ASI­LAH, la ci­té blanche

ASI­LAH, Nord du Ma­roc (dé­but dé­cembre) | Do­mi­nant l’At­lan­tique, la ci­té, toute blanche, est en­ser­rée par un rem­part de pierre ocre que do­mine une tour, haute et mas­sive, do­tée d’échau­guettes.

Le Journal de Montreal - Weekend - - VACANCES - Paul Simier Col­la­bo­ra­tion spé­ciale paul.simier@que­be­cor­me­dia.com fa­ce­book.com/ paul­si­mier

Les rem­parts mêmes ne sont pas ac­ces­sibles, mais un bas­tion don­nant sur l’océan per­met d’ap­pré­cier la po­si­tion ex­cep­tion­nelle de la ci­té et d’en dé­cou­vrir l’ali­gne­ment des fa­çades.

Bien des vi­si­teurs de pas­sage sont tom­bés sous le charme de cette pe­tite mé­di­na, à tel point qu’à pré­sent plus de la moi­tié des mai­sons sont de­ve­nues la pro­prié­té d’étran­gers et sont fer­mées en de­hors de la sai­son es­ti­vale. Seules deux mai­sons d’hôtes à sta­tut of­fi­ciel per­mettent de lo­ger à l’in­té­rieur des rem­parts.

TRAN­QUILLI­TÉ

Au­tant dire que la mé­di­na est très tran­quille en sai­son hi­ver­nale. Les heures sont ryth­mées, comme il se doit, par les ap­pels à la prière lan­cés par le muez­zin, et aus­si au pe­tit ma­tin par l’ar­ri­vée des en­fants.

La ville in­tra-mu­ros abrite en ef­fet deux écoles qui uti­lisent l’une des places comme cour de ré­créa­tion. Dans ce coin de la mé­di­na, les murs sont re­cou­verts d’oeuvres d’ar­tistes ve­nus par­ti­ci­per à un sym­po­sium, car Asi­lah re­ven­dique son sta­tut de ci­té ar­tis­tique.

Quelques peintres y ré­sident. D’autres y viennent lors des évé­ne­ments or­ga­ni­sés, les uns par les au­to­ri­tés mu­ni­ci­pales, les autres par les membres d’une dy­na­mique as­so­cia­tion tou­ris­tique lo­cale qui fait des pieds et des mains pour pou­voir à l’oc­ca­sion dis­po­ser des su­perbes lieux pa­tri­mo­niaux que l’his­toire a lais­sés à la ci­té en hé­ri­tage. Par­mi ceux-ci, il y a le su­perbe pa­lais de Rais­sou­ni qui, res­tau­ré, est ac­tuel­le­ment fer­mé, y com­pris aux vi­sites.

Le port de pêche d’Asi­lah, as­sez mo­deste, se si­tue aux abords im­mé­diats de l’une des portes de la ville close. On peut en dé­cou­vrir l’ac­ti­vi­té, y com­pris celle du pe­tit chan­tier na­val (ici, on construit en­core des barques de pêche en bois) en par­cou­rant la je­tée sur toute sa lon­gueur. Des ca­fés sont ados­sés au rem­part, que fré­quentent es­sen­tiel­le­ment les pê­cheurs.

La ville nou­velle, où se si­tuent tous les ser­vices, s’est dé­ve­lop­pée au-de­là des rem­parts. Signe de l’in­ter­na­tio­na­li­sa­tion de la pe­tite ci­té, le li­braire-mar­chand de jour­naux ins­tal­lé près de la porte de la Mon­tagne, où fi­gure en­core l’em­blème du royaume du Por­tu­gal, pro­pose des quo­ti­diens et des ma­ga­zines dans toutes les langues.

Car Asi­lah est très fré­quen­tée en sai­son de va­cances. Un énorme com­plexe do­té d’un golf et de ter­rains de ten­nis a vu le jour à la sor­tie de la ville. À quelques ki­lo­mètres vers le sud s’étend éga­le­ment la su­perbe plage de Las Cue­vas que l’on dé­crit comme cou­verte de monde en sai­son es­ti­vale.

Mal­heu­reu­se­ment, mal­gré de tels atouts, les au­to­ri­tés ne semblent au­cu­ne­ment se sou­cier de la pol­lu­tion om­ni­pré­sente gé­né­rée par le plas­tique qui s’étend sur des ki­lo­mètres jus­qu’à la mer.

1

PHO­TOS COUR­TOI­SIE, PAUL SIMIER

3 1. Asi­lah, la ci­té blanche, dans ses rem­parts por­tu­gais. 2. You­cha fait par­tie des ar­tistes d’Asi­lah.

3. La Dar Ma­na­ra, une belle mai­son d’hôtes te­nue par Ana, une sym­pa­thique Es­pa­gnole.

2

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.