L’AB­SURDE de Sa­muel Be­ckett

Ce n’est pas une, mais plu­tôt quatre pièces de l’au­teur Sa­muel Be­ckett qui se­ront pré­sen­tées une à la suite de l’autre à la salle FredBar­ry. L’au­teur étant ré­pu­té pour son uni­vers ab­surde, les pièces, qui au­ront pour thème la fi­na­li­té de l’exis­tence, de­vr

Le Journal de Montreal - Weekend - - THÉÂTRE - Louise Bour­bon­nais Col­la­bo­ra­tion spé­ciale louise.bour­bon­nais @que­be­cor­me­dia.com

Ce sont quatre courtes pièces que la met­teure en scène Ca­the­rine Bour­geois a choi­si de pré­sen­ter. «Elles font de douze à quinze mi­nutes cha­cune et elles se­ront pré­sen­tées in­té­gra­le­ment», pré­cise d’em­blée l’ac­teur Marc Bé­land qui se­ra sur les planches en­tou­ré de trois co­mé­diens. Les pièces choi­sies sont: Pas, Souffle, Quoi où et Im­promp­tu d’Ohio. Des oeuvres qui ne sont pas mon­tées très sou­vent au Qué­bec.

Dans la pièce Pas, il se­ra ques­tion d’un grand dé­lire met­tant en scène une mère et sa fille, celle-ci fai­sant les cent pa­sen­fer­mée par sa mère qui est ha­bi­tée par une cer­taine fo­lie. «Nous se­rons dans une si­tua­tion d’abus et dans une re­la­tion étouf­fante», an­nonce Marc Bé­land qui ad­met ap­pré­cier par­ti­cu­liè­re­ment cette pièce. «La jeune fille est un per­son­nage avec des traits ob­ses­sifs et énig­ma­tiques.» On pré­cise éga­le­ment que chaque spec­ta­teur pour­ra en faire sa propre in­ter­pré­ta­tion, comme c’est sou­vent le cas dans les pièces de Be­ckett. «Cer­tains uni­vers sont très schi­zo­phré­niques», ajoute-t-il.

LE SENS DE L’EXIS­TENCE

Fi­dèle à son style d’écri­ture, le cé­lèbre écri­vain et dra­ma­turge d’ori­gine ir­lan­daise, qui s’est fait connaître pour son uni­vers ab­surde avec ses oeuvres théâ­trales aus­tères qui font dans le pes­si­misme, met en lu­mière l’as­pect sans is­sue de la vie, tout en y ajou­tant une bonne dose phi­lo­so­phique.

«On ques­tionne le sens de l’exis­tence et le sens de la vie», sou­ligne Marc Bé­land. «Les thèmes sont Dieu, l’au-de­là et le mys­tère de la vie.»

Dans la pièce Quoi où, on se­ra face à quatre mys­té­rieux per­son­nages avec Marc Bé­land dans le rôle prin­ci­pal. «Mon per­son­nage mène un in­ter­ro­ga­toire, sur des grandes ques­tions, rap­pe­lant un pri­son­nier qui pour­rait se faire ques­tion­ner d’une voix très au­to­ri­taire.» Les ques­tions sont, en­core là, exis­ten­tielles: quelle est la si­gni­fi­ca­tion de la vie et où al­lons­nous? «Mais il n’y au­ra ja­mais de ré­ponse», ré­vèle le co­mé­dien.

Dans la pièce Im­promp­tu d’Ohio, c’est prin­ci­pa­le­ment une peine d’amour qui se­ra jouée sur scène. On cherche à se conso­ler d’avoir per­du l’être cher. Quant à la pièce Souffle, elle se­ra pré­sen­tée sur écran vi­déo.

DI­VERS DÉ­FIS

Outre le dé­fi de pré­sen­ter quatre pièces dans un même spec­tacle, la met­teure en scène a choi­si de tra­vailler avec deux co­mé­diens at­teints d’une dé­fi­cience in­tel­lec­tuelle, ce qui ajoute une forte ré­so­nance aux pro­pos de Be­ckett. «Le spec­ta­teur qui ob­serve un ac­teur han­di­ca­pé sur scène a gé­né­ra­le­ment ten­dance à lui at­tri­buer une charge de déses­poir et de cou­rage de­vant l’ad­ver­si­té», in­dique la met­teure en scène. «Pour ces co­mé­diens, il s’agit là d’un très grand dé­fi», fait re­mar­quer Marc Bé­land. Par cette fa­çon de dé­jouer les codes du théâtre, on pour­rait bien voir naître un ob­jet théâ­tral par­ti­cu­lier qui se si­tue entre la beau­té et la dou­leur avec une pointe de can­deur.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.