L’em­pe­reur ty­ran­nique re­naît sur les planches

Be­noît McGin­nis pren­dra les traits de l’em­pe­reur ro­main Ca­li­gu­la dans une ver­sion mo­der­ni­sée de la pièce d’Al­bert Ca­mus. L’ac­teur se­ra en­tou­ré d’une dis­tri­bu­tion im­po­sante pour por­ter sur la scène du Théâtre du Nou­veau Monde la vie et la chute de ce ty­ran

Le Journal de Montreal - Weekend - - SOMMAIRE - Louise Bour­bon­nais Col­la­bo­ra­tion spé­ciale louise.bour­bon­nais @que­be­cor­me­dia.com

C’est Be­noît McGin­nis, qui a fait sa marque au théâtre de­puis quelques an­nées, qui a lan­cé l’idée au met­teur en scène Re­né Ri­chard Cyr de mon­ter Ca­li­gu­la. En­semble, ils ont frap­pé à la porte de Lor­raine Pin­tal, di­rec­trice ar­tis­tique du TNM, pour pro­po­ser le pro­jet. «Je n’avais pas tra­vaillé avec Re­né Ri­chard de­puis la pièce Le Chant de Sainte Car­men de la Main», rap­pelle Be­noît McGin­nis.

La pièce, qui a été créée en 1945, se­ra cam­pée dans un contexte plus mo­derne dans cette nou­velle ver­sion du TNM. «Nous se­rons dans une époque très mo­derne», confirme Be­noît McGin­nis, qui a lu les pre­mières oeuvres de Ca­mus du­rant ses études col­lé­giales. «Le pro­pos de la pièce est d’ailleurs très ac­tuel.»

DE LA DÉMESURE

Ce qui res­sor­ti­ra de la pièce, c’est prin­ci­pa­le­ment la démesure qui ca­rac­té­ri­sait l’homme de pou­voir. «Au dé­part, je consi­dé­rais Ca­li­gu­la comme un ty­ran, un fou, qui tuait tout le monde et qui gou­ver­nait se­lon ses im­pul­sions, confie le co­mé­dien. À la pre­mière lec­ture, on ne com­prend pas toute la pro­fon­deur et toutes les sub­ti­li­tés du texte.»

De­puis, Be­noît McGin­nis per­çoit Ca­li­gu­la dif­fé­rem­ment, ex­pli­quant que le ty­ran était ai­mé à ses dé­buts. Si Ca­li­gu­la avait ga­gné la fa­veur du peuple ro­main, les choses ont vite dé­gé­né­ré. Il tuait qui bon lui sem­blait et il fai­sait éga­le­ment tor­tu­rer des gens.

«C’est lorsque sa soeur Dru­silla est dé­cé­dée qu’il a com­men­cé à dis­jonc­ter», sou­ligne l’ac­teur. L’em­pe­reur était pro­fon­dé­ment amou­reux de sa soeur, avec qui il avait une re­la­tion in­ces­tueuse.

De­vant ses res­pon­sa­bi­li­tés, Ca­li­gu­la n’avait d’autre choix que d’al­ler de l’avant, mais chaque geste est po­sé dans une démesure in­com­men­su­rable. «Je com­prends son par­cours et sa ré­volte, même si je ne l’en­dosse pas», in­dique Be­noît McGin­nis.

UNE FIN TRA­GIQUE

Heu­reu­se­ment, le règne du ty­ran au­ra du­ré moins de quatre ans. «Il au­ra pra­ti­que­ment tué tout le monde au­tour de lui pour fi­na­le­ment consta­ter que ce n’était pas la meilleure chose à faire», fait re­mar­quer le co­mé­dien. L’em­pe­reur se­ra as­sas­si­né à Rome à l’âge de 28 ans par ses sol­dats.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.