SU­CRÉ SA­LÉ

Pa­trice Bé­lan­ger res­sent la pres­sion. Et pour cause. Prendre la barre d’une émis­sion qui roule bien de­puis 13 ans n’est pas une mince af­faire. En en­tre­vue, le nou­vel ani­ma­teur de Su­cré sa­lé com­pare – avec hu­mour – sa si­tua­tion à celle d’un joueur de hocke

Le Journal de Montreal - Weekend - - WEEKEND TÉLÉVISION - Marc-An­dré Le­mieux MARC-ANDRE.LE­MIEUX@QUE­BE­COR­ME­DIA.COM

De na­ture com­pé­ti­tive, Pa­trice Bé­lan­ger? Oh que oui. Ses pas­sages re­mar­qués comme concur­rent ve­dette dans di­vers quiz té­lé ( Py­ra­mide, Privé de sens) le prouvent hors de tout doute rai­son­nable. Pa­trice Bé­lan­ger aime «per­for­mer». Voi­là pour­quoi il re­gar­de­ra les cotes d’écoute de Su­cré sa­lé avec at­ten­tion au cours des se­maines à ve­nir.

L’été der­nier, Guy Jo­doin ral­liait en moyenne 654 000 té­lé­spec­ta­teurs par émis­sion. Son suc­ces­seur sou­haite évi­dem­ment ac­co­ter ces ré­sul­tats… si­non les dé­pas­ser.

«Oui, je suis du style à al­ler voir les cotes d’écoute après chaque émis­sion, avoue le prin­ci­pal in­té­res­sé. Mais elles ne peuvent pas être mon seul ba­rème, mon seul guide... C’est un élé­ment im­por­tant par­mi d’autres. Les joueurs de ho­ckey peuvent en té­moi­gner. Les sta­tis­tiques ne re­flètent pas tou­jours tes per­for­mances sur la glace. Tu peux connaître un bon match et avoir ai­dé ton équipe à ga­gner sans né­ces­sai­re­ment voir ton nom ap­pa­raître dans la co­lonne des points.»

Vi­si­ble­ment ama­teur de mé­ta­phores spor­tives, Pa­trice Bé­lan­ger se nour­rit des at­tentes pour re­pous­ser ses propres li­mites. «J’ad­mire les ath­lètes qui élèvent leur ni­veau de jeu d’un cran quand l’en­jeu est plus grand. J’ose es­pé­rer avoir fait la même chose de­puis le dé­but des en­re­gis­tre­ments. Parce que Su­cré sa­lé, c’est un show que j’ai tou­jours re­gar­dé comme té­lé­spec­ta­teur. Si ça n’avait pas été moi, le rem­pla­çant de Guy Jo­doin, j’au­rais été de­vant ma té­lé lun­di pro­chain pour voir com­ment la nou­velle per­sonne se se­rait dé­brouillée.»

MAIN­TE­NIR LE RYTHME

Pa­trice Bé­lan­ger, qui conti­nue­ra de ré­veiller les au­di­teurs du 96,9 CKOI à Mon­tréal jus­qu’au 12 juin, a com­men­cé les tour­nages de Su­cré sa­lé (son «ma­ra­thon») le mois der­nier, au len­de­main du Ga­la Ar­tis. Pour le mo­ment, tout semble bien se pas­ser. L’ani­ma­teur main­tient le rythme et jongle du mieux qu’il peut entre tra­vail et fa­mille.

« Su­cré sa­lé, c’est deux en­tre­vues, donc deux tour­nages, par jour. Le soir, je dois pré­pa­rer ceux du len­de­main. Ça fait des jour­nées bien rem­plies. Mais cet été, je veux m’as­su­rer d’avoir des cases ho­raires ré­ser­vées à ma fa­mille et mes amis. Parce que l’été, c’est sy­no­nyme de pis­cine, de bar­be­cue, de crème gla­cée, de va­cances… Je ne veux pas man­quer ça.»

LA MÊME ES­SENCE

Pa­trice Bé­lan­ger in­siste: Su­cré sa­lé ne chan­ge­ra pas du tout au tout parce qu’il est do­ré­na­vant au vo­lant. L’émis­sion au­ra certes une cou­leur dif­fé­rente, mais son es­sence res­te­ra.

«Je veux que Su­cré sa­lé de­meure le show cultu­rel par ex­cel­lence, dé­clare l’ani­ma­teur. Je veux aus­si qu’on puisse y voir de bonnes en­tre­vues. Je me sou­viens d’avoir fait par­tie des in­vi­tés. On pas­sait tou­jours un beau mo- ment avec Guy. C’était des mo­ments de ja­sette na­tu­rels. C’est ce que je veux es­sayer de re­créer: des éclats de rire, des trucs com­plè­te­ment fous… et même des mo­ments d’émo­tion. Ce n’est pas quelque chose qui m’ef­fraie. Ce n’est pas parce que Su­cré sa­lé est un show d’été qu’il faut que ça soit juste plas­tique, barbe à papa, “on va faire du pé­da­lo”! Il faut aus­si des confi­dences, des mo­ments plus tou­chants, etc. J’ose es­pé­rer en re­trou­ver dans chaque en­tre­vue. Je ne vais pas cou­rir pas après la larme. Pas du tout. Mais tant mieux si ça ar­rive.»

Cet été, Pa­trice Bé­lan­ger pro­met d’in­vi­ter des grosses poin­tures (des en­tre­vues avec Louis-Jo­sé Houde et Ariane Mof­fatt sont dé­jà en boîte), mais éga­le­ment des ar­tistes en pleine as­cen­sion, comme Phil Roy et Sal­ly Folk. «Je veux ren­con­trer des ar­tistes im­men­sé­ment connus, mais je veux aus­si qu’on dé­couvre de nou­veaux vi­sages en hu­mour, en té­lé, en ci­né­ma et en théâtre.»

Par­lant de nou­veaux vi­sages, de nou­veaux chro­ni­queurs fe­ront leurs dé­buts dans l’émis­sion, comme Ta- tia­na Po­le­voy, Ma­rie-Jo­sée Gauvin (une col­lègue de Pa­trice à CKOI), Va­nes­sa Pi­lon et Tam­my Verge. Ils se join­dront au groupe de 2014, com­po­sé de Bryan Au­det, Da­vid Ber­nard, Jé­ré­my De­may, Var­da Étienne, An­nie-So­leil Pro­teau, Fran­cis­co Ran­dez, To­bie Bu­reau-Huot, Ju­lie St-Pierre et Va­lé­rie Che­va­lier.

«Je ne suis pas seul dans cette aven­ture, dit Pa­trice Bé­lan­ger. Et j’ai beau­coup de fun à pa­tau­ger là-de­dans.»

J’es­père que les té­lé­spec­ta­teurs vont m’adop­ter et ou­blier Guy (Jo­doin). J’es­père qu’ils vont se dire : “C’est main­te­nant le show de Pa­trice Bé­lan­ger.”

– PA­TRICE BÉ­LAN­GER

Pa­trice Bé­lan­ger prend la suc­ces­sion de Guy Jo­doin. Pa­trice Bé­lan­ger anime la 14e sai­son de Su­cré sa­lé du lun­di au ven­dre­di à 18 h 30 à TVA (en re­dif­fu­sion à 22 h 35)

L ES EN­TRE­VUES

DU

SA­ME­DI

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.