UNE FIN DU MONDE IMA­GI­NAIRE

Ce n’est rien de moins qu’un scé­na­rio de fin du monde que pro­pose le Théâtre La Li­corne dans les pro­chains jours avec sa pro­duc­tion maison, Ter­mi­nus. Ra­con­tés par le tru­che­ment de trois ré­cits, ce sont trois mys­té­rieux per­son­nages, dont les des­tins sont l

Le Journal de Montreal - Weekend - - WEEKEND | THÉÂTRE - Louise Bour­bon­nais Col­la­bo­ra­tion spé­ciale

Cam­pée à Du­blin, la pièce Ter­mi­nus, qui a dé­jà connu du suc­cès dans sa ver­sion an­glaise, pren­dra place en fran­çais pour la pre­mière fois au Qué­bec. «L’écri­ture de Mark O’Rowe est fas­ci­nante», lance d’em­blée Ma­ni So­ley­man­lou qui fait par­tie de la dis­tri­bu­tion et qui éta­blit un pa­ral­lèle entre ce texte et ce­lui du film Ba­bel, pour son style d’écri­ture, où di­verses his­toires sont ra­con­tées sans tou­te­fois en­tre­voir au dé­part un quel­conque lien entre cha­cune d’elles. Chaque per­son­nage ra­con­te­ra son ré­cit, à la ma­nière d’un mo­no­logue.

«C’est à la fin de la pièce que l’on dé­cou­vri­ra que les trois des­tins sont liés», ajoute-t-il. «Les ré­cits vont s’en­tre­croi­ser sans que les per­son­nages n’aient à in­ter­agir entre eux.»

Les trois per­son­nages évo­luent tous dans un scé­na­rio de fin du monde. Il y a d’abord une femme d’une qua­ran­taine d’an­nées, per­son­ni­fiée par Mar­tine Francke, qui a com­mis un geste grave et qui, pour se ra­che­ter, fait du bé­né­vo­lat. «Elle tra­vaille dans un centre d’aide et par­ti­ra au se­cours d’une jeune femme en­ceinte de huit mois», an­nonce Ma­ni So­ley­man­lou. Une autre femme, cam­pée par Alice Pas­cual, lutte pour sa vie à la suite d’une soi­rée qui a mal tour­né, tan­dis que le troi­sième per­son­nage a ven­du son âme

au diable.

UN PACTE AVEC LE DIABLE

Ce der­nier per­son­nage, qui a conclu un pacte avec le diable afin d’ob­te­nir une fa­veur, est in­ter­pré­té par Ma­ni So­ley­man­lou. «Il s’agit d’un homme ti­mide à l’ex­trême qui a tou­jours eu peur des femmes», in­dique l’ac­teur. C’est pour par­ve­nir à com­battre sa ti­mi­di­té dans le but d’avoir une re­la­tion avec une femme et de ren­con­trer l’amour qu’il a ac­cep­té de scel­ler un pacte avec le diable. «On ver­ra qu’après avoir ven­du son âme, il se fe­ra avoir par Sa­tan», fait re­mar­quer Ma­ni So­ley­man­lou. «À par­tir de là, il dé­ci­de­ra de se ven­ger sur les êtres hu­mains en gé­né­ral.» Ce per­son­nage au bord de la fo­lie au­ra à payer pour ses er­reurs au mo­ment de cette nuit ul­time.

FUIR LA SO­LI­TUDE

Dé­jà, on com­pren­dra que cha­cun des per­son­nages tente, à sa fa­çon, de fuir une so­li­tude qui pèse. Cha­cun d’entre eux cherche éga­le­ment un sens à sa vie.

On nour­rit des rêves pour en­suite su­bir des tra­hi­sons.

Cette co­mé­die noire trans­por­te­ra le spec­ta­teur du réa­lisme vers le fan­tas­tique. «L’uni­vers fan­tas­tique compte des sym­boles re­li­gieux très forts», sou­ligne Ma­ni So­ley­man­lou. «On traite ra­re­ment de su­jet qui aborde le pa­ra­nor­mal au théâtre.» On nous dit qu’il se­ra ques­tion de Dieu, du dé­mon des anges et même de ré­sur­rec­tion.

«C’est une pièce ma­gni­fique et très trou­blante», conclut-il.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.