UN PEUTROP DE BONS SEN­TI­MENTS

Un film de Mi­chel Boujenah. Avec Alix Vaillot, Charles Ber­ling et Jean-Stan Du Pac

Le Journal de Montreal - Weekend - - CINÉMA - Isa­belle Hon­te­bey­rie

Ma­rie (Alix Vaillot) perd pro­gres­si­ve­ment la vue. Mais ce­la n’em­pêche pas l’ado­les­cente, très bonne élève, de vou­loir réus­sir le concours d’en­trée au con­ser­va­toire, mal­gré les ré­ti­cences de son père (Charles Ber­ling), qui pré­fè­re­rait qu’elle soit ins­truite dans un éta­blis­se­ment pour aveugles.

Ma­rie se prend d’ami­tié pour Vic­tor (JeanS­tan Du Pac), le der­nier de la classe, se­crè­te­ment amou­reux d’elle. Sans rien lui dire de sa ma­la­die, elle se met à l’ai­der à amé­lio­rer ses notes et les deux jeunes vont, à tra­vers l’évo­lu­tion de la cé­ci­té de Ma­rie, dé­ve­lop­per leur re­la­tion et mû­rir.

Adap­ta­tion du ro­man jeu­nesse épo­nyme de Pas­cal Ru­ter, Le coeur en braille fait dé­ci­dé­ment dans le conve­nu. Le per­son­nage du père de Vic­tor, in­ter­pré­té par Pas­cal El­bé, par exemple, est un homme qui ne par­vient pas à sor­tir de son deuil, sa femme étant morte il y a une di­zaine d’an­nées. Em­mu­ré dans sa dou­leur, il a du mal à com­mu­ni­quer avec son fils, qui trouve au­près de Ma­rie le ré­con­fort et le sou­tien dont il a be­soin.

Scé­na­ri­sé et réa­li­sé par Mi­chel Boujenah, ce long mé­trage de 85 mi­nutes sor­ti pen­dant les Fêtes en France est, sans conteste, fait pour les pré­ados et jeunes ados tant on y re­trouve une vi­sion sché­ma­tique de la vie. Re­la­tions dif­fi­ciles entre les pa­rents (qui fi­nissent, bien sûr, par se ral­lier à l’avis de leurs re­je­tons), tra­ver­sée d’épreuves qui se ter­mine par une vic­toire, et per­son­nages d’adultes sym­pa­thiques (le mé­de­cin de Ma­rie et les pro­fes­seurs) concourent à faire de ce Coeur en

braille un long mé­trage sim­pliste à l’ex­trême. Quelques points po­si­tifs at­tirent néan­moins l’at­ten­tion. Les jeunes ac­teurs Alix Vaillot et Jean-Stan Du Pac sont confon­dants de na­tu­rel, mal­gré la dif­fi­cul­té émo­tive de cer­taines scènes. De plus, cette his­toire, dont la fin heu­reuse n’est pas sans rap­pe­ler les films des stu­dios Dis­ney, fe­ra mouche chez les jeunes, qui y trou­ve­ront une le­çon de cou­rage face à l’ad­ver­si­té, des mo­ments ri­go­los ain­si que des scènes émou­vantes, ac­com­pa­gnées de la mu­sique si­ru­peuse de Phi­lippe Jak­ko, des­ti­nées à leur ti­rer des larmes.

Ma­rie (Alix Vaillot) se prend d’ami­tié pour Vic­tor (Jean-Stan Du Pac).

Les jeunes ac­teurs Alix Vaillot et Jean-Stan Du Pac sont confon­dants de na­tu­rel mal­gré la dif­fi­cul­té émo­tive de cer­taines scènes.

Ma­rie (Alix Vaillot) perd pro­gres­si­ve­ment la vue.

Ma­rie rêve d’en­trer au con­ser­va­toire.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.