UN RE­TOUR EN FORCE

«Épique». Le mot re­vient à plu­sieurs re­prises lorsque Gre­go­ry Charles dé­crit la nou­velle ver­sion de son spec­tacle Noir et Blanc 2. Pour s’as­su­rer de faire justice à ce mot, il se­ra en­tou­ré de son com­plice Marc Her­vieux, mais aus­si de plus de 2000 cho­riste

Le Journal de Montreal - Weekend - - SOMMAIRE - Bru­no La­pointe Le Jour­nal de Mon­tréal bru­no.la­pointe @que­be­cor­me­dia.com

À l’époque du pre­mier Noir et Blanc (pré­sen­té à 31 re­prises au Centre Bell de Mon­tréal au dé­but du siècle), l’ap­port des cho­ristes était moindre, ré­ser­vé ex­clu­si­ve­ment au rap­pel. Jeu­di soir, ces quelque 2000 chan­teurs au­ront une pré­sence ac­crue, fai­sant par­tie in­té­grante du spec­tacle.

«Ils se­ront là au dé­but, au mi­lieu, à la fin... Ça va être ab­so­lu­ment épique», pro­met-il.

Le pro­jet de dé­part était beau­coup moins am­bi­tieux. Gre­go­ry Charles avait ini­tia­le­ment l’in­ten­tion de réunir quelques cen­taines de cho­ristes, tout au plus. Son but: créer un évé­ne­ment «plus gros» que le pré­cé­dent.

«Pour le pre­mier Noir et Blanc, on avait entre 150 et 200 cho­ristes. Alors je me suis dit que, pour le deuxième spec­tacle, on de­vrait dou­bler le nombre de chan­teurs. Je ne pen­sais pas me rendre jus­qu’à 2000», ex­plique-t-il.

Et ce n’est pas fi­ni; Gre­go­ry Charles ac­cepte en­core les sou­mis­sions de la part de chan­teurs et choeurs, et ce, jus­qu’à mar­di, jour de la der­nière ré­pé­ti­tion vir­tuelle.

« COMME UNE TONNE DE BRIQUES »

Le spec­tacle qui se­ra pré­sen­té au Centre Bell se­ra dif­fé­rent de ceux don­nés au Ca­ba­ret du Ca­si­no de Mon­tréal au prin­temps der­nier. La formule a été re­vue et mi­se­ra moins sur le ca­rac­tère in­te­rac­tif; la por­tion consa­crée aux de­mandes spé­ciales du pu­blic se­ra ré­duite à un tiers de la soi­rée.

«Avec un nombre aus­si im­por­tant de cho­ristes, on vou­lait s’as­su­rer de pré­pa­rer des chansons à grand dé­ploie­ment qui les mettent en va­leur. Tant qu’à faire dé­pla­cer tout ce monde, on veut que ça sonne comme une tonne de briques», ex­plique Ger­go­ry Charles.

Pour le reste, Gre­go­ry Charles et Marc Her­vieux of­fri­ront un sur­vol mu­si­cal des 75 der­nières an­nées. Les deux hommes met­tront de l’avant le mé­tis­sage cultu­rel ré­sul­tant de l’al­liage des «mu­siques dites noires et des mu­siques dites blanches». D’où le titre du spec­tacle.

UNE EX­PÉ­RIENCE À RE­FAIRE

Alors que la pre­mière mou­ture du spec­tacle Noir et Blanc (en so­lo par Gre­go­ry Charles) au­ra été pré­sen­tée du­rant quatre an­nées, cette nou­velle pro­duc­tion en est à ses pre­mières armes, n’ayant à son ac­tif qu’une di­zaine de re­pré­sen­ta­tions. Mais Gre­go­ry Charles n’a pas l’in­ten­tion de mettre un terme à cette aven­ture pro­chai­ne­ment.

«La formule d’un spec­tacle en par­tie in­te­rac­tif et im­pro­vi­sé per­met de créer des ex­pé­riences dif­fé­rentes chaque soir, sans ja­mais de­ve­nir re­don­dant. C’est comme al­ler voir une par­tie de hockey; il n’y en a ja­mais deux pa­reilles», ex­plique Gre­go­ry Charles.

«On va com­men­cer par vivre le spec­tacle de jeu­di. Mais je vois très bien com­ment l’ex­pé­rience pour­rait se pour­suivre. Et peut-être même qu’on pour­rait être en­core plus nom­breux», avance-t-il. Le spec­tacle Noir et Blanc 2 se­ra pré­sen­té au Centre Bell le 17 no­vembre.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.