UN JAZZ HUMANISTE POUR « FRAP­PER AU COEUR »

Gre­go­ry Por­ter

Le Journal de Montreal - Weekend - - MUSIQUE -

RELAXNEWS | Pour créer ses chan­sons, hymnes à l’amour et à la to­lé­rance ou bal­lades tour­men­tées, Gre­go­ry Por­ter, chan­teur es­tam­pillé jazz, es­saie tou­jours de «creu­ser pro­fond pour trou­ver quelque chose de réel».

«Vous pou­vez construire quelque chose sur un bout de pa­pier qui peut pa­raître bien, mais ça doit être vrai et frap­per au coeur», in­siste ce chan­teur de 44 ans, la sen­sa­tion ac­tuelle afroa­mé­ri­caine du jazz vo­cal, qui a pu­blié au prin­temps son qua­trième al­bum, Take Me To The Al­ley (Blue Note).

Sur ce disque fi­gurent quelques bal­lades d’une grande puis­sance émo­tion­nelle. Comme Con­se­quence Of Love et son groove im­pa­rable, More Than A Wo­man ou In­sa­ni­ty aux mé­lo­dies d’une désar­mante sim­pli­ci­té, Don’t Be A Fool à l’em­preinte gos­pel mar­quée, ou le plus hard bop Fan the Flames.

Par son look «co­ol», ses in­tru­sions dans le monde de l’élec­tro via des re­mixes de ses chan­sons, la diversité de ses in­fluences mu­si­cales et son mé­lange d’au­then­ti­ci­té et de so­phis­ti­ca­tion, Gre­go­ry Por­ter em­brasse au­jourd’hui un pu­blic qui va bien au-de­là des cercles du jazz.

Sans autre ar­ti­fice que ce­lui d’une voix chaude et cui­vrée de ba­ry­ton basse, «un don na­tu­rel», sur des ar­ran­ge­ments sans es­broufe ni ef­fets de manche, il dé­roule ses com­po­si­tions, cer­taines an­crées dans le jazz, d’autres ou­vertes au gos­pel – le son de sa jeu­nesse en Ca­li­for­nie – et ses co­rol­laires, soul mu­sic et rythm’n blues.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.