Marc-An­dré Le­mieux

Le Journal de Montreal - Weekend - - WEEKEND - MARC-ANDRE.LE­MIEUX@QUE­BE­COR­ME­DIA.COM

Le lan­ce­ment d’une série aus­si pres­ti­gieuse que Blue Moon, écrite par Luc Dionne ( Omer­tà) et réa­li­sée par YvesCh­ris­tian Fournier ( Tout est par­fait), confirme la po­pu­la­ri­té crois­sante au Qué­bec des al­ter­na­tives au té­lé­vi­seur... ou du moins aux chaînes conven­tion­nelles.

Fa­bienne La­rouche voit ces chan­ge­ments d’un bon oeil.

«Ça donne une chance de plus aux au­teurs, aux réa­li­sa­teurs, aux créa­teurs et aux ac­teurs de pra­ti­quer leur mé­tier, in­dique la pro­duc­trice de Blue Moon. Avant, quand tu avais une série, c’était Ra­dio-Ca­na­da ou TVA… Main­te­nant, tu peux te tour­ner vers Sé­ries+, Bell, V… Les mar­chés s’ouvrent. Pour moi, c’est l’âge do­ré des sé­ries té­lé. La preuve? J’en pro­duis quatre cet été : 30 Vies et

Uni­té 9 à Ra­dio-Ca­na­da, Blue Moon pour Club illi­co et Rup­tures à Sé­ries+.»

Se­lon Fa­bienne La­rouche, la po­pu­la­ri­té crois­sante des Club illi­co, Netl­fix, Ama­zon et autres pla­te­formes in­ter­net ne me­nace au­cu­ne­ment la té­lé­vi­sion tra­di­tion­nelle.

«Quand la té­lé­vi­sion est ar­ri­vée, on a dit : «Le ci­né­ma va dis­pa­raître!» Quand in­ter­net est ar­ri­vé, on a dit : «La té­lé­vi­sion va dis­pa­raître!» Moi, je pense qu’il y au­ra tou­jours une place pour une bonne his­toire.»

« UN PU­BLIC AS­SOIF­FÉ »

Ka­rine Va­nasse abonde dans le même sens que Fa­bienne La­rouche. Se­lon la co­mé­dienne, les ser­vices de vi­déo sur de­mande par abonnement en ligne ré­pondent aux be­soins chan­geants des té­lé­spec­ta­teurs.

«Ce qu’il faut réa­li­ser, c’est que les gens passent de plus en plus de temps à consom­mer des conte­nus de di­ver­tis­se­ment. On n’est pas en train de dire : «La té­lé se meurt.» La forme change, mais les gens n’ont ja­mais au­tant re­gar­dé de conte­nus de­vant un écran. Oui c’est vrai que main­te­nant, on veut re­gar­der nos émis­sions quand on veut. Chez moi, j’ai ma té­lé par in­ter­net. Je n’ai pas le câble.»

En plus de fa­vo­ri­ser le conte­nu de qua­li­té, cette abon­dance de pla­te­formes de dif­fu­sion per­met à une plus grande va- rié­té d’oeuvres de briller, sou­ligne Ka­rine Va­nasse.

«On est as­soif­fé, ob­serve l’ac­trice. On parle de sé­ries, on parle de do­cu­men­taires… Ce n’était pas comme ça avant. Je re­garde sim­ple­ment tout ce qui se passe avec le do­cu­men­taire sur Ni­na Si­mone sur Net­flix. Au­tour de moi, tout le monde en parle. C’est le fun de voir que cer­tains types de conte­nus prennent plus de place qu’avant. D’un autre cô­té, les gros évé­ne­ments ras­sem­bleurs sont plus po­pu­laires que ja­mais. Donc tout le monde y trouve son compte. Rien ne s’éteint pour que quelque chose d’autre s’al­lume.»

LE FU­TUR ?

Té­moin pri­vi­lé­gié des pre­miers bal­bu­tie­ments de Club illi­co, Éric Bru­neau dit être éton­né du suc­cès rem­por­té par cette pla­te­forme de dif­fu­sion de­puis son lan­ce­ment en fé­vrier 2013. Ve­dette de

Men­songes, dont les deux pre­mières sai­sons ont été dif­fu­sées en ex­clu­si­vi­té sur Club illi­co, le co­mé­dien crai­gnait – au dé­part – que per­sonne ne voie la série de Gilles Des­jar­dins.

«Je jouais dans Toute la vé­ri­té, rap­pelle l’ac­teur. Je voyais c’était quoi être à TVA à heure de grande écoute le lun­di soir... Je croyais que Men­songes al­lait pas­ser dans le beurre, mais les gens ont sui­vi. On m’en par­lait dans la rue. Au Qué­bec, on reste très ac­cro­ché à TVA et Ra­dio-Ca­na­da, mais on s’adapte aux dif­fé­rentes fa­çons de re­gar­der la té­lé.»

Les ser­vices de vi­déo sur de­mande par abonnement comme Club illi­co, Net­flix et com­pa­gnie sont-ils l’ave­nir du pe­tit écran? Ca­ro­line Dha­ver­nas croit que oui.

«C’est le fu­tur. On ne peut pas se battre contre ça. Au­jourd’hui, les gens se di­rigent vers leur or­di­na­teur, vers une fa­çon de re­gar­der la té­lé qui ne les oblige pas à être as­sis de­vant leur té­lé­vi­seur à une heure pré­cise une fois par se­maine. Très peu de gens de ma gé­né­ra­tion le font.»

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.