Louis Mo­ris­sette « LE

Le Journal de Montreal - Weekend - - WEEKEND - Bru­no La­pointe Le Jour­nal de Montréal

Le projet de mettre sur pied une re­vue mu­si­cale qué­bé­coise au conte­nu 100 % amé­ri­cain au­rait pu faire hé­si­ter de nom­breuses mai­sons de pro­duc­tion. Mais pas celle de Louis Mo­ris­sette. «Ce se­rait hy­po­crite de dire que ce genre de spec­tacle n’a pas sa place au Qué­bec», plaide-t-il.

«Quand on al­lume la ra­dio aux heures de grande écoute, c’est de la mu­sique amé­ri­caine qu’on en­tend. La mu­sique fran­co­phone est sou­vent re­lé­guée aux fins de soi­rée. C’est la triste réa­li­té, mais je n’ai au­cun contrôle là-des­sus», pour­suit Louis Mo­ris­sette.

C’est donc en gar­dant en tête la po­pu­la­ri­té de la mu­sique amé­ri­caine que sa mai­son de pro­duc­tion Kos­cène a don­né le feu vert à ce projet. Bien qu’il soit le pré­sident de cette en­tre­prise, il agit à titre d’agent de tour­née pour Ame­ri­can Sto­ry.

«La mu­sique amé­ri­caine oc­cupe une grande place dans la culture nord-amé­ri­caine. Plu­sieurs chan­sons ont le pou­voir de nous re­pla­cer dans un mo­ment pré­cis en quatre se­condes: pre­mière blonde, pre­mière mai­son, etc.», ex­plique Louis Mo­ris­sette.

∂ MARC-AN­DRÉ FOR­TIN ∂

END­LESS LOVE

Pour la pre­mière pro­duc­tion mu­si­cale de sa com­pa­gnie, Louis Mo­ris­sette a te­nu à s’en­tou­rer d’une équipe che­vron­née. C’est ain­si qu’il a pu comp­ter sur l’aide de Mike Gau­thier, à titre de di­rec­teur mu­si­cal, et de Ch­ris­tian Sbroc­ca à la mise en scène. Ce der­nier a entre autres si­gné la mise en scène du spec­tacle Beatles Sto­ry en 2010. Le choix des trois chan­teurs a lui aus­si été cru­cial.

«Tu n’em­barques pas dans un projet comme ça sans être en­tou­ré de king pins », sou­ligne-t-il.

Tout de même, Louis Mo­ris­sette n’était pas com­plè­te­ment étran­ger au do­maine des spec­tacles mu­si­caux, El­vis Sto­ry ayant été créé par son beau-père Guy Cloutier. «Je peux dire que c’est un spec­tacle que j’ai vu as­sez sou­vent, mer­ci», plai­sante-t-il.

EN TER­RAIN CONNU

Qui plus est, Louis Mo­ris­sette a bai­gné, en gran­dis­sant, dans la culture mu­si­cale an­glo­phone, qu’elle soit amé­ri­caine ou bri­tan­nique. Dans sa jeu­nesse, à Drum­mond­ville, il avoue avoir été «branché sur des groupes comme les Rol­ling Stone, The Who, les Beatles et Led Zep­pe­lin.»

La réa­li­té de ses trois en­fants, ce­pen­dant, est bien dif­fé­rente. Del­phine, Ra-

∂ KIM RI­CHARD­SON ∂ NA­TU­RAL WO­MAN (ARE­THA FRANK­LIN)

«C’est un grand clas­sique. J’ai beau l’avoir chan­té des mil­lions de fois, je ne m’en lasse ja­mais. Mais c’est aus­si une chan­son qui vient avec beau­coup de pres­sion puisque c’est LA chan­son d’Are­tha Frank­lin.»

∂ RICK HUGHES ∂

AME­RI­CAN TRI­LO­GY

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.