LE CHAT SE TRANSPOSE SUR SCÈNE

Le Journal de Montreal - Weekend - - WEEKEND | THÉÂTRE -

RELAXNEWS | On se sou­vient de Si­mone Si­gno­ret et Jean Ga­bin en couple gla­çant dans Le Chat au ci­né­ma. My­riam Boyer et Jean Ben­gui­gui livrent pour la pre­mière fois au théâtre une tout autre ver­sion, très hu­maine, du ro­man de Si­me­non.

Sur la scène du théâtre de l’Ate­lier, à Pa­ris, les deux co­mé­diens di­ri­gés par Di­dier Long donnent toute sa sa­veur à l’uni­vers de Georges Si­me­non, ob­ser­va­teur ai­gui­sé des dif­fé­rences so­ciales et des ca­rac­tères hu­mains.

Mar­gue­rite, une femme de la bour­geoi­sie pro­vin­ciale désar­gen­tée, et Émile, an­cien ou­vrier, tous deux veufs, croient unir leurs so­li­tudes en se re­ma­riant. Le ma­riage de ce duo mal as­sor­ti tour­ne­ra au cau­che­mar, cha­cun de­ve­nant le tor­tion­naire de l’autre.

Dans son film (1971), Pierre Gra­nier-De­ferre gom­mait les dif­fé­rences so­ciales, ne re­te­nant que la haine im­pla­cable d’un couple ran­ci, en proie à l’al­coo­lisme.

Di­dier Long s’at­tache au contraire à dé­crire ses per­son­nages en profondeur, ra­con­tant par pe­tites touches leur vie pas­sée. Mar­gue­rite n’a ja­mais été ai­mée, et son coeur «est res­té tout pe­tit», dit la co­mé­dienne My­riam Boyer. Sa mère est morte quand elle avait trois ans, son père, oc­cu­pé à di­la­pi­der la for­tune des bis­cuits Doise fon­dés par son grand-père, ne s’est ja­mais oc­cu­pé d’elle. Son ma­ri l’a épou­sée pour sa for­tune.

Elle rêve de concerts, «Mo­zart, Ver­di», quand Émile lui pro­pose des wes­terns au ci­né­ma. Lui a connu l’amour avec sa pre­mière femme et a bien ten­té «d’ap­pri­voi­ser» Mar­gue­rite, avant que le fos­sé se creuse entre eux.

Jean Ben­gui­gui est for­mi­dable en ou­vrier fruste et tendre, face à une My­riam Boyer tout en nuances, tan­tôt bour­geoise froide tan­tôt mi­di­nette pleine d’es­poir. La pièce al­terne les épi­sodes de la ren­contre avec ceux de la ran­coeur, puis de la «guerre froide», alors que le couple ne com­mu­nique plus que par pe­tits pa­piers in­ter­po­sés.

C’est la mort sus­pecte du chat d’Émile qui dé­clen­che­ra la guerre froide, mais, dès les pré­misses, tout est en place pour une mé­ca­nique im­pla­cable de l’échec.

La des­cente aux en­fers s’ac­com­pagne de la fin d’un monde: de­hors des dé­mo­lis­seurs sont à l’oeuvre pour construire un nou­veau quar­tier sur l’an­cienne usine des bis­cuits Doise. Des bruits de chan­tier me­nacent à tout mo­ment la pe­tite maison de Mar­gue­rite, avec sa cui­sine en for­mi­ca, son sa­lon bour­geois fi­gé dans le pas­sé.

My­riam Boyer re­lève une nou­velle fois le dé­fi de suc­cé­der à Si­mone Si­gno­ret, puis­qu’elle a joué 500 fois au théâtre La vie de­vant soi, où s’était illus­trée la grande ac­trice au ci­né­ma.

Si­mone Si­gno­ret dans Le Chat. PHO­TO COURTOISIE

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.