BA­TAILES, CAS­CADES TESTOSTERONE

VER­CHÈRES | Dans le film qué­bé­cois Ni­tro (2007), Max n’avait pas pu sau­ver sa femme mou­rante, mais pour­ra-t-il cette fois ai­der son fils à sor­tir de la cri­mi­na­li­té? C’est ce que nous pro­pose la nou­velle aven­ture in­ti­tu­lée Ni­tro Rush. Vi­site d’un tour­nage

Le Journal de Montreal - Weekend - - CINÉMA - Is­maël Houdassine

Un grand ter­rain de golf en­tou­ré d’arbres, mais ne vous fiez pas aux ap­pa­rences, car der­rière ce dé­cor bu­co­lique on tourne les der­nières scènes de Ni­tro

Rush, pro­duc­tion re­gor­geant de cas­cades en tous genres et ra­me­nant Guillaume Le­may-Thi­vierge dans le rôle de l’in­tré­pide Max.

Sou­ve­nez-vous: dans le pre­mier long­mé­trage, Max fi­nis­sait l’aven­ture en pri­son après avoir tué in­vo­lon­tai­re­ment un po­li­cier. Huit ans plus tard, on le re­trouve en­core der­rière les bar­reaux, mais sur le point de s’éva­der.

«Toutes ces an­nées à res­ter en­fer­mé l’ont en­dur­ci, ex­plique son in­ter­prète. Il est aus­si plus sage, moins im­pul­sif et plus ré­flé­chi. C’est pour­quoi il veut sor­tir son ado de l’uni­vers cri­mi­nel dans le­quel il est ren­tré.»

Mais le pé­riple ne se­ra pas si simple pour le pa­ter­nel puis­qu’entre-temps son fils Théo (tou­jours joué par Antoine Des­ro­chers), qui le rend res­pon­sable de la mort de sa mère, va en­tre­te­nir des re­la­tions peu re­com­man­dables.

«Les re­trou­vailles fa­mi­liales vont se faire dans la dou­leur, ra­conte Guillaume Le­may-Thi­vierge. Mal­gré tout, Max va tout faire pour que son fils de 17 ans ne com­mette pas les mêmes gaffes que lui.»

DE L’AC­TION

Dé­jà réa­li­sa­teur du pre­mier Ni­tro, Alain Des­ro­chers re­prend du ser­vice pour une ver­sion da­van­tage axée sur les per­for­mances phy­siques que sur les courses et pour­suites. «Il y au­ra moins de chars, mais beau­coup plus de cas­cades qui sont en grande par­tie réa­li­sées par les co­mé­diens eux-mêmes. Des com­bats au corps-à-corps, des sé­quences de ba­taille en hau­teurs, des fi­la­tures ou des rè­gle­ments de compte, l’ac­tion se­ra très phy­sique», pré­vient-il.

Le réa­li­sa­teur avoue ses ré­ti­cences à tour­ner la suite de Ni­tro. «Au dé­part, je n’étais pas em­bal­lé, lance-t-il. Je ne vou­lais pas faire un simple film d’ac­tion. Les Amé­ri­cains le font très bien. Et puis, faire une suite pour une suite, ce­la ne m’in- té­res­sait pas non plus. Le conte­nu de­meure im­por­tant. Je vou­lais quelque chose de di­ver­tis­sant et de so­lide à la fois.»

Do­té d’un bud­get de 5,6 mil­lions $, contre 7,1 mil­lions $ pour le pre­mier

Ni­tro, ce se­cond vo­let, me­né tam­bour bat­tant et scé­na­ri­sé par Mar­tin Gi­rard, com­porte plu­sieurs dé­fis pour le ci­néaste et la pro­duc­tion.

«On doit ren­trer dans nos bud­gets, mais tout se­ra à l’écran, in­dique M. Des­ro- chers. On s’est énor­mé­ment concen­trés sur la pré­pa­ra­tion des scènes. C’est im­por­tant que tout soit par­fai­te­ment réa­liste et plau­sible. Il faut aus­si faire en sorte que l’émo­tion soit pré­sente, même dans les mo­ments où il y a beau­coup d’ac­tion.»

UNE RE­LA­TION FI­LIALE

Alain Des­ro­chers ajoute qu’au-de­là de l’ac­tion pure et simple, Ni­tro Rush est d’abord une oeuvre sur un père et son fils,

thème uni­ver­sel où cha­cun pour­ra se re­con­naître. D’ailleurs, le réa­li­sa­teur di­rige à nou­veau son propre gar­çon, Antoine Des­ro­chers.

«Il s’est éta­bli entre nous une belle re­la­tion de tra­vail», dé­clare le jeune blon­di­net, qui semble avoir pris un grand plai­sir à jouer les ado­les­cents re­belles.

«J’adore ce tour­nage. Je m’éclate avec toutes les cas­cades. Au­jourd’hui, on tourne la conclu­sion du film. Je ne vous dé­voi­le­rai pas tous les dé­tails, mais on est proche du dé­noue­ment», dit le co­mé­dien de 18 ans que l’on ver­ra aus­si dans le pro­chain long-mé­trage de Xa­vier Do­lan, Juste la fin du monde.

Du­rant cette 30e jour­née de tour­nage sur 32 au to­tal, Guillaume Le­may-Thi­vierge et Antoine Des­ro­chers ne sont pas seuls de­vant la ca­mé­ra. Ils sont vite re­joints par Ma­de­leine Pé­lo­quin, le vi­sage tu­mé­fié et les lèvres en sang!

«C’est du ma­quillage, pré­cise-t-elle en sou­riant. J’in­carne une femme mys­té­rieuse pré­nom­mée Daphné. Je suis la vi­laine de l’his­toire. C’est moi qui di­rige d’une main de fer l’or­ga­ni­sa­tion cri­mi­nelle que Théo va vou­loir re­joindre.»

JAMES BOND GIRL

L’ac­trice, grande ama­trice de ka­ra­té, dé­fi­nit son per­son­nage comme le pen­dant qué­bé­cois d’une «James Bond girl». «Elle uti­lise toutes ses armes: ses charmes et ses ha­bi­le­tés phy­siques. Elle pos­sède une forte per­son­na­li­té. Elle est ca­pable de se battre avec une in­croyable éner­gie de sur­vie. Elle est so­li­taire et ma­ni­pu­la­trice. Même si on ne sait pas grand-chose sur elle, on va ai­mer la dé­tes­ter.»

Quant à Jean-Ni­co­las Ver­reault, pas de place pour l’am­bi­guï­té. Ce­lui-ci campe Hu­go, un chi­miste psy­cho­pathe qui ne fait pas dans la den­telle. «Il est com­plè­te­ment fou, dé­clare tout de go l’ac­teur. Je suis un dan­ge­reux éner­gu­mène. Je fa- brique une drogue qui pousse les gens au sui­cide. Mon al­lure fait sup­po­ser que j’ai fait la guerre en Irak, alors je vous laisse ima­gi­ner la suite.»

Sur le pla­teau de Ni­tro Rush, les ac­teurs tous là pour tour­ner une scène de confron­ta­tion en pleine nature. Il y a des bles­sés et même des morts. «Cou­pé!» crie alors le réa­li­sa­teur. Ouf, nous sommes ras­su­rés! Au fond, tout ce­la reste du ci­né­ma, mais du vrai ci­né­ma d’ac­tion. Pro­duit par At­trac­tion Images et dis­tri­bué par Les Films Sé­ville, Ni­tro

Rush doit sor­tir en salle du­rant l’été 2016. Le long-mé­trage met éga­le­ment en ve­dette Ray­mond Bou­chard, Alexandre Goyette, Antoine Oli­vier Pi­lon, Michel Cha­rette et An­dreas Aper­gis.

Ma­de­leine Pé­lo­quin in­carne

la vi­laine de l’his­toire.

Antoine Des­ro­chers, Guillaume Le­may-Thi­vierge

et Ray­mond Bou­chard

Jean-Ni­co­las Ver­reault, Antoine Des­ro­chers, Ma­de­leine Pé­lo­quin, Guillaume

Le­may-Thi­vierge et Ray­mond Bou­chard Le réa­li­sa­teur Alain Des­ro­chers Guillaume Le­may-Thi­vierge

passe au ma­quillage.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.