RÉUNIS DE NOU­VEAU APRÈS UNE DÉ­CEN­NIE

Après avoir connu un im­mense suc­cès au dé­but des an­nées 2000, le duo Bet.e and Stef a pris une longue pause de 10 ans, avant de re­tour­ner sur les planches en 2013. Le voi­là au­jourd’hui de re­tour avec un pre­mier al­bum de­puis 2002. Le Jour­nal s’est en­tre­ten

Le Journal de Montreal - Weekend - - WEEKEND MUSIQUE - Ra­phaël Gen­dron-Mar­tin Le Jour­nal de Mon­tréal

Pour­quoi avoir fait une pause pen­dant si long­temps ?

«On ne pou­vait pas faire au­tre­ment. On en avait gran­de­ment be­soin. Du­rant la pause, on a fait d’autres al­bums ailleurs. On n’avait pas pré­vu que ça pren­drait 10 ans. Ce qui est im­por­tant, c’est qu’on a at­ten­du d’être prêt à re­prendre le col­lier. Au­jourd’hui, on n’est pas en dan­ger de se sé­pa­rer de nou­veau.»

Com­ment s’est or­ches­tré le re­tour du groupe ?

«On a sen­ti à un mo­ment don­né qu’il fal­lait qu’on se parle. On vou­lait faire le point. À par­tir de cette conver­sa­tion-là, ç’a ou­vert des portes. Stef était dé­jà im­pli­qué dans le monde de la mu­sique élec­tro­nique. On a tra­vaillé sur un Re­mix de­luxe, en de­man­dant à d’autres ar­tistes de re­faire notre mu­sique. Quand on a ap­pro­ché Uni­ver­sal, ils nous ont dit qu’ils em­bar­quaient dans le pro­jet, mais ils nous ont de­man­dé si on al­lait faire un nou­vel al­bum de com­po­si­tions ori­gi­nales. On a ac­cep­té. C’était comme de dire oui à une de­mande en ma­riage. On était prêt.»

Qu’est-ce qui avait cau­sé votre ar­rêt in­dé­ter­mi­né en 2003 ?

«Quand le suc­cès vient, ça gros­sit tout. On sen­tait à ce mo­ment-là que si on ne pre­nait pas de pause, on al­lait im­plo­ser. Même si on se fai­sait of­frir un contrat d’un de­mi­mil­lion avec Uni­ver­sal à New York. On sa­vait qu’on se met­trait le bras dans le tor­deur. On vou­lait prendre une pause pour pré­ser­ver ce qu’on avait créé.»

Qu’est-ce qui a chan­gé dans le groupe ?

«On est plus ma­tures. Ha­ha! Comme bien des gens qui partent un groupe, sou­vent ils sont ado­les­cents et ils tra­vaillent pen­dant 10 ans dans l’ombre. Quand le suc­cès frappe, c’est le fun, mais ça fait dé­jà 10 ans que t’es là-des­sus. À nos dé­buts, on était dans la ving­taine. On fai­sait de notre mieux. Mais on n’avait pas la ma­tu­ri­té qu’on a au­jourd’hui à 40 ans.»

Com­ment se sont pas­sées les deux der­nières an­nées de­puis votre re­tour ?

«Il y a eu une soixan­taine de spec­tacles, plu­sieurs salles combles. Il y a une deuxième gé­né­ra­tion de fans qui nous suivent, qui ont gran­di avec notre mu­sique. Nous avons créé le nou­vel al­bum sur scène. C’est comme si le pu­blic nous avait don­né un la­bo­ra­toire de créa­tion.»

Par­lant du pu­blic, com­ment se dé­roule la re­la­tion avec lui ?

«C’est plus fort que ja­mais. De­puis deux ans, les gens viennent nous voir après les shows pour nous dire que notre mu­sique leur a fait du bien, qu’elle les a ai­dés à tra­ver­ser des pé­riodes dif­fi­ciles. Ils nous confient des dé­tails in­times de leur vie, comme des ten­ta­tives de sui­cide, des ma­la­dies, des di­vorces. Dans le cli­mat de gra­tui­té mu­si­cale ac­tuelle, on ne se sent pas vrai­ment va­lo­ri­sé quand on donne notre meilleur ef­fort et que nos re­ve­nus di­mi­nuent de 80%. Mais la réac­tion des fans nous fait du bien.»

Le tra­vail sur le nou­vel al­bum a-t-il été sem­blable aux pré­cé­dents ?

«En fait, nous avons tra­vaillé prin­ci­pa­le­ment à trois, avec Jay At­will, notre ami gui­ta­riste et pro­duc­teur aus­tra­lien. On a tout ré­ar­ran­gé nos chan­sons pour la for­mule trio. Jay était là dès le dé­but du pro­ces­sus et on a créé cet al­bum avec lui.»

Com­ment en­tre­voyez-vous le spec­tacle ex­té­rieur au Festival de jazz de Mon­tréal cet été ?

«On voit ça ve­nir. On sait que c’est gros, mais il ne faut pas pa­ni­quer. Quand je me sens pré­pa­rée, je sais où je m’en vais et je peux me per­mettre d’avoir du fun. L’or­ga­ni­sa­tion per­met la re­laxa­tion.»

L’al­bum de Bet.e and Stef, Seeds, est pré­sen­te­ment sur le mar­ché. Le duo se pro­dui­ra au Festival in­ter­na­tio­nal de jazz de Mon­tréal le 1er juillet.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.