Ju­lianne Moore en­fin os­ca­ri­sée

Le Journal de Montreal - Weekend - - WEEKEND CINÉMA -

Ju­lianne Moore a en­fin rem­por­té l’Os­car de la meilleure ac­trice pour sa per­for­mance bou­le­ver­sante dans Tou­jours Alice, dis­po­nible de­puis mar­di en DVD et sur les autres pla­te­formes de té­lé­char­ge­ment. Ce n’est que jus­tice pour cette co­mé­dienne ex­tra­or­di­naire, qui au­rait dû ob­te­nir la pré­cieuse sta­tuette bien avant, grâce à ses pres­ta­tions re­mar­quables dans ces quatre autres ex­cel­lents films, pour les­quels elle avait été mise en no­mi­na­tion.

Mediafilm

3 NUITS EN­DIA­BLÉES (BOO­GIE NIGHTS) 1997

Dans cette vi­brante évo­ca­tion de l’in­dus­trie por­no­gra­phique au tour­nant des an­nées 1980, Ju­lianne Moore in­carne une ac­trice pleine de ba­gout, qui de­vient la parte- naire de «jeu» d’un jeune éta­lon (so­lide Mark Wahl­berg). Paul Tho­mas An­der­son ( Le maître, Vice ca­ché) signe une mise en scène d’une grande vir­tuo­si­té, qui ne re­nie pas sa dette au ci­né­ma de Mar­tin Scor­sese. En no­mi­na­tion pour la meilleure ac­trice dans un se­cond rôle, Ju­lianne est coiffée au po­teau par Kim Ba­sin­ger, in­ou­bliable il est vrai en vamp vo­lup­tueuse dans Los An­geles in­ter­dite.

3 LA FIN D’UNE LIAI­SON

(THE END OF THE AF­FAIR) 1999

En 1946 à Londres, un écri­vain (Ralph Fiennes, fié­vreux) cherche à connaître les rai­sons qui ont pous­sé sa maî­tresse à rompre avec lui deux ans plus tôt. - Neil Jor­dan ( En­tre­tien avec un vam­pire) se sur­passe avec cette adap­ta­tion luxueuse et sen­sible du ro­man qua­si au­to­bio­gra­phique de Graham Greene, récit d’un amour pas- sion­né, dans le­quel le sa­cré in­ter­vient de fa­çon puis­sante. In­tense dans le rôle de la maî­tresse, Ju­lianne a cette fois per­du la sta­tuette aux mains de Hi­la­ry Swank, elle aus­si ex­cel­lente dans Les gar­çons ne pleu

rent pas.

3 LES HEURES (THE HOURS) 2002

À des époques dif­fé­rentes, trois femmes - la ro­man­cière Vir­gi­nia Woolf en 1923, une mère de fa­mille en 1951 et une édi­trice en 2002 - vivent une jour­née qui les amène à réa­li­ser à quel point leur exis­tence est déses­pé­rante. - Réa­li­sée avec in­tel­li­gence par Ste­phen Dal­dry ( Le li­seur), cette adap­ta­tion fi­dèle du livre de Mi­chael Cun­nin­gham for­mule une ré­flexion émou­vante sur la dif­fi­cul­té de don­ner un sens à sa vie. In­car­nant une Vir­gi­nia Woolf plus vraie que na­ture, Ni­cole Kid­man dé­croche l’Os­car, alors que Ju­lianne Moore, dans le rôle de la mé­na­gère des an­nées 1950, échappe ce­lui de l’ac­trice dans un se­cond rôle, qui échoit à Ca­the­rine Ze­ta Jones ( Chicago).

2 LOIN DU PA­RA­DIS (FAR FROM HEA­VEN) 2002

En 1957, une mère de fa­mille bour­geoise, qui a sur­pris son ma­ri avec un autre homme, trouve ré­con­fort au­près de son jar­di­nier noir. - Avec une élé­gance et un raf­fi­ne­ment re­mar­quables, Todd Haynes ( I’m Not There - Les vies de Bob Dy­lan) imite l’es­thé­tique à la fois ri­gou­reuse et somp­tueuse des mé­lo­drames en Tech­ni­co­lor de Dou­glas Sirk, pour bros­ser un por­trait su­per­be­ment évo­ca­teur de la so­cié­té amé­ri­caine des an­nées 1950. Au som­met de son art, Ju­lianne Moore, éga­le­ment en no­mi­na­tion pour l’Os­car de la meilleure ac­trice en cette an­née 2002 a, comme on l’a vu, mor­du la pous­sière contre Ni­cole Kid­man. Elle n’avait pas dit son der­nier mot...

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.