«LE STA­TU QUO EST LE PIRE EN­NE­MI DE LA CRÉA­TION»

L’Or­chestre sym­pho­nique de Mon­tréal a fait ap­pel à la firme mont­réa­laise Mo­ment Fac­to­ry pour sa par­ti­ci­pa­tion aux fes­ti­vi­tés en­tou­rant le 375e an­ni­ver­saire de la mé­tro­pole. Le spec­tacle, créé de concert avec le com­po­si­teur Sa­my Mous­sa, se­ra pré­sen­té en cl

Le Journal de Montreal - Weekend - - LA VOIX IV - Bru­no La­pointe Pour la pro­gram­ma­tion com­plète: www.osm.ca

Un 375e an­ni­ver­saire, ça se fête en grand. Ça, Kent Na­ga­no l’a tou­jours su. Voi­là pour­quoi il te­nait à of­frir un spec­tacle «in­tem­po­rel et gran­diose».

«On a été inon­dés d’idées pour ce spec­tacle. On a pen­sé à beau­coup d’ar­tistes po­pu­laires que l’on pour­rait in­vi­ter dans l’uni­vers clas­sique. Ces idées étaient bonnes: c’est fes­tif, c’est fun. Mais pour fê­ter les 375 ans de Mon­tréal, on vou­lait avoir plus que du fun », ex­plique le maes­tro.

Ain­si, l’OSM a fait ap­pel au jeune com­po­si­teur Sa­my Mous­sa et à Mo­ment Fac­to­ry, deux en­ti­tés mont­réa­laises jouis­sant d’un rayon­ne­ment in­ter­na­tio­nal qui tra­vaillent en étroite col­la­bo­ra­tion pour mettre sur pied un spec­tacle gran­diose.

«C’était pri­mor­dial de faire ap­pel à des gens qui connaissent bien Mon­tréal et qui ont une re­nom­mée mon­diale. Sa­my Mous­sa est jeune, mais il monte en flèche. Et les gens de Mo­ment Fac­to­ry sont ca­pables de créer des en­vi­ron­ne­ments ex­tra­or­di­naires. Je veux que les murs, les pla­fonds et le plan­cher de la Mai­son sym­pho­nique dis­pa­raissent», dé­clare Kent Na­ga­no.

UN PU­BLIC « TRÈS RAF­FI­NÉ »

Le maes­tro ne cache d’ailleurs pas sa fier­té de pou­voir exer­cer son mé­tier ici même, à Mon­tréal. Né en Ca­li­for­nie, Kent Na­ga­no a tra­vaillé aux États-Unis et en Eu­rope avant d’être nom­mé di­rec­teur mu­si­cal de l’OSM en 2006. «On a énor­mé­ment de chance à Mon­tréal. Le pu­blic ici a des goûts très so­phis­ti­qués et une sen­si­bi­li­té très raf­fi­née; il sait re­con­naître la qua­li­té», re­marque Kent Na­ga­no, après dix an­nées à titre de di­rec­teur mu­si­cal de l’OSM.

C’est avec ce constat à l’es­prit que le maes­tro a éla­bo­ré la pro­gram­ma­tion de la sai­son 2016-2017 de l’OSM.

«Il faut constam­ment se réin­ven­ter pour évi­ter de faire les choses par ha­bi­tude. Le sta­tu quo n’a pas sa place; il est le pire en­ne­mi de la créa­tion», es­time-t-il.

LES 50 ANS DU MÉ­TRO DE MON­TRÉAL

L’OSM pro­fi­te­ra éga­le­ment de sa pro­chaine sai­son pour sou­li­gner les 50 ans du mé­tro de Mon­tréal.

«L’ar­ri­vée de ce moyen de trans­port a com­plè­te­ment chan­gé nos vies au cours des 50 der­nières an­nées. Et quand on est confron­té à un en­vi­ron­ne­ment qui change constam­ment, ça nous em­mène à nous re­dé­fi­nir nous-mêmes», constate le maes­tro.

Les no­vices re­mar­que­ront que plu­sieurs oeuvres bien fa­mi­lières fi­gurent à la pro­gram­ma­tion de 2016 et 2017: l’OSM re­vi­si­te­ra de grands clas­siques, tels que Sché­hé­ra­zade: Les mille et une nuits, Ro­méo et Ju­liette et même West Side Sto­ry.

«Le dé­fi est tou­jours de pré­sen­ter des chefs-d’oeuvre, tout en of­frant une ex­pé­rience dif­fé­rente», ex­plique Kent Na­ga­no.

Il sem­ble­rait d’ailleurs que la re­lève soit bien as­su­rée du cô­té du pu­blic qué­bé­cois. Un constat dont se ré­jouit le maes­tro.

«Nos voi­sins du sud se plaignent que leur pu­blic vieillit. Mais ici, à Mon­tréal, on a un des pu­blics les plus jeunes et ho­mo­gènes d’Amé­rique du Nord. Ce que l’on voit dans nos salles est le re­flet de ce qu’on voit dans les rues: des gens de tous les âges, sexes et cultures», ob­serve Kent Na­ga­no.

KENT NA­GA­NO

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.