«Un avant et un après Feux»

Dif­fi­cile à croire, mais à 51 ans, après 25 ans de mé­tier, Maude Gué­rin in­carne pour la pre­mière fois un rôle prin­ci­pal à la té­lé, en se glis­sant dans la peau de la mys­té­rieuse Clau­dine Gre­nier de la sé­rie Feux, qui a pris son en­vol lun­di der­nier sur nos

Le Journal de Montreal - Weekend - - TÉLÉVISION - San­dra Go­din Le Jour­nal de Qué­bec La sé­rie Feux est dif­fu­sée les lun­dis, à 21 h, à Ra­dio-Ca­na­da.

Beau­coup d’ac­trices dans la qua­ran­taine ou la cin­quan­taine af­firment qu’en vieillis­sant, elles se voient confier de moins en moins de grands rôles. Mais ce n’est pas le cas de Maude Gué­rin.

«On di­rait que de­puis que j’ai 40 ans, je tra­vaille plus que ja­mais. Je re­mer­cie le ciel. Je n’ai pas eu de longs mo­ments dans ma car­rière sans rôle. Je suis vrai­ment choyée», a-t-elle confié en marge du lan­ce­ment de la sai­son de Ra­dio-Ca­na­da à Qué­bec, la se­maine der­nière.

Elle sou­ligne que son per­son­nage de Clau­dine Gre­nier, une di­rec­trice des res­sources hu­maines ma­riée et mère de deux en­fants, a presque le même âge qu’elle.

«Dans une sé­rie amé­ri­caine, on se­rait al­lé cher­cher une ac­trice de 30 ou 40 ans. On va le dire, un pre­mier rôle fé­mi­nin avec une femme de cet âge-là, c’est rare, très rare», in­siste-t-elle.

En en­tre­vue, Maude Gué­rin confie que l’au­teur de Feux, Serge Bou­cher, est non seule­ment un grand ami, mais aus­si le par­rain de son fils. Elle n’a joué ni dans Aveux, ni dans Ap­pa­rences, mais a beau­coup joué de ses pièces au théâtre, dont la der­nière, Après, au Théâtre d’Au­jourd’hui.

UN RÔLE EN NUANCES

Le rôle de Clau­dine n’a pas été écrit pour elle, mais... «Quand Claude [Des­ro­siers, le réa­li­sa­teur] est ve­nu me voir pour me dire qu’il me vou­lait, Serge était très, très heu­reux. C’est comme un im­mense ca­deau qu’on me fait.»

«Et j’avais l’ex­pé­rience aus­si pour le faire, car c’est un per­son­nage avec plu­sieurs couches, dit-elle. On me de­mande souvent de jouer des éner­gies plus fortes. Là, j’avais à jouer tout en nuances, car elle cache des choses et il y a son pas­sé qui res­sur­git. Je pense qu’il fal­lait du mé­tier pour le jouer.»

Elle ne mâche pas ses mots pour dire à quel point ce rôle au­ra été mar­quant dans son par­cours. Maude Gué­rin parle de ce thril­ler psy­cho­lo­gique comme étant un «texte for­mi­dable», joué par des «ac­teurs fa­bu­leux», chez qui elle a dé­cou­vert Da­niel Brière et Alexandre Goyette, avec qui elle n’avait ja­mais joué.

«C’est mar­qué d’une pierre blanche dans mon par­cours. Il y au­ra un avant, et un après Feux. [...] Je n’ai ja­mais fait ce genre de rôle là, une femme d’af­faires qui réus­sit. C’est rare qu’on me de­mande pour des rôles de femmes plus “straight”», a-telle sou­li­gné.

Et ne man­quez pas un seul des dix épi­sodes, nous aver­tit-elle. «C’est tri­co­té ser­ré. Il y a beau­coup, beau­coup de dé­tails. C’est une sé­rie que tu peux voir trois fois, et que tu peux dé­cou­vrir en­core des choses.»

DES BOULEVERSEMENTS POUR SAMANTHA

Cet au­tomne, le pu­blic re­noue­ra aus­si avec le per­son­nage de Samantha dans Mé­moires vives qu’in­carne Maude Gué­rin. Avec le pro­cès de Ch­ris­tian (Fré­dé­rick de Grand­pré), elle vi­vra de grands bouleversements. Les en­fants de son chum (in­car­né par Jeff Bou­dreault) se re­trou­ve­ront d’ailleurs plus près d’elle pour des rai­sons qu’on dé­cou­vri­ra.

Plus tard cette an­née, Maude Gué­rin in­car­ne­ra une mère dé­fa­vo­ri­sée dans le long mé­trage Tou­jours en­semble, de la réa­li­sa­trice So­phie Du­puis. Quand on ar­pente le long cur­ri­cu­lum vi­tae de l’ac­trice, on constate que le ci­né­ma est beau­coup moins pré­sent. Ce n’est pas vo­lon­taire, sim­ple­ment un concours de cir­cons­tances, af­firme-t-elle.

«J’ai joué beau­coup de pe­tits rôles, mais je n’ai ja­mais été ap­pe­lée pour des grands rôles. Mais il n’est ja­mais trop tard.»

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.