CES HURONS QUI SE PRENNENT EN MAIN

Le Journal de Montreal - Weekend - - VACANCES - Gilles Proulx Col­la­bo­ra­tion spé­ciale

Par exemple, en 1998, au cours d’un voyage sur la Terre de Baf­fin chez les Inuits, j’ai res­sen­ti une hos­ti­li­té évi­dente, no­tam­ment lorsque les gens en­ten­daient mon ac­cent fran­çais. Les ven­deurs me re­fu­saient leur mar­chan­dise. Les mo­to­neiges, au mois d’août, traî­naient dans l’eau: «Le fé­dé­ral va nous en payer des neuves», m’ex­pli­qua-t-on.

Pour­tant, deux jours plus tard, j’étais au Groen­land, dans la même com­mu­nau­té inuite… où l’ac­cueil fut in­com­pa­ra­ble­ment meilleur: sou­rires, gen­tillesse. Ces gens-là sem­blaient plus épa­nouis, plus proches de leurs ra­cines cultu­relles, moins dé­pen­dants du gou­ver­ne­ment.

Au Qué­bec, nous avons un exemple sem­blable dans L’An­cienne-Lorette, avec la ré­serve de Wen­dake. Y êtes-vous dé­jà al­lé? Je vous y en­cou­rage. Bien sûr, il y a beau­coup de tou­ristes eu­ro­péens friands de culture «in­dienne».

Dans cette ré­serve hu­ronne, on a su se prendre en main de toutes sortes de ma­nières. Non seule­ment on a pré­ser­vé les arts et les ac­ti­vi­tés tra­di­tion­nelles, mais on a su se do­ter d’une cui­sine haut de gamme uti­li­sant le gi­bier qui consti­tue la base de l’ali­men­ta­tion de cette na­tion de­puis plu­sieurs siècles.

Que ce soit des crèmes mé­di­ci­nales pour gué­rir la peau ou des lo­tions na­tu­relles pour chas­ser les mous­tiques, les pro­duits tra­di­tion­nels ne manquent pas. Voi­là qui fas­cine le vi­si­teur étran­ger et qui en ap­pelle à son por­te­feuille! Ces Hurons ont le sens des af­faires. Et ce sont des pro­duits de qua­li­té qui sont pro­po­sés. On se prend à rê­ver de com­mu­nau­tés en­tières qui pour­raient se re­le­ver éco­no­mi­que­ment et cultu­rel­le­ment en sui­vant cet exemple. Chose ré­jouis­sante: la langue hu­ronne n’est pas per­due, elle s’en­seigne et est bien vi­vante. Beau­coup de jeunes Hurons fré­quentent l’Uni­ver­si­té La­val sans pour au­tant re­nier leurs ori­gines. N’est-ce pas là le meilleur des exemples? Les in­jus­tices du pas­sé et les griefs, on s’en sou­vient, on ne les ou­blie pas, mais on n’en fait pas une rai­son de vivre! Il faut dire que cette na­tion était notre fi­dèle al­liée de­puis Sa­muel de Cham­plain.

Pe­tit spec­tacle d’ac­cueil à l’in­ten­tion des tou­ristes.

Les Hurons-Wen­dats sont très mé­tis­sés, mais ils ont su conser­ver leur fond iden­ti­taire (contrai­re­ment à nous).

Re­pré­sen­ta­tion de la cé­ré­mo­nie du ca­lu­met de paix.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.