UNE CO­MÉ­DIE NOIRE SI­GNÉE MI­CHEL BLANC

Abon­né pen­dant long­temps aux rôles de dra­gueurs mal­adroits et hy­po­con­driaques à l’image de son cé­lèbre Jean-Claude Duss des Bron­zés, Mi­chel Blanc n’au­rait ja­mais cru qu’il cam­pe­rait un jour un per­son­nage de ma­fieux. C’est pour­tant ce qu’il fait dans la co

Le Journal de Montreal - Weekend - - CINÉMA - Maxime De­mers Le Jour­nal de Mon­tréal maxime.de­mers @que­be­cor­me­dia.com

Au bout du fil, Mi­chel Blanc éclate de rire quand on lui fait re­mar­quer qu’on ne l’au­rait ja­mais ima­gi­né dans un rôle de ban­dit sans scru­pules. De son propre aveu, il ne se voyait pas lui non plus jouer ce per­son­nage quand il a écrit le scé­na­rio d’Un pe­tit bou­lot. C’est le réa­li­sa­teur du film, Pas­cal Chau­meil, qui a eu l’idée de lui of­frir ce rôle à contre-em­ploi.

«Je me suis dit: “pour­quoi pas?”, lance l’ac­teur de 64 ans, en en­tre­vue au Jour­nal. Et je ne le re­grette pas du tout parce que c’était nou­veau pour moi. Je me suis bien amu­sé.»

Adap­té d’un ro­man de l’Amé­ri­cain Iain Le­vi­son, Un pe­tit bou­lot met en scène un ma­fieux (Mi­chel Blanc) qui pro­pose à un ami chô­meur (Ro­main Du­ris) de tuer sa femme en échange d’une jo­lie somme d’ar­gent. Rui­né et déses­pé­ré, ce­lui-ci fi­nit par ac­cep­ter. Avant de dé­cro­cher un rôle dans le film, Blanc a d’abord été re­cru­té pour l’écri­ture du scé­na­rio.

«L’hu­mour noir du ro­man de Le­vi­son m’in­té­res­sait, mais j’avais peur de ne pas être en me­sure de conser­ver dans le scé­na­rio la double lec­ture du livre», ex­plique l’ac­teur connu pour ses rôles dans les co­mé­dies Les Bron­zés et Te­nue de soi­rée.

«On trouve dans le ro­man une cri­tique forte du ca­pi­ta­lisme sau­vage, mais aus­si un as­pect de co­mé­die grin­çante et noire. Pour que le film soit réus­si, il fal­lait réus­sir à gar­der les deux. J’ai écrit d’abord une qua­ran­taine de pages avant de me heur­ter à un pro­blème que je ju­geais in­so­luble. Mais après avoir lu ce que j’avais écrit, les pro­duc­teurs m’ont convain­cu de conti­nuer.»

FILM POST­HUME

Un pe­tit bou­lot est l’ul­time film du réa­li­sa­teur Pas­cal Chau­meil (L’ar­na­coeur) qui est dé­cé­dé en août 2015 à l’âge de 54 ans, peu de temps après avoir com­plé­té le mon­tage du long mé­trage. Il souf­frait d’un can­cer du foie, mais il ne l’a dit à per­sonne sur son pla­teau de tour­nage.

«On igno­rait tous quelle ma­la­die le ron­geait, in­dique Blanc. Il était tel­le­ment dis­po­nible à 100 % sur le pla­teau que ja­mais je n’au­rais pu croire qu’il était en phase ter­mi­nale d’un can­cer du foie. Il m’a té­lé­pho­né un lun­di pour me dire qu’il ve­nait de ter­mi­ner le film et qu’il en était très fier. Et le jeu­di sui­vant, paf, j’ai ap­pris qu’il était mort. C’est in­croyable.

«On au­rait pu sor­tir le film il y a un an, mais ça au­rait été très violent de faire la pro­mo­tion alors qu’on ve­nait d’en­ter­rer Pas­cal. Ça n’en­lève rien à la tris­tesse de voir par­tir si jeune cet homme qui était plein de ta­lent, mais le fait d’at­tendre un an avant de sor­tir le film nous a per­mis de prendre un peu de re­cul.»

La co­mé­die Un pe­tit bou­lot prend l’af­fiche le ven­dre­di 30 sep­tembre.

PHO­TO COURTOISIE

Mi­chel Blanc et Ro­main Du­ris forment un duo im­pro­bable dans la co­mé­die Un pe­tit bou­lot.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.