40 ans de car­rière à cé­lé­brer

Nos­tal­gique, Paul Pi­ché? Pas un brin. À quelques jours de cé­lé­brer ses 40 ans de car­rière sur la scène du Centre Bell, le chan­teur en­tend bien res­ter an­cré dans le pré­sent. «On re­garde le che­min par­cou­ru, mais sur­tout où on est au­jourd’hui, et vers où on

Le Journal de Montreal - Weekend - - SOMMAIRE - Bru­no La­pointe Le Jour­nal de Mon­tréal bru­no.la­pointe @que­be­cor­me­dia.com Paul Pi­ché pré­sen­te­ra son spec­tacle 40 Prin­temps au Centre Bell ven­dre­di soir et le 20 mai au Centre Vi­déo­tron.

«Chan­ceux». Voi­là un mot qui re­vient sou­vent quand Paul Pi­ché parle de sa car­rière, dé­mar­rée en 1977 et tou­jours ac­tive quatre dé­cen­nies plus tard.

«Je suis chan­ceux. J’ai connu des pé­riodes moins in­tenses, mais ja­mais de creux de vague. Je ne suis ja­mais dis­pa­ru, et les gens conti­nuent de me suivre, ex­plique le chan­teur.

«Quand je me pro­mène au­jourd’hui et que je vois les af­fiches de mes spec­tacles à cô­té de ceux de Vincent Val­lières, de Ma­rieMai ou des Trois ac­cords, je me dis que je suis vrai­ment chan­ceux», en­chaîne-t-il.

« COMME SI C’ÉTAIT LE DER­NIER »

Mais, outre cette chance, à quels fac­teurs Paul Pi­ché at­tri­bue-t-il la lon­gé­vi­té de sa car­rière? Il semble que son in­té­gri­té et son au­then­ti­ci­té aient eu leur rôle à jouer dans cette équa­tion.

«J’ai tou­jours fait chaque al­bum comme si c’était mon der­nier. Ça m’a per­mis de me don­ner une grande li­ber­té de créa­tion», avance-t-il.

«Quand je suis ar­ri­vé avec L’Es­ca­lier [en 1980], c’était une époque où les ra­dios tour­naient beau­coup de dis­co et de mu­sique dance. Mais je n’avais pas en­vie de m’ac­cro­cher aux modes. Alors j’ai fait le genre de mu­sique que j’avais en­vie de faire», pour­suit-il.

BIEN EN­TOU­RÉ

Ven­dre­di soir, c’est sur la scène du Centre Bell que Paul Pi­ché cé­lé­bre­ra ses 40 ans de car­rière. Pour l’oc­ca­sion, le chan­teur te­nait à bien s’en­tou­rer. Ain­si, Marc Her­vieux, Éric La­pointe, Ko­riass, Sa­fia No­lin et les 2Frères vien­dront lui prê­ter main-forte pour re­vi­si­ter les huit al­bums so­los qu’il a lan­cés au fil des ans. «La mu­sique qué­bé­coise est dans une pé­riode fa­bu­leuse, une pé­riode de gloire. Et je me suis dit que ce se­rait agréable de cé­lé­brer ça avec des ar­tistes qui sont tous plus jeunes que moi, qui sont ar­ri­vés après moi», ex­plique Paul Pi­ché. Quant au dé­rou­le­ment de la soi­rée, dif­fi­cile de lui sou­ti­rer les in­for­ma­tions. Sou­cieux de ne pas dé­voi­ler de sur­prises, le chan­teur confirme que cha­cun de ses al­bums se­ra re­vi­si­té au cours de nu­mé­ros so­los, duos ou en groupe. Ses in­vi­tés au­ront éga­le­ment l’oc­ca­sion de briller in­di­vi­duel­le­ment. «Mais je ne se­rai ja­mais bien loin...», avance-t-il.

À QUÉ­BEC EN MAI

Bien­tôt, ce se­ra au tour de Qué­bec d’ac­cueillir les fes­ti­vi­tés en­tou­rant les 40 ans de car­rière de Paul Pi­ché. Le 20 mai pro­chain, le chan­teur se­ra au Centre Vi­déo­tron pour pré­sen­ter un tout autre spec­tacle, en­tou­ré de dif­fé­rents in­vi­tés. Vincent Val­lières et Sa­fia No­lin ont dé­jà confir­mé leur pré­sence. D’autres noms se­ront an­non­cés pro­chai­ne­ment.

Au len­de­main de cette re­pré­sen­ta­tion, le chan­teur compte se tour­ner vers l’ave­nir. Paul Pi­ché a dé­jà quelques chan­sons dans sa poche en pré­vi­sion d’un pro­chain al­bum. Les fans pour­ront d’ailleurs en en­tendre «au moins une» sur les planches du Centre Bell, puis du Centre Vi­déo­tron, pro­met-il.

«On a mis l’ave­nir entre pa­ren­thèses, le temps d’or­ga­ni­ser ces spec­tacles-là. Mais je vais m’y re­mettre quand ils se­ront pas­sés», avance-t-il.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.