SOU­VE­NIRS DE VOYAGES

Le Journal de Montreal - Weekend - - VACANCES -

Ville for­te­resse bon­dée de fon­taines et d’oeuvres d’art, même dans les places com­mer­ciales, Bo­logne est une des­ti­na­tion en as­cen­sion. De plus en plus d’agents de voyage pro­posent des al­ter­na­tives à Ve­nise et à Flo­rence. Ils parlent alors des Cinq-Terres, des vil­lages char­mants sur le bord de la Mé­di­ter­ra­née. Or, Bo­logne est une des grandes villes qui bordent cet el­do­ra­do tou­ris­tique et qui en pro­fite.

Les Bo­lo­gnais se­raient in­sul­tés de sa­voir que le sau­cis­son qui a pris leur nom, en Amé­rique du Nord, le bo­logne, sur­nom­mé «ba­lo­ney», est au fond du ba­ril du bas de gamme des char­cu­te­ries.

Ceux qui se sou­viennent de mes an­nées à la ra­dio pen­dant le Jour­nal du mi­di savent que je me mo­quais sou­vent de nos po­li­ti­ciens mu­ni­ci­paux op­por­tu­nistes, af­fa­més de votes, qui par­laient sans cesse de Bo­logne, en Ita­lie du Nord, ville par la­quelle ils ju­raient en rai­son de sa po­li­tique de tas­se­ment de l’au­to et de son trans­port en com­mun gra­tuit. Il fal­lait comp­ter le nombre de fois où le mot Bo­logne re­ve­nait dans leurs dis­cours pour consta­ter leur fas­ci­na­tion pour cette ville d’avant-garde.

Les po­li­tiques de cette ville ont-elles in­fluen­cé Mon­tréal? On a l’im­pres­sion, avec ce centre-ville bou­ché à la cir­cu­la­tion et en­tou­ré de places de sta­tion­ne­ment si chères, que les gens prennent plus leur vé­lo ou l’au­to­bus.

Le Mon­tréal du maire Co­derre imite Bo­logne, mais, de­puis quelques an­nées, la gra­tui­té des trans­ports a ces­sé: un eu­ro est main­te­nant exi­gé pour un voyage, ce qui de­meure fort abor­dable. Une ville ita­lienne où l’au­to­bus est presque gra­tuit et bien or­ga­ni­sé, c’est fort com­mode pour le tou­riste qui n’a pas tou­jours les moyens ou la té­mé­ri­té de louer une voi­ture et de conduire dans ces rues étroites et sur­char­gées.

Quant au spa­ghet­ti à la bo­lo­gnaise, c’est bel et bien un re­pas ty­pique et po­pu­laire de la ville. Soit dit en pas­sant, à Bo­logne, on ne com­mande pas un «spa­ghet­ti à la bo­lo­gnaise», ce se­rait un pléo­nasme! Vous de­man­dez une bo­lo­gnaise et les gens savent de quoi vous par­lez.

Gilles Proulx Col­la­bo­ra­tion spé­ciale

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.