ABA­NO TERME,

ABA­NO TERME, Vé­né­tie (Ita­lie) | Vers l’ouest, l’ho­ri­zon est bar­ré par une suc­ces­sion de col­lines ar­ron­dies et ver­doyantes. De ces col­lines Eu­ga­néennes, d’ori­gine vol­ca­nique, sur­gissent les sources d’eau ther­male chaude uti­li­sée ici de­puis plus de 2000 ans

Le Journal de Montreal - Weekend - - VACANCES -

De l’An­ti­qui­té, il ne reste que quelques ves­tiges d’une villa ro­maine, de thermes et des élé­ments du sys­tème d’ad­duc­tion d’eau. Lors de l’ex­pan­sion hô­te­lière qui a mar­qué les len­de­mains de la Se­conde Guerre mon­diale, il semble que l’on ne se soit pas trop em­bar­ras­sé de pré­ser­ver cet hé­ri­tage his­to­rique.

La pe­tite ci­té de Aba­no, comme sa voi­sine im­mé­diate Mon­te­grot­to, ne vit que de thermalisme, des trai­te­ments de remise en forme de tous genres. Prin­ci­pale sta­tion ita­lienne de ce type, elle fi­gure par­mi les centres ther­maux les plus re­cher­chés d’Eu­rope. Les deux villes, dont la po­pu­la­tion se si­tue au­tour de 30 000 ha­bi­tants, to­ta­lisent en­vi­ron 130 hô­tels, cha­cun ali­men­té par une source d’eau ther­male.

Contrai­re­ment à d’autres sta­tions ther­males eu­ro­péennes qui ne pos­sèdent qu’un seul centre de trai­te­ment cen­tral, les ré­si­dants peuvent donc ici ac­cé­der di­rec­te­ment, en pei­gnoir, aux salles de soins et aux pis­cines sans avoir à sor­tir de leur hô­tel.

Les tou­ristes viennent à Aba­no Terme avant tout pour se re­po­ser et se remettre en forme. Leur sont pro­po­sés des trai­te­ments ré­gé­né­ra­teurs ba­sés en pre­mier lieu sur la qua­li­té par­ti­cu­lière de l’eau na­tu­rel­le­ment en­ri­chie par l’ac­ti­vi­té vol­ca­nique pas­sée.

À l’hô­tel In­ter­na­zio­nale, par exemple, cette eau qui jaillit à 80o C, ra­me­née sen­si­ble­ment à la tem­pé­ra­ture du corps, se re­trouve dans les deux pis­cines com­mu­ni­cantes, dont l’une est cou­verte. La grotte amé­na­gée à l’in­té­rieur de l’hô­tel qui fait fonc­tion de ham­mam uti­lise aus­si cette eau. L’eau na­tu­rel­le­ment chaude sert éga­le­ment à chauf­fer l’éta­blis­se­ment du­rant la sai­son hi­ver­nale.

L’autre type de trai­te­ment par­ti­cu­lier pro­po­sé dans les centres ther­maux des hô­tels est l’en­ve­lop­pe­ment des cu­ristes à l’aide de boue vol­ca­nique, dont on vante les ver­tus.

En ma­tière de cures et de trai­te­ments, la liste com­prend par ailleurs des mas­sages ap­pli­qués en fonc­tion des pro­blèmes de san­té dé­tec­tés au préa­lable. Avant cer­tains trai­te­ments qui pour­raient mettre l’or­ga­nisme des cu­ristes à l’épreuve, une vi­site mé­di­cale est en ef­fet pres­crite sur place.

POUR­QUOI ABA­NO

Le voya­giste Ex­per­tours, le spé­cia­liste des cir­cuits et sé­jours en Ita­lie - qui a de mul­tiples fois été à l’ori­gine de nou­veaux concepts – a choi­si Aba­no Terme, char­mante sta­tion ther­male, comme base pour dé­cou­vrir les mul­tiples tré­sors de la Vé­né­tie.

La for­mule est simple: on pose sa va­lise pour un cer­tain temps à l’hô­tel d’où l’on peut rayon­ner si l’on veut chaque jour dans la ré­gion. En une heure de route, ou un peu plus, on ac­cède en ef­fet aux ci­tés his­to­riques et my­thiques que sont Ve­nise, Vé­rone, Tré­vise, Montagnana, Este, le lac de Garde, etc., tan­dis que Pa­doue se si­tue juste à cô­té.

Les col­lines Eu­ga­néennes des alen­tours de Aba­no Terme abritent des vi­gnobles, quan­ti­té de belles vil­las qui ser­vaient ja­dis de ré­si­dences se­con­daires aux aris­to­crates et aux com­mer­çants de Ve­nise, ain­si que de beaux cir­cuits de ran­don­née.

Le meilleur des mondes, en somme: la tran­quilli­té en étant à de­meure et tout un uni­vers à dé­cou­vrir aux alen­tours.

La pis­cine d’eau ther­male (chaude) de l’hô­tel In­ter­na­zio­nale de Aba­no Terme. Les ruines ro­maines de Mon­te­grot­to, ville ad­ja­cente

à Aba­no Terme. Le centre-ville tou­ris­tique de Aba­no Terme. PHO­TOS COUR­TOI­SIE, PAUL SI­MIER

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.