LE RE­TOUR DE LA FA­MILLE GRISWOLD

Une nou­velle gé­né­ra­tion de Griswold s’ap­prête à prendre le box-of­fice d’as­saut. Et le couple phare de cette fa­mille hi­la­rante est in­car­née par Ed Helms et Ch­ris­ti­na Ap­ple­gate. At­ten­tion, ça dé­mé­nage !

Le Journal de Montreal - Weekend - - CINÉMA - Isa­belle Hontebeyrie Agence QMI

Il y a 30 ans – oui, c’était en 1985 –, Clark Griswold (Che­vy Chase), sa femme El­len (Be­ver­ly D’An­ge­lo) et leurs en­fants Rus­ty et Au­drey fai­saient s’es­claf­fer les ci­né­philes. Au­jourd’hui, Rus­ty (Ed Helms) a gran­di. Ma­rié à Deb­bie (Ch­ris­ti­na Ap­ple­gate), il est le père de James (Sky­ler Gi­son­do) et de Ke­vin (Steele Steb­bins), et il a bien l’in­ten­tion de suivre les traces de son père en ame­nant les siens en va­cances. Son pro­jet? Al­ler à Wal­ley World! Et bien sûr, l’hé­ré­di­té étant ce qu’elle est, les Griswold se sou­vien­dront toute leur vie de leurs va­cances pas comme les autres!

Que les pu­ristes se ras­surent tout de suite, tant Che­vy Chase que Be­ver­ly D’An­ge­lo re­prennent leurs rôles ico­niques, une par­ti­ci­pa­tion qui n’a pas été dé­nuée de si­gni­fi­ca­tion. Car, comme l’a in­di­qué Be­ver­ly D’An­ge­lo au mo­ment du tour­nage de Bon­jour les va­cances, «le fait qu’un père comme Clark Griswold soit prêt à tout pour par­ve­nir à réa­li­ser un rêve fa­mi­lial est quelque chose de très amé­ri­cain.»

EN PLEIN 21e SIÈCLE !

Che­vy Chase a, pour sa part, te­nu à rap­pe­ler que Clark Griswold avait été son pre­mier rôle au grand écran et qu’il avait pas­sé un an à tra­vailler sur le pre­mier Bon­jour les va­cances avec Ha­rold Ra­mis, au­jourd’hui dé­cé­dé.

«Je ne sa­vais pas du tout com­ment le jouer. Mais, dès le pre­mier jour de tour­nage, Ha­rold m’a mon­tré qui était Clark. C’est un homme très op­ti­miste, mé­diocre et ai­mant. […] J’aime le fait qu’Ed Helms re­prenne le rôle de Rus­ty et qu’il res­semble à ce point-là à Clark!»

Les cos­cé­na­ristes et co­réa­li­sa­teurs Jo­na­than Gold­stein et John Fran­cis Da­ley se sont beau­coup amu­sés à ré­in­ven­ter les tri­bu­la­tions des Griswold, 30 ans plus tard. «Rus­ty a une mé­moire sé­lec­tive, il a ou­blié tout ce qui s’était mal pas­sé lors des va­cances qu’il avait pas­sées avec ses pa­rents quand il était en­fant. Il ne se sou­vient que des liens fa­mi­liaux qui ont été tis­sés à ce mo­ment-là. Il pense, bien évi­dem­ment, qu’il peut faire la même chose avec sa propre fa­mille», a sou­li­gné John Fran­cis Da­ley.

«Ce qui est gé­nial avec Rus­ty – qui a été in­car­né par quatre ac­teurs dif­fé­rents au cours des an­nées –, c’est qu’il est comme une page blanche. Il pos­sède, bien sûr, une his­toire fa­mi­liale des plus riches, mais comme on ne l’a ja­mais vu adulte, nous pou­vions en faire ce que nous vou­lions.»

Ed Helms, qui a ob­te­nu la bé­né­dic­tion de Che­vy Chase, a été ra­vi de re­mettre les Griswold au goût du jour. «De­puis le pre­mier film, il s’agit d’une fa­mille or­di­naire qui sou­haite pas­ser le meilleur temps pos­sible en­semble. Au coeur des longs mé­trages, on trouve tou­jours cette vo­lon­té d’être heu­reux et c’est éga­le­ment ce qui est au centre du nou­veau Bon­jour les va­cances. »

«Les dé­tails sont dif­fé­rents, les gags sont dif­fé­rents, même s’il y a plu­sieurs clins d’oeil aux films ori­gi­naux. Par contre, le point de dé­part et ce­lui d’ar­ri­vée sont les mêmes, c’est le che­min pris par les per­son­nages qui fait de ce long mé­trage quelque chose d’unique.»

«Ce qui est in­té­res­sant, c’est la dua­li­té des Griswold. D’un cô­té, quand on les voit se plan­ter fois après fois, on ne peut s’em­pê­cher de se sen­tir su­pé­rieur. En même temps, c’est aus­si pour cette rai­son qu’on veut qu’ils réus­sissent et, quand ils y par­viennent, c’est ex­trê­me­ment gra­ti­fiant», a in­di­qué l’ac­teur, dont la po­pu­la­ri­té a ex­plo­sé avec la tri­lo­gie Len­de­main de veille.

SUR­PRISE

Ch­ris­ti­na Ap­ple­gate, qui in­carne Deb­bie, la femme de Rus­ty, a in­sis­té sur le fait que, même s’il s’agit d’une nou­velle fa­mille Griswold, «l’in­ten­tion est exac­te­ment la même [que dans les films pré­cé­dents]. On les voit pas­ser à tra­vers une my­riade de dé­sastres, mais, à la fin, on réa­lise que la fa­mille passe avant tout. Et c’est grâce à ce qu’ont créé Che­vy et Be­ver­ly que nous sommes tous là!»

Une sym­pa­thique sur­prise at­tend les ama­teurs de cette co­mé­die. En ef­fet, le per­son­nage de Stone Cran­dall, le beau­frère de Rus­ty, est joué par nul autre que Ch­ris Hem­sworth… ac­teur que le monde en­tier connaît comme l’in­ter­prète de Thor dans les films des stu­dios Mar­vel et Disney.

L’Aus­tra­lien, qui prend tous ses rôles très au sé­rieux, a pas­sé plu­sieurs se­maines à se dé­bar­ras­ser de son ac­cent d’ori­gine pour en avoir un… texan! «Cette ex­pé­rience m’a ou­vert les yeux sur ce cô­té du jeu», a-t-il sou­li­gné en par­lant du fait qu’il n’était vrai­ment pas un ha­bi­tué des co­mé­dies.

«Je crois que l’at­trait de ces films ré­side dans le fait qu’en tant que pu­blic, nous ai­mons voir des gens vaincre l’ad­ver­si­té par tous les moyens pos­sible», a-t-il ajou­té.

Bon­jour les va­cances fe­ra rire les ci­né­philes dès le 29 juillet.

joués par Les gar­çons Griswold sont Sky­ler Gi­son­do et Steele Steb­bins.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.