UN AL­BUM CONTEM­PO­RAIN À SON IMAGE

Bob­by Ba­zi­ni a trou­vé sa voie et peut-être la route vers le suc­cès in­ter­na­tio­nal. Sur Sum­mer is Gone, troi­sième al­bum dont la ges­ta­tion l’a fait voya­ger de Na­sh­ville à Londres, le sur­doué de Mont-Lau­rier af­firme avoir cher­ché à s’éloi­gner de ses in­fluence

Le Journal de Montreal - Weekend - - SOMMAIRE - Cé­dric Bé­lan­ger Le Jour­nal de Qué­bec

Mis­sion ac­com­plie? Le pu­blic et les cri­tiques tran­che­ront. En at­ten­dant, le prin­ci­pal in­té­res­sé se ré­jouit d’of­frir l’al­bum «qui lui res­semble le plus».

«C’est un al­bum plus contem­po­rain, da­van­tage au goût du jour, tout en ayant été en­re­gis­tré avec de vrais ins­tru­ments. Pour la pre­mière fois, c’est moi qui ai joué de la gui­tare. Le pia­no a aus­si une place im­por­tante, ce qui n’était pas le cas avant», dit Ba­zi­ni, qui s’est en­tre­te­nu avec Le Jour­nal en marge de la parution de cet al­bum.

GROS PLAN DU VI­SAGE

Le chan­ge­ment de cap an­non­cé se re­marque sur la po­chette. Ou­bliez le Bob­by Ba­zi­ni de dos ou en re­trait des albums Bet­ter in Time et Where I Be­long. Cette fois, on mise sur un gros plan de son vi­sage. Une pre­mière pour ce grand ti­mide.

«Ça ne fait pas par­tie de ma per­son­na­li­té de me mon­trer. Je suis plu­tôt du genre à faire des po­chettes avec des des­sins comme Ra­dio­head. Mais je com­prends que, compte te­nu de mon style mu­si­cal, c’est im­por­tant que les gens me voient. J’avais re­mar­qué ces der­nières an­nées que les gens connaissent mon nom, mais qu’ils n’y as­so­cient pas un vi­sage.»

Main­te­nant, il n’y au­ra plus d’ex­cuses.

ÉQUIPE D’ÉTOILES

Autre nou­veau­té, Bob­by Ba­zi­ni a dé­ci­dé d’al­ler s’ins­pi­rer à l’ex­té­rieur du Qué­bec, à Na­sh­ville et sur­tout à Londres, et a fait ap­pel à une équipe d’étoiles d’au­teurs.

Mar­tin Te­refe (Ja­son Mraz), qui a aus­si réa­li­sé l’al­bum, Jake Gos­ling (Ed Shee­ran), Eg White (Adele), Jim­my Ho­garth (Sia), Sam Dixon (Sia, Adele) et même la nou­velle star du coun­try, Ch­ris Sta­ple­ton, ont ac­cep­té de s’as­seoir avec le Qué­bé­cois pour écrire des chansons.

CAM­PAGNE DE PRO­MO­TION

L’éti­quette In­ter­scope pré­pare une cam­pagne de pro­mo­tion qui se met­tra en branle à l’hi­ver pour faire connaître Bob­by Ba­zi­ni aux États-Unis.

Il est aus­si ques­tion que Sum­mer is Gone pa­raisse sous l’éti­quette Po­ly­dor en An­gle­terre, en fé­vrier pro­chain. Le gag de Louis-Jo­sé Houde au ga­la de l’ADISQ 2015, le fa­meux «Perce Bob­by, perce», était-il pré­mo­ni­toire?

À ce su­jet, Ba­zi­ni pré­fère jouer la carte de la pru­dence. «Ça fait tel­le­ment long­temps que je sou­haite ça que j’ai peur de me créer des at­tentes.»

N’em­pêche, la forte ré­ac­tion du Canada an­glais à la sor­tie du pre­mier ex­trait, C’est la vie, qui a abou­ti dans un top 10, au­to­rise les plus beaux es­poirs.

«C’est la pre­mière fois qu’une de mes chansons quitte le Qué­bec et se po­si­tionne dans les pal­ma­rès dans le reste du pays. C’est vrai­ment trip­pant.» Sum­mer is Gone est en vente.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.