SUR LES TRACES DE FÉ­LIX LE­CLERC

Le Journal de Montreal - Weekend - - VACANCES - Gilles Proulx Col­la­bo­ra­tion spé­ciale

Cette se­maine en­core, je reste au Qué­bec… avant de vous faire voya­ger de nou­veau au bout du monde !

En fait, après un pè­le­ri­nage à Do­rion où a long­temps vé­cu Fé­lix Le­clerc, je me suis dit que j’al­lais re­tour­ner à l’île d’Or­léans, où notre poète na­tio­nal re­pose de­puis 1988. Je suis heureux d’avoir re­noué avec cette terre an­ces­trale à l’ori­gine de notre na­tion. Sou­ve­nez-vous (si vous l’avez dé­jà su!) que le gou­ver­neur de Mont­ma­gny a in­sis­té pour que le sieur de Mai­son­neuve et Jeanne Mance re­noncent à l’île de Mon­tréal pour plu­tôt éta­blir leur Ville-Ma­rie sur l’île d’Or­léans… ce qui au­rait été un choix plus sé­cu­ri­taire. C’est à Sainte-Pé­tro­nille, pe­tit vil­lage qui re­garde vers Qué­bec, que Fé­lix Le­clerc (tout comme le re­gret­té maire Jean-Paul L’Al­lier) a élu do­mi­cile.

Puisque la veuve de Fé­lix Le­clerc, d’un âge très ho­no­rable, ha­bite tou­jours dans la de­meure ap­pe­lée Briard, pas ques­tion de la vi­si­ter ou de l’im­por­tu­ner. À en croire une voi­sine à qui j’ai par­lé, Briard était le nom d’un dé­funt chien de Fé­lix Le­clerc… J’ai te­nu à pho­to­gra­phier la mai­son de loin sans dé­ran­ger la ré­si­dente.

Long­temps, des ad­mi­ra­teurs de Fé­lix dé­co­raient sa pierre tom­bale en y dé­po­sant leurs vieux sou­liers qui ont beau­coup voya­gé… ce qui fait pro­ba­ble­ment de lui le seul chan­teur ho­no­ré par de vieilles bot­tines… Mais, dé­cep­tion: est-ce que le culte de Fé­lix fai­blit avec les nou­velles gé­né­ra­tions? Pas de sou­liers en vue à ma der­nière vi­site.

En face d’une an­cienne grange trans­for­mée en centre cultu­rel, l’Es­pace Fé­lix Le­clerc, une sta­tue de lui s’érige sous un arbre où le chantre na­tio­nal ai­mait à s’as­seoir.

Je me suis at­tar­dé à ad­mi­rer les vieilles mai­sons de l’époque de la Nou­velle-France. Lorsque le gé­né­ral Wolfe a ra­va­gé l’île en brû­lant toutes les fermes et en tru­ci­dant le bé­tail dans l’es­poir de pro­vo­quer une fa­mine – le char­mant mon­sieur! –, il a heu­reu­se­ment ou­blié la mai­son Drouin, qui est donc main­te­nant la plus an­cienne de l’île.

Cette sta­tue du Ch­rist et cette par­tie du mur de la mai­son Drouin n’ont pas été re­tou­chées de­puis la Conquête. Mi­ra­cu­leu­se­ment, le gé­né­ral Wolfe a ou­blié de la dé­truire

Voi­ci la seule pho­to que j’ai prise de la mai­son de Fé­lix Le­clerc, in­ac­ces­sible au pu­blic. Sa veuve y vit tou­jours.

Le ma­noir Ge­nest, au centre de l’an­cienne sei­gneu­rie du même nom, est devenu un mu­sée.

Comment ne pas ai­mer son pas­sé de­vant le ta­lent des bâ­tis­seurs de la Nou­vel­leF­rance?

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.