EN NOIR ET BLANC

Omar Sy est ma­gis­tral dans ce film bio­gra­phique sur le clown Cho­co­lat, un an­cien es­clave cu­bain de­ve­nu ar­tiste de cirque dans le Pa­ris des an­nées 1920.

Le Journal de Montreal - Weekend - - CINÉMA - Isa­belle Hon­te­bey­rie

Film de Ro­sch­dy Zem.

Avec Omar Sy, James Thiér­rée, Thi­bault de Mon­ta­lem­bert

«Le chaî­non man­quant entre les pri­mates et nous!» C’est ain­si qu’est pré­sen­té Ka­nan­ga (Omar Sy), te­nant à la main un chim­pan­zé, lors­qu’il fait son en­trée sur le ring de ce cirque qui s’ar­rête dans une bour­gade du nord de la France. Nous sommes en 1897. Le ra­cisme n’est même pas un su­jet de conver­sa­tion, les Noirs étant consi­dé­rés de fac­to comme étant des in­fé­rieurs, des bêtes sau­vages qu’il faut dres­ser.

Lorsque le clown Foo­tit (James Thiér­rée, le pe­tit-fils de Char­lie Cha­plin), cé­lèbre en son temps, croise la route de Ka­nan­ga, il lui pro­pose de faire le clown cas­ca­deur dans son nou­veau nu­mé­ro. Foo­tit l’en­traîne, lui ap­prend les ru­di­ments du mé­tier, et Ka­nan­ga de­vient Cho­co­lat (à l’époque, le mot si­gni­fie «ber­né»). Le nu­mé­ro des deux hommes est un suc­cès qui fait cou­rir les foules. Cho­co­lat de­vient une ve­dette, riche. Mais il reste un «né­gro», il dé­range donc.

Tant qu’il reste à sa place, per­sonne ne lui cher­che­ra noise, mais s’il a la pré­ten­tion de se faire trai­ter avec di­gni­té, ça coince, son ar­res­ta­tion et ses mau­vais trai­te­ments par la police sous un pré­texte fal­la­cieux en étant le meilleur exemple.

Sur scène, il est le faire-va­loir de Foo­tit. Alors qu’en pri­vé, les deux hommes semblent dé­ve­lop­per une re­la­tion d’ami­tié, Cho­co­lat com­mence à se sen­tir en porte-à-faux. Et quand il exige de sor­tir de son rôle de se­cond, de clown qui se fait ta­per des­sus, son par­te­naire le tance ver­te­ment.

Dé­sor­mais en butte à l’en­semble de son en­tou­rage, Cho­co­lat cu­mule les en­nuis – il joue et ses dettes s’ac­cu­mulent – avant de de­man­der à jouer le rôle d’Othel­lo sur la scène d’un vrai théâtre. Mais là non plus, ça ne fonc­tionne pas.

CONVAIN­CANT

La thé­ma­tique de ce long mé­trage bio­gra­phique réa­li­sé par Ro­sch­dy Zem (Alas­ka) n’est pas sans rap­pe­ler Vé­nus noire (2009) d’Ab­del­la­tif Ke­chiche sur l’histoire vraie d’une Noire ex­hi­bée comme une bête de cirque. Mais Cho­co­lat est moins violent, moins dur. Si le su­jet de la di­gni­té hu­maine, du combat pour la re­con­nais­sance de droits élé­men­taires est abor­dé de ma­nière aus­si crue (la vio­lence du lan­gage de l’époque est ahu­ris­sante), le film de­meure moins déses­pé­ré, Ro­sch­dy Zem pre­nant le par­ti d’ex­pli­quer ce ra­cisme par l’époque.

Les élé­ments bio­gra­phiques connus de ce­lui qui s’ap­pe­lait en réa­li­té Ra­fael et qui a été éle­vé par une vieille femme à La Ha­vane sont res­pec­tés, et le Pa­ris du dé­but du 20e siècle est par­fai­te­ment re­cons­ti­tué. C’est sur­tout Omar Sy qui im­pres­sionne. Sa gra­vi­té, sa dou­leur, son in­di­gna­tion re­muent ef­fi­ca­ce­ment le spec­ta­teur qui os­cille entre rires et in­cré­du­li­té. Sans être un chef-d’oeuvre, Cho­co­lat est suf­fi­sam­ment bien me­né pour convaincre les pu­blics de tous âges.

Cho­co­lat ra­conte l’histoire du clown Foo­tit (James Thiér­rée) et de Ka­nan­ga (Omar Sy), per­for­meurs dans le Pa­ris du dé­but du 20e siècle.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.