royaume de la Fan­tai­sie est de re­tour au Mo­nu­ment-Na­tio­nal. Une adap­ta­tion du po­pu­laire ro­man jeu­nesse qui s’est ven­du à 85 mil­lions d’exem­plaires dans 1

Le Journal de Montreal - Weekend - - THÉÂTRE - Louise Bour­bon­nais Col­la­bo­ra­tion spé­ciale

L’adap­ta­tion de Serge Pos­ti­go du best-seller de l’au­teur Elisabetta Da­mi d’ori­gine ita­lienne, Ge­ro­ni­mo Stil­ton, en spec­tacle mu­si­cal vient de fran­chir une nou­velle étape soit celle de nous pré­sen­ter, en plus des pré­sen­ta­tions pré­vues en fran­çais, la ver­sion an­glaise, Ge­ro­ni­mo Stil­ton Live in The King­dom of Fantasy, éga­le­ment au Mo­nu­ment-Na­tio­nal.

La ver­sion an­glaise à Mon­tréal n’est que la se­conde étape du pro­jet puisque dès l’an pro­chain, l’équipe par­ti­ra pré­sen­ter ce spec­tacle à To­ron­to. «En­suite on sou­haite s’at­ta­quer à d’autres mar­chés», ré­vèle le met­teur en scène Serge Pos­ti­go.

UN HÉ­ROS AU ROYAUME DE LA FAN­TAI­SIE

Le hé­ros du spec­tacle est Ge­ro­ni­mo Stil­ton, une sou­ris géante qui sait par­ler, qui ha­bite Sou­ri­sia et qui est éga­le­ment l’édi­trice de l'Écho du ron­geur.

«Je suis de­meu­ré fi­dèle à l’oeuvre ori­gi­na- le», sou­ligne Serge Pos­ti­go qui a ini­tié le pro­jet et qui a tra­vaillé un an sur l’adap­ta­tion du spec­tacle, l’écri­ture du texte et des pa­roles des chan­sons. «Mais pour ar­ri­ver à faire un spec­tacle de deux heures, j’ai eu des choix à faire et cou­per de grandes portions du livre de près de 400 pages.» Ain­si on ver­ra Ge­ro­ni­mo Stil­ton faire des pieds et des mains pour sau­ver la reine des fées dans ce conte aux al­lures fan­tas­tiques. «Pour me­ner son pé­riple, il de­vra tra­ver­ser six royaumes avant d’ar­ri­ver au sep­tième», ra­conte le met­teur en scène. Che­min fai­sant, le hé­ros ren­con­tre­ra tout un uni­vers de per­son­nages bons et mé­chants. Sor­cières, dra­gon, si­rènes, fées et lu­tins, n’en sont que quelques-uns.

UN DÉ­FI DE TAILLE

Tout le pro­jet s’est avé­ré un dé­fi pour Serge Pos­ti­go qui s’aven­tu­rait pour la pre­mière fois dans l’uni­vers des spec­tacles jeu­nesse, mais la com­po­si­tion de la dis­tri- bu­tion a été un dé­fi sup­plé­men­taire.

«Dès le dé­part, on sa­vait que l’on pro­dui­rait ce spec­tacle en langue an­glaise», ex­plique ce­lui qui a dû dé­ni­cher des co­mé­diens com­plè­te­ment bi­lingues.

«Être bi­lingue n’était pas suf­fi­sant, on de­vait trou­ver des co­mé­diens qui n’ont au­cun ac­cent en an­glais pas plus qu’en fran­çais d’ailleurs. Ce sont tous des Qué­bé­cois dont plu­sieurs ont étu­dié ailleurs qu’au Qué­bec avec une so­lide ex­pé­rience.»

DES EF­FETS MA­GIQUES

Outre le jeu, les cho­ré­gra­phies, la qua­ran­taine de per­son­nages et les cos­tumes co­lo­rés, on a droit à une tem­pête de neige sur scène. Grâce à un sys­tème de ven­ti­la­tion, la quan­ti­té de neige est telle que l’on doit se pro­té­ger les yeux, ra­conte-t-on.

Avec l’im­po­sant bud­get d’un mil­lion de dol­lars dont on dis­po­sait, on pou­vait se per­mettre d’en mettre plein la vue.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.