À NE PAS MAN­QUER

Le Journal de Montreal - Weekend - - VACANCES -

Com­pa­rables aux «fes­ti­vals» ja­maï­cains (pâtes frites, sem­blables à un bei­gnet), les John­ny cake sont très po­pu­laires pour ac­com­pa­gner vos re­pas, à St-Mar­tin. L’his­toire ra­conte qu’à l’époque, les femmes cui­saient ou fai­saient frire la pâte (fa­rine, de la le­vure et du sucre) pour leur ma­ri, qui par­tait tra­vailler toute la jour­née. Il pou­vait être pris ra­pi­de­ment et four­nir as­sez d’éner­gie pour un re­pas au mi­lieu de la jour­née. De là son pre­mier nom, le « jour­ney cake», qui avec le temps, est de­ve­nu avec le temps le «John­ny cake». Mais n’es­sayez pas de trou­ver John­ny, ce n’est qu’une simple dé­for­ma­tion du mot John­ny! En par­lant à quelques ré­si­dents, on ap­prend que les St-Mar­ti­nois veulent tra­vailler du cô­té fran­çais pour bé­né­fi­cier de l’eu­ro, mais pré­fèrent ha­bi­ter du cô­té hol­lan­dais, pour le prix plus abor­dable des loyers. Voi­là qui ex­plique la plus grande po­pu­la­tion du cô­té hol­lan­dais, si l’on consi­dère sa plus pe­tite su­per­fi­cie. (53 km2 cô­té fran­çais et 34 km2 cô­té hol­lan­dais.)

Pour dé­cou­vrir la côte ca­ri­béenne, une ex­cur­sion en Rhi­no (pe­tit ba­teau gon­flable à mo­teur, de type zo­diac) s’im­pose. Au dé­part de Sim­sp­son Bay, où vous pour­rez voir des yachts éva­lués à plu­sieurs cen­taines de mil­lions de dol­lars, un guide vous amè­ne­ra jus­qu’à Créole Rock, si­tué dans la Ré­serve na­tu­relle de St-Mar­tin, pour quelques mi­nutes de plon­gée en apnée, où vous pour­rez contem­pler les ré­cifs de co­rail et les dif­fé­rentes es­pèces de pois­sons.

Sur la route, vous ar­rê­te­rez entre autres à Lo­ver’s Beach, la plus pe­tite de l’île, Hap­py Bay, où cer­tains nu­distes se sont ap­pro­prié une par­tie de la plage…

Re­con­nue à tra­vers le monde, la plage de Ma­ho Bay, si­tué sur le cô­té hol­lan­dais, est à quelques mètres seule­ment de l’aé­ro- port in­ter­na­tio­nal Prin­cess Ju­lia­na. En at­ter­ris­sant, notre pi­lote nous a d’ailleurs men­tion­né que la piste de St-Mar­tin était une des plus dif­fi­ciles au monde, étant don­né sa très pe­tite piste d’at­ter­ris­sage.

Chaque jour à Ma­ho Bay, on ins­crit sur un ta­bleau les heures d’ar­ri­vée des vols, qui passent très près de la plage. Dé­fi­ni­ti­ve­ment le seul en­droit dans le monde où un Boeing 747 vous pas­se­ra à quelques mètres de la tête!

Les deux ca­pi­tales, Ma­ri­got du cô­té fran­çais et Phi­lips­burg du cô­té hol­lan­dais, ont tout pour sa­tis­faire les ama­teurs de ma­ga­si­nages avec ses pe­tits mar­chés, bou­tiques et ter­rasses.

La marina de Ma­ri­got, la plus grande ville du cô­té fran­çais, at­tire quelques pê­cheurs, alors que des com­mer­çants pro­posent leurs épices de toutes sortes et leurs pro­duits mai­son. La bou­lan­ge­rie fran­çaise Sa­ra­fi­na’s est cer­tai­ne­ment l’en­droit le plus fré­quen­té de Ma­ri­got. La file d’une ving­taine de mi­nutes pour dé­gus­ter leurs pâ­tis­se­ries, sand­wichs ou crois­sants mai­son, en vaut la peine.

Les bou­tiques de luxe (dé­taxées) et les pe­tits ca­fés pul­lulent dans la ca­pi­tale néer­lan­daise de St-Mar­tin, Phi­lips­burg. Les vi­si­teurs peuvent éga­le­ment pro­fi­ter des ga­le­ries d’art, des forts his­to­riques, des ca­si­nos et du zoo, ain­si que de la plage de Great Bay et de sa pro­me­nade.

Étant don­né que le sol, trop sec, n’est pas pro­pice à l’agri­cul­ture sur l’île de St-Mar­tin, les St-Mar­ti­nois s’adonnent à la créa­tion d’épices de toutes sortes, de fruits sé­chés, de rhum et autres pro­duits aro­ma­ti­sés. À Phi­lips­burg, un dé­tour chez Ma Dou­dou s’im­pose (une autre bou­tique est aus­si si­tuée du cô­té fran­çais, dans l’ar­ron­dis­se­ment de Cul-de-sac). Vous pour­rez ain­si goû­ter aux confi­tures mai­son faites au chau­dron, aux vi­naigres et huiles aro­ma­ti­sés et aux dif­fé­rentes va­rié­tés de rhum, avant de faire votre choix. La confi­ture de Gua­va­ber­ry et le rhum ba­nane-va­nille sont dé­fi­ni­ti­ve­ment à es­sayer.

∫ Anse Mar­cel de haut: com­plè­te­ment au nord de l’île, sur le cô­té fran­çais, Anse Mar­cel offre un dé­cor à cou­per le souffle. Si­tué au mi­lieu d’une baie, dont la moi­tié est ré­ser­vée à l’hô­tel Riu Pa­lace. ∫ Peu im­porte de quel cô­té de l’île vous vous trou­vez, les «lo­los», pour «lo­cal food», offre entre autres du pou­let grillé, des côtes le­vées et du pois­son, ac­com­pa­gnés de riz ou de John­ny cake (pe­tit pain cuit ou frit). ∫ Si­tué du cô­té fran­çais, Grand Case est la place pour faire la fête en soi­rée. La rue pié­tonne offre plu­sieurs choix de pe­tits res­tau­rants, bars et bou­tiques. ∫ À St-Mar­tin, un ar­rêt dans un des ma­ga­sins Ma Dou­dou s’im­pose. Vous y dé­cou­vri­rez des pro­duits lo­caux, dont plu­sieurs types de rhums aro­ma­ti­sés, des confi­tures et vi­naigres. ∫ Se­lon plu­sieurs lo­caux, c’est en se je­tant à l’eau à par­tir de ce quai de Grand Case, que les pe­tits St-Mar­ti­nois ap­prennent à na­ger! PHO­TOS COUR­TOI­SIE

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.