DES RÔLES AUX ANTIPODES

Plu­sieurs ac­teurs passent une par­tie de leur car­rière à jouer des per­son­nages qui se res­semblent, et res­tent pris dans le même «cas­ting», comme on dit dans le jargon de l’in­dus­trie. À 61 ans et après plus de 35 ans de car­rière, Syl­vie Léo­nard constate le

Le Journal de Montreal - Weekend - - TÉLÉVISION - San­dra Go­din san­dra.go­din@que­be­cor­me­dia.com

Après avoir mis la per­ruque dans Feux pour la douce Hé­lène, mis des pro­thèses mam­maires pour l’exas­pé­rante Mi­reille dans Rup­tures, Syl­vie Léo­nard est de nou­veau flam­boyante cet hi­ver dans Lâ­cher prise, la nou­velle co­mé­die de Ra­dio-Ca­na­da.

«J’ai été chan­ceuse, parce que je n’ai ja­mais joué la même chose, confie-telle à l’autre bout du fil. Et j’ac­cepte beau­coup de me chan­ger. C’est ça mon mé­tier. Je ne com­prends pas les ac­teurs qui n’ac­ceptent pas trop de le faire. Je n’étais vrai­ment pas belle dans Feux. Mais c’est ça qui est for­mi­dable. Je suis contente quand on m’offre quelque chose qui est très loin de mon phy­sique.»

Dans Lâ­cher prise, elle y in­carne Ma­de­leine, un per­son­nage sans filtre – c’est peu dire – dont il sort de la bouche des ré­pliques sa­vou­reuses si­gnées Isa­belle Langlois.

UNE HIS­TOIRE D’AMI­TIÉ

«Les ré­pliques sont as­sas­sines, se ré­jouit-elle. Il faut tou­jours connaître nos textes sur le bout de nos doigts, mais avec un per­son­nage comme ça, il faut presque de­van­cer la ré­plique. Elle parle plus vite qu’elle pense. Tu dois tou­jours être en avant de ce que tu vas dire.»

Concer­nant ce texte qu’elle doit li­vrer «à bout por­tant», Syl­vie Léo­nard ne pou­vait être plus heu­reuse de don­ner la ré­plique à sa grande amie So­phie Cadieux.

«On a joué en­semble au théâtre et au ci­né­ma. On se di­sait tou­jours que ce se­rait le fun d’avoir un pro­jet comme ce­lui-là, être dans un duo en­semble dans un grand pro­jet. Quand ça, c’est ar­ri­vé, c’était au-de­là de nos es­pé­rances.»

DE RE­TOUR D’EU­ROPE

De­puis en­vi­ron cinq ans, Syl­vie Léo­nard en­tre­tient une car­rière en pa­ral­lèle en Eu­rope, où elle joue au théâtre. La pre­mière fois qu’elle y est al­lée, elle y a pas­sé trois mois pour jouer dans Les Femmes sa­vantes, mise en scène par De­nis Mar­leau.

Syl­vie Léo­nard re­vient d’ailleurs de là, où elle re­pre­nait son rôle de Su­zanne dans Va­ni­shing Point (Les deux voyages de Su­zanne W.), qui avait été pré­sen­tée à l’Es­pace Go en 2015.

«Ça me plaît de jouer dans dif­fé­rents théâtres, c’est ex­tra­or­di­naire. J’entre dans des théâtres où je sais que de grands co­mé­diens fran­çais ont joué là.»

Elle confie d’ailleurs que des choses «se dé­ve­loppent» pour elle là-bas, mais rien d’as­sez of­fi­ciel pour pou­voir en par­ler. Lâ­cher prise est dif­fu­sé le lun­di, 19 h 30, à Ra­dio-Ca­na­da. Rup­tures suit à 20 h.

SYL­VIE LÉO­NARD Syl­vie Léo­nard dans Lâ­cher prise.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.