¡VIVA LA REVOLUCIÓN!

Le Journal de Montreal - Weekend - - CINÉMA -

Pa­ru cette se­maine en DVD et en VSD, L’État libre de Jones ra­conte l’his­toire ex­tra­or­di­naire et in­édite au ci­né­ma d’un ré­vo­lu­tion­naire de la Guerre de Sé­ces­sion, cam­pé par Mat­thew McCo­nau­ghey (Dal­las Buyers Club). Pour mar­quer le coup, Me­dia­film convoque le sou­ve­nir d’autres ré­vo­lu­tion­naires, hé­roïques ou pas, dont le ci­né­ma a très bien su ra­con­ter le par­cours.

3 CAR­LOS

Ins­pi­ré par la co­los­sale re­cherche ef­fec­tuée par le jour­na­liste Ste­phen Smith, le Fran­çais Oli­vier As­sayas (Les des­ti­nées sen­ti­men­tales) a cir­cons­crit avec in­tel­li­gence, sans ja­mais prendre par­ti, la vie du ter­ro­riste Ilich Ra­mi­rez San­chez, de­puis son im­pli­ca­tion dans le Front po­pu­laire de la li­bé­ra­tion de la Pa­les­tine jus­qu’à son ar­res­ta­tion au Sou­dan en 1994. Ré­sul­tat: une page d’his­toire du ter­ro­risme géo­po­li­tique, par la­quelle le ci­néaste ne vise pas tant la vé­ri­té his­to­rique que l’au­then­ti­ci­té psy­cho­lo­gique et émo­tion­nelle des pro­ta­go­nistes.

3 CHE

Ste­ven So­der­bergh (Erin Bro­cko­vich) re­cons­ti­tue les épi­sodes mar­quants de la vie du ré­vo­lu­tion­naire Er­nes­to «Che» Gue­va­ra, dans cette oeuvre am­bi­tieuse, dense et pré­cise. Le su­jet lui-même ayant de­puis long­temps été my­thi­fié, il eut été fa­cile d’op­ter pour un trai­te­ment hol­ly­woo­dien et ha­gio­gra­phique. Or, à l’in­verse, le ci­néaste a pri­vi­lé­gié, dans la pre­mière par­tie sur­tout, une ap­proche à hau­teur d’homme qui ne laisse place à au­cun dé­bor­de­ment. Plus clas­sique et li­néaire, le se­cond vo­let est pa­ra­doxa­le­ment le plus pre­nant.

2 DANTON

Gé­rard De­par­dieu in­ter­prète avec puis­sance et convic­tion le rôle-titre de cette oeuvre si­gnée An­dr­zej Wa­j­da (L’homme de fer) et cen­trée sur la ri­va­li­té de ce der­nier avec Ro­bes­pierre, qui le fe­ra tra­duire de­vant le tri­bu­nal ré­vo­lu­tion­naire en 1793. Wa­j­da re­cons­ti­tue ce mo­ment his­to­rique par un style di­rect et réa­liste, fort éloi­gné des ha­bi­tuels trai­te­ments épiques de sem­blables su­jets. Pour touf­fue qu’elle soit, l’in­trigue est racontée avec une force vé­hé­mente dans un trai­te­ment qui confère à cette anec­dote du pas­sé des ré­so­nances contem­po­raines.

2 VIVA ZAPATA

En 1952, le grand Elia Ka­zan ra­con­tait dans ce film les ex­ploits d’un pay­san mexi­cain anal­pha­bète (Mar­lon Bran­do) qui, en 1911, a en­tre­pris une longue lutte contre la dic­ta­ture aris­to­cra­tique de son pays. L’en­semble est cam­pé dans un cli­mat d’épo­pée au­quel contri­bue une pho­to­gra­phie d’une beau­té peu com­mune. La mise en scène vi­gou­reuse et pré­cise éclaire une si­tua­tion po­li­tique com­plexe et l’in­ter­pré­ta­tion, tant de Bran­do que de ses par­te­naires, est ex­cel­lente.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.