C’EST MON FILM « LE PLUS EN­TIER »

Après plu­sieurs mois d’at­tente, c’est mer­cre­di que le pu­blic qué­bé­cois pour­ra en­fin dé­cou­vrir Juste la fin du monde, le nou­veau film de Xa­vier Do­lan qui a rem­por­té le Grand Prix du Fes­ti­val de Cannes en mai der­nier. Ren­con­tré plus tôt cette se­maine, le ci

Le Journal de Montreal - Weekend - - WEEKEND | CINÉMA - Maxime De­mers Le Jour­nal de Mon­tréal maxime.de­mers @que­be­cor­me­dia.com

UNE SUGGESTION D’ANNE DORVAL

C’est Anne Dorval, bonne amie et ac­trice fé­tiche de Xa­vier Do­lan, qui a sug­gé­ré il y a quelques an­nées au jeune ci­néaste qué­bé­cois de lire la pièce Juste la fin du monde, du dra­ma­turge fran­çais Jean-Luc La­garce.

Cette pièce écrite en 1990 ra­conte l’his­toire d’un au­teur qui, 12 ans après avoir quit­té le do­mi­cile fa­mi­lial, re­tourne dans sa fa­mille pour an­non­cer sa mort pro­chaine.

«La pre­mière fois que j’ai lu la pièce, je n’ai pas tout à fait com­pris le ma­té­riel et je n’ai pas vu de po­ten­tiel de film pour moi», ad­met Do­lan.

«Puis, je l’ai re­lue cinq ans plus tard et j’ai vu des choses que je n’avais pas sai­sies la pre­mière fois. On vit des choses dans ce mé­tier qui changent notre re­gard sur la vie. Tout ce que je n’avais pas vu la pre­mière fois m’est ap­pa­ru à la se­conde lec­ture. J’ai vu dans cette his­toire des per­son­nages ex­trê­me­ment lo­quaces mais qui ca­chaient en eux une grande dou­leur et une grande so­li­tude.»

« C’EST MON MEILLEUR FILM »

Lors de la pré­sen­ta­tion de Juste la fin du monde au Fes­ti­val de Cannes, Xa­vier Do­lan avait lan­cé aux jour­na­listes qu’il le consi­dé­rait comme son meilleur film à ce jour. Il est en­core du même avis, quelques mois plus tard.

«C’est le film dont je suis le plus fier, in­siste-t-il. Quand j’ai dit plus tôt cette an­née que c’était mon meilleur film, je ne le di­sais pas par pré­ten­tion. Je le di­sais parce que quand je le re­garde, je trouve que c’est mon film le plus en­tier. Je trouve que tous les élé­ments sont en place en même temps. Ce que je re­cherche quand je re­garde un film, c’est que tous les élé­ments qui font l’his­toire – la mu­sique, la lu­mière, le dia­logue, le jeu, l’ac­tion – soient si­mul­ta­nés, et qu’il y ait une uni­té. Je trouve que c’est le cas avec ce film.»

SES STARS LE LOUANGENT

De pas­sage à Mon­tréal plus tôt cette se­maine pour la pre­mière qué­bé­coise du film, les ac­teurs Gas­pard Ul­liel, Léa Sey­doux et Na­tha­lie Baye n’ont eu que de bons mots pour Xa­vier Do­lan.

«Pour moi, Xa­vier est un im­mense ar­tiste. Il se trouve qu’il fait du ci­né­ma et réa­lise des films, mais il est un ar­tiste pur, ab­so­lu», a ob­ser­vé Na­tha­lie Baye qui avait dé­jà tra­vaillé avec le Qué­bé­cois sur le film Lau­rence Any­ways.

«Xa­vier a créé son propre lan­gage et il réus­sit tou­jours à dé­peindre des per­son­nages ex­trê­me­ment vrais. C’est ce qui fait sa force», a sou­li­gné Léa Sey­doux.

SA FA­MILLE QUÉ­BÉ­COISE

Même s’il met en ve­dette des ac­teurs fran­çais (dont Ma­rion Co­tillard, Vincent Cas­sel et Léa Sey­doux), Xa­vier Do­lan te­nait à tour­ner le film au Qué­bec.

«Je ne vou­lais pas al­ler tour­ner le film en France parce que j’avais en­vie de tra­vailler avec mon équipe qué­bé­coise. C’est ma fa­mille. Il y a un lien de confiance qui s’est ins­tal­lé avec eux. Ma scripte Na­tha­lie Pa­quette, mon di­rec­teur pho­to An­dré Tur­pin, et mon as­sis­tant à la réa­li­sa­tion (Si­nan Sa­ber) sont les trois per­sonnes vers les­quelles je me tourne sys­té­ma­ti­que­ment pour sa­voir si ce qu’on vient de tour­ner est bon. On a construit quelque chose en­semble et j’ai be­soin d’être en­tou­ré d’eux pour qu’ils puissent me confron­ter et me re­mettre en ques­tion.»

À PRO­POS DES CRI­TIQUES

Avant de rem­por­ter le Grand Prix à Cannes, Juste la fin du monde avait été des­cen­du en flammes par cer­tains mé­dias amé­ri­cains. Do­lan avoue avoir été pro­fon­dé­ment bles­sé par ces cri­tiques.

«J’ai eu l’im­pres­sion que ces cri­tiques s’at­ta­quaient à ma per­sonne plu­tôt qu’à mon film. Ç’a été très pé­nible. Quand je suis re­ve­nu à Mon­tréal, j’ai été dans un état de choc. Il y a quelque chose qui s’est bri­sé. Et je ne pense pas que ça va se ré­pa­rer. J’ai com­pris qu’il y a des gens qui étaient tan­nés de me voir à Cannes.» Juste la fin du monde prend l’af­fiche mer­cre­di.

Xa­vier Do­lan et l’ac­trice Ma­rion Co­tillard sur le pla­teau du film Juste la fin du monde. PHO­TO COURTOISIE SHAYNE LAVERDIÈRE

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.