UN HOMME D’ÉGLISE TRICHEUR ET MANIPULATEUR

Pour lan­cer sa sai­son théâ­trale, le TNM a mi­sé sur une ex­cel­lente bro­chette d’ac­teurs afin de nous trans­por­ter dans l’uni­vers de Mo­lière. Be­noît Brière, Anne-Ma­rie Ca­dieux et Em­ma­nuel Sch­wartz fi­gurent par­mi les treize co­mé­diens qui se don­ne­ront la ré­pliq

Le Journal de Montreal - Weekend - - THÉÂTRE - Louise Bour­bon­nais Col­la­bo­ra­tion spé­ciale louise.bour­bon­nais @que­be­cor­me­dia.com

À l’ère où les prêtres n’ont plus le vent dans les voiles, ayant per­du leur pou­voir mo­ral au sein de la po­pu­la­tion et ayant été maintes fois écor­chés par les scan­dales de pé­do­phi­lie, voi­là que le met­teur en scène De­nis Mar­leau res­sort une co­mé­die de Mo­lière qui re­monte à 1664.

Écrite en alexan­drins, elle ra­conte l’his­toire d’un faux ser­vi­teur de Dieu ha­bi­té par l’ap­pât du gain. C’est l’hy­po­cri­sie re­li­gieuse et la fausse dé­vo­tion qui y sont prin­ci­pa­le­ment dé­non­cées. «On se­ra sur­pris de l’ac­tua­li­té du pro­pos, car rien n’a vrai­ment chan­gé», an­nonce d’en­trée de jeu Em­ma­nuel Sch­wartz qui in­ter­pré­te­ra le rôle-titre.

La pièce, à l’époque, avait fait un tel scan­dale qu’elle avait été in­ter­dite par l’Église. In­ti­tu­lée Tar­tuffe ou l’Im­pos­teur et pré­sen­tée au châ­teau de Ver­sailles en 1664, elle a ra­pi­de­ment été ban­nie par l’Église et par la pres­sion de l’ar­che­vêque de Pa­ris, Har­douin de Pé­ré­fixe, si bien que le roi Louis XIV a dû de­man­der à Mo­lière de re­voir sa pièce afin qu’elle de­vienne pré­sen­table. À l’époque, Mo­lière pré­sen­tait ses pièces dans la Cour du roi pour amu­ser la fa­mille royale avant de les pré­sen­ter au grand public.

L’AP­PÂT DU GAIN

Ain­si, on re­trou­ve­ra Be­noît Brière et Anne-Ma­rie Ca­dieux, qui prê­te­ront leurs traits à Or­gon, un bon père de fa­mille, et sa sé­dui­sante épouse, El­mire.

Or­gon a choi­si d’ins­tal­ler dans sa propre mai­son un guide spi­ri­tuel. Ce bien­fai­teur homme de Dieu, nom­mé Tar­tuffe, s’avé­re­ra le pire manipulateur. En plus de vou­loir épou­ser la fille d’Or­gon et de sé­duire El­mire, il vou­dra mettre la main sur la for­tune fa­mi­liale.

«L’im­pos­teur qu’est Tar­tuffe mène un jeu de confi­dence. Il est ce­lui qui trompe et qui monte un ba­teau à quel­qu’un dans le but d’en ti­rer pro­fit, c’est une fi­gure que l’on re­trouve au­jourd’hui par­tout», fait re­mar­quer la tête d’af­fiche. «C’est aus­si ce­lui que l’on pour­rait consi­dé­rer comme le né­go­cia­teur et le beau par­leur.»

DE BELLES RE­TROU­VAILLES

Pour Em­ma­nuel Sch­wartz, re­mon­ter sur les planches du TNM est non seule­ment un grand dé­fi, mais aus­si l’oc­ca­sion de re­tra­vailler avec Be­noît Brière, avec qui il avait joué l’an­née der­nière dans ce même théâtre dans la pièce En at­ten­dant Go­dot.

«Or­gon et Tar­tuffe forment un grand couple my­thique au théâtre», sou­ligne Em­ma­nuel Sch­wartz.

Le met­teur en scène a vou­lu mo­der­ni­ser la pièce afin de la cam­per dans les an­nées 1960. «Ça cor­res­pond à la sor­tie de la Grande Noir­ceur au Qué­bec», rap­pelle Em­ma­nuel Sch­wartz, qui fait re­mar­quer qu’ha­bi­tuel­le­ment, Tar­tuffe est joué par un ac­teur beau­coup plus âgé.

«Nous au­rons des cos­tumes flyés rap­pe­lant les an­nées 1960», ré­vèle-t-il. «Tar­tuffe fe­ra pen­ser à un ani­ma­teur de pas­to­rale qui aime le chan­teur Prince plu­tôt qu’un tra­di­tion­nel cu­ré de pa­roisse.»

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.