DE PO­LAR À QUÊTE IN­TÉ­RIEURE

Un film de Be­noît Pi­lon. Avec Ma­rie-Jo­sée Croze, Fran­çois Pa­pi­neau, Na­tar Un­ga­laq

Le Journal de Montreal - Weekend - - CINÉMA - Isa­belle Hon­te­bey­rie

Dans Iqa­luit, Be­noît Pi­lon uti­lise les pay­sages gran­dioses du Nu­na­vut comme écrin à l’évo­lu­tion d’une femme en quête de ré­ponses in­car­née par Ma­rie-Jo­sée Croze.

Gilles (Fran­çois Pa­pi­neau) tra­vaille six mois par an­née sur les chan­tiers d’Iqa­luit, ca­pi­tale du Nu­na­vut. Avec son ami et col­lègue Vic­tor (Sé­bas­tien Hu­ber­deau), Gilles s’est in­té­gré à la vie lo­cale, fré­quen­tant la fa­mille de Noah (Na­tar Un­ga­laq).

Car­men (Ma­rie-Jo­sée Croze), sa femme, ac­court lorsque Gilles est trans­por­té à l’hô­pi­tal. Il est dans le co­ma après avoir été re­trou­vé dans un ter­rain vague, puis dé­cède bru­ta­le­ment. Ini­tia­le­ment sous le choc, Car­men va peu à peu se pen­cher sur la vie de son ma­ri et dé­cou­vrir qu’elle n’en sa­vait pas grand-chose.

Ame­né d’abord à la ma­nière d’un po­lar – Car­men fait la tour­née des au­to­ri­tés afin de cher­cher à com­prendre ce qui a bien pu cau­ser l’ac­ci­dent, si ten­té que ce­la en soit un, de Gilles –, le long mé­trage de 103 mi­nutes se trans­forme en­suite à la fois en quête in­té­rieure et en exa­men de la vie des Inuits à Iqa­luit.

À son per­son­nage de Car­men, Ma­rieJo­sée Croze ap­porte une force in­té­rieure in­dé­niable, même (et sur­tout?) si la femme de Gilles est ha­bi­tée par le doute et les sus­pi­cions pen­dant une bonne par­tie du long mé­trage. En Gilles, Fran­çois Pa­pi­neau, lors de ses brèves ap­pa­ri­tions, semble en par­faite adé­qua­tion avec ce pay­sage ma­jes­tueux, ce qui ren­force d’au­tant l’im­pres­sion, en par­tie fon­dée, de scis­sion du couple.

De plus, si tous les ac­teurs sont bons, il faut sou­li­gner la per­for­mance de Ch­ris­tine Too­too, dont c’est la pre­mière ap­pa­ri­tion à l’écran, en Ani. Lu­mi­neuse, elle confère une grâce tran­quille à ce per­son­nage qu’il eût été fa­cile de re­lé­guer à l’ar­rière-plan en rai­son de sa re­la­tion avec Gilles.

En choi­sis­sant le Nu­na­vut, Be­noît Pi­lon a été ins­pi­ré. Le tra­vail de Mi­chel La Veaux à la di­rec­tion pho­to est à sou­li­gner, tant il a su cap­ter la lu­mière si par­ti­cu­lière de la ré­gion. Le pro­pos so­cial n’est ja­mais om­ni­pré­sent – même s’il est im­por­tant – et les bles­sures des per­son­nages sont ha­bi­le­ment mon­trées en de­mi-teintes.

Le hic, c’est que la pro­messe de «film po­li­cier» (S’agit-il d’un meurtre? Si oui, pour­quoi?) est vite éclip­sée par le che­mi­ne­ment in­té­rieur de Car­men et la si­tua­tion de la fa­mille de Noah. Si la dé­marche de­meure in­té­res­sante, le spec­ta­teur, lui, ne peut to­ta­le­ment adhé­rer à ce re­vi­re­ment.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.