Re­tour à ses pre­mières AMOURS

Dis­pa­ru vo­lon­tai­re­ment des planches pen­dant presque 30 ans, Jacques Mi­chel re­vient sous les pro­jec­teurs avec un nou­vel al­bum et une tour­née qui le mè­ne­ra aux quatre coins de la pro­vince. «Quand tu n’as pas chan­té sur scène de­puis 1986, tu te de­mandes qui

Le Journal de Montreal - Weekend - - WEEKEND MUSIQUE - Ra­phaël Gen­dron-Mar­tin Le Jour­nal de Mon­tréal ra­phael.gendronmartin@que­be­cor­me­dia.com

L’ex­ci­ta­tion de Jacques Mi­chel de re­mon­ter sur les planches est très pal­pable au bout du fil, lors­qu’on le contacte pour l’en­tre­vue. L’au­teur­com­po­si­teur connu pour ses suc­cès Amène-toi chez nous, Pas be­soin de frap­per et Un nou­veau jour va se le­ver a hâte de re­trou­ver son pu­blic.

«Quand l’idée de faire une tour­née est ar­ri­vée, je pen­sais qu’on ne fe­rait que quelques soirs, sans plus, ad­met-il. Mais les pro­duc­teurs qu’on a ap­pro­chés nous ont tous dit qu’il fal­lait pré­voir une tren­taine de dates. Je ne m’at­ten­dais pas à ça.»

«Ce qui peut jouer en ma fa­veur, c’est que j’ai tou­jours joué de fa­çon hon­nête, ajoute-t-il. Je ne me suis ja­mais pris pour une star. Je n’ai ja­mais cra­ché sur mon pu­blic. Peut-être que tout ça me re­vient. Je n’en sais rien! Tout ce que je sais, c’est que les gens sont contents.»

UNE CROIX SUR LE MÉ­TIER

Jacques Mi­chel avait pour­tant mis une croix sur son mé­tier. En 1986,

après des an­nées de suc­cès, il s’était orien­té vers la scé­na­ri­sa­tion au pe­tit écran. «À l’époque, on chan­tait par­fois sur un far­dier. Je n’avais pas rê­vé de faire une car­rière comme ça.»

En 2004, fort du suc­cès de la chan­son Un nou­veau jour va se le­ver, à Star Aca­dé­mie, Jacques Mi­chel avait fait un concert à la salle Wil­frid-Pelletier, de la Place des Arts. «J’avais eu les cri­tiques les plus élo­gieuses de ma car­rière, se sou­vient-il. Je m’étais amu­sé sur scène. Mais j’avais dé­ci­dé que ce se­rait mon spec­tacle d’adieu.»

Pen­dant dix ans, il a ain­si ran­gé sa gui­tare et il s’est mis à se pro­me­ner en ba­teau, lit­té­ra­le­ment. «J’ai beau­coup na­vi­gué. J’ai vi­si­té plein de pays grâce à ça, dont la Tur­quie, la Grèce, la Si­cile et la Tu­ni­sie.»

L’ÉLÉ­MENT DÉ­CLEN­CHEUR

Puis est ar­ri­vé, l’an der­nier, le Festival des gui­tares du monde de l’Abi­ti­biTé­mis­ca­mingue. «Ils m’ont joint alors que j’étais dans les An­tilles, ra­conte-t- il. Ils m’ont in­vi­té à par­ti­ci­per au festival, à l’oc­ca­sion du dixième an­ni­ver­saire. J’ai ac­cep­té en leur pré­ci­sant tou­te­fois que je ne chan­tais plus. Mais sur place, je me suis ra­vi­sé et j’ai dé­ci­dé de faire trois chan­sons sur scène. Les or­ga­ni­sa­teurs m’ont trou­vé des mu­si­ciens ac­com­pa­gna­teurs, les frères Savard, deux ex­cel­lents gui­ta­ristes de Rouyn.»

C’est là que tout a chan­gé. «J’avais l’im­pres­sion de flot­ter sur scène. C’était un plai­sir que je n’avais ja­mais eu. Je voyais la com­pli­ci­té des deux frères, leur sou­rire, leur éner­gie. Tout ça a créé une sy­ner­gie ex­tra­or­di­naire. J’ai ado­ré ça.»

De fil en ai­guille, l’idée de faire une vé­ri­table tour­née en trio a été lan­cée. Et pour ce faire, il fal­lait avoir un nou­vel al­bum sur le mar­ché. «Comme je ne vou­lais pas me lan­cer dans l’écri­ture, j’ai pro­po­sé de re­faire mes an­ciennes chan­sons, dont cer­taines mé­con­nues, en for­mule folk acous­tique», in­dique le chan­teur. C’est ain­si qu’est né l’al­bum Un nou

veau jour. «Ça me per­met de po­ser un autre re­gard sur ce que j’ai fait», conclut Jacques Mi­chel. Le nou­vel al­bum de Jacques Mi­chel,

Un nou­veau jour, sor­ti­ra ce mar­di. L’au­teur-com­po­si­teur se­ra aus­si en spec­tacle les 19 et 20 juin, au Gesù, dans le cadre des Fran­co-Fo­lies. Pour toutes les dates: jacquesmichel.com.

Jacques Mi­chel a eu de nou­veau le coup de foudre pour la scène lors du Festival des gui­tares du monde en Abi­ti­bi-Té­mis­ca­mingue, l’an der­nier. JACQUES MI­CHEL

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.