CA­SEY AF­FLECK AU SOM­MET DE SON ART

Peut-on réel­le­ment pas­ser outre la mort de ceux qu’on aime et vivre?

Le Journal de Montreal - Weekend - - CINÉMA - Isa­belle Hon­te­bey­rie

Il y a des per­sonnes qu’on enterre, puis dont on ap­prend à se pas­ser, en l’ab­sence de qui on re­com­mence néan­moins à pal­pi­ter. Puis, il y a les autres. Ceux qui laissent un trou béant, un vide qui ne peut se com­bler et qu’on ne veut pas rem­plir ni rem­pla­cer.

Man­ches­ter by the Sea, dans le­quel le ta­lent de Ca­sey Af­fleck ex­plose en mille et une fa­cettes de dou­leur conte­nue, de re­grets, de rage, de co­lère, de bon­heur fu­gace, traite de ce su­jet in­tem­po­rel, uni­ver­sel, dou­lou­reux, vi­vant.

Lee Chand­ler (Ca­sey Af­fleck) est l’homme à tout faire d’un pro­prié­taire d’im­meubles à lo­ge­ments. Peu lo­quace, voire bour­ru, il évite tout contact hu­main et se li­mite aux in­ter­ac­tions so­ciales qu’il lui faut mi­ni­ma­le­ment main­te­nir. Lors­qu’il ap­prend que son frère Joe (Kyle Chand­ler) vient de faire une crise car­diaque, il se rend dans la ville de Man­ches­ter-by-the-Sea au Mas­sa­chu­setts, bour­gade qu’il a quit­tée il y a des an­nées, pour y ap­prendre son dé­cès.

Le réa­li­sa­teur et scé­na­riste Ken­neth Lo­ner­gan (l’ex­cellent Tu peux comp­ter

sur moi sor­ti en 2000) s’ap­plique en­suite à mon­trer les rai­sons de ce dé­part et les cir­cons­tances qui ont fait de Lee ce qu’il est de­ve­nu. En ar­ti­cu­lant le long mé­trage au­tour de la re­la­tion de Lee et de Pa­trick (Lu­cas Hedges, im­pres­sion­nant) son neveu ado­les­cent, dont il de­vient le tu­teur après la mort de son frère, le ci­néaste tisse une toile émo­tive dans la­quelle le pro­ta­go­niste se dé­bat tant bien que mal.

JEU DE QUA­LI­TÉ

Sou­te­nu par des ac­teurs se­con­daires – Mi­chelle Williams in­carne son ex-épouse, elle aus­si écor­chée vive – à sa me­sure, Ca­sey Af­fleck trouve en­fin ici un rôle lui per­met­tant d’ex­ploi­ter tout son po­ten­tiel dra­ma­tique, et qui lui per­met­tra sans nul doute d’ob­te­nir une no­mi­na­tion aux Os­cars. Tour à tour dé­chi­ré, en­ra­gé, in­dif­fé­rent, l’ac­teur de 41 ans fait siennes, et donc nôtres, les vio­lences et tur­bu­lences émo­tives de son per­son­nage.

Loin d’être un long mé­trage dou­lou­reux, Man­ches­ter by the Sea de­meure, par la grâce de Ken­neth Lo­ner­gan, une his­toire ma­gni­fi­que­ment hu­maine dans la­quelle l’amour sous toutes ses formes oc­cupe le pre­mier plan.

Avec son rôle de Lee Chand­ler, Ca­sey Af­fleck peut en­fin se per­mettre d’ex­ploi­ter tout son po­ten­tiel dra­ma­tique. PHO­TO COUR­TOI­SIE

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.