Tout sur les ani­ma­teurs et nos pré­dic­tions

Les ani­ma­teurs des Gé­meaux, Éric Sal­vail et Jean-Phi­lippe Wau­thier, ont une his­toire très dif­fé­rente avec les cé­ré­mo­nies de re­mise de prix. Le pre­mier a rê­vé d’en faire par­tie toute sa vie ; le se­cond s’y est ac­cro­ché les pieds par ha­sard. Nous avons de­ma

Le Journal de Montreal - Weekend - - SOMMAIRE - Marc-An­dré Le­mieux,

L’his­toire est bien connue. C’est comme ani­ma­teur de foule qu’Éric Sal­vail a par­ti­ci­pé à son pre­mier ga­la. Au tour­nant du mil­lé­naire, le bour­reau de tra­vail qui rê­vait de pi­lo­ter sa propre émis­sion de té­lé­vi­sion ré­chauf­fait non seule­ment le pu­blic des Me­tros­tar, mais ce­lui des Gé­meaux. Sal­vail de­vait bien jouer son rôle puis­qu’en 2000, alors qu’il ac­com­pa­gnait Ju­lie Sny­der en France, les or­ga­ni­sa­teurs des Gé­meaux ont in­sis­té pour qu’il re­vienne au Qué­bec pour di­ver­tir le par­terre de ve­dettes du­rant la cé­ré­mo­nie.

«C’était un al­ler-re­tour com­plè­te­ment fou! se rap­pelle le prin­ci­pal in­té­res­sé. Je suis ar­ri­vé à Mon­tréal le di­manche, puis j’étais de re­tour au tra­vail à Pa­ris le len­de­main!»

GRÂCE À OCCUPATION DOUBLE

Éric Sal­vail garde éga­le­ment un sou­ve­nir pré­cis du pre­mier tro­phée qu’il a rem­por­té aux Gé­meaux. C’était en 2004 pour Occupation double, qui avait été sa­crée Meilleure té­lé­réa­li­té.

«J’étais tel­le­ment éner­vé! s’ex­clame le co­con­cep­teur du da­ting show à grand dé­ploie­ment. J’étais très, très fier parce que c’est une émis­sion qu’on avait créée ici. On avait tra­vaillé fort.»

Éric Sal­vail a en­suite pris son mal en pa­tience pen­dant 11 ans avant de rem­por­ter son pre­mier Gé­meaux à titre per­son­nel. L’au­tomne der­nier, alors qu’il ani­mait la 30e grand-messe du pe­tit écran avec Vé­ro­nique Clou­tier, il est ef­fec­ti­ve­ment re­par­ti avec 2 sta­tuettes do­rées : Meilleure ani­ma­tion jeu­nesse pour KARV l’an­ti.ga­la et Meilleure ani­ma­tion de talk-show pour En mode Sal­vail.

Ce triomphe at­ten­du sur­ve­nait après une ré­colte d’une di­zaine de tro­phées au Ga­la Ar­tis, une cé­ré­mo­nie sa­luant les chou­chous du pu­blic. Sal­vail ré­vèle d’ailleurs avoir re­mi­sé son tout pre­mier prix Ar­tis, ga­gné en 2007 pour On n’a pas toute la soi­rée, chez sa mère.

«Il est tel­le­ment ma­ga­né! Il n’y a plus de gold! Il est tout dé­pein­tu­ré tel­le­ment de per­sonnes l’ont te­nu!», lance ce­lui qui – plus jeune – avait l’ha­bi­tude d’en­cer­cler les ga­las dans le guide té­lé pour s’as­su­rer de n’en ra­ter au­cun.

SA­ME­DI 17 SEP­TEMBRE 2016 ÉRIC SAL­VAIL

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.