S’IM­PLI­QUER POUR LA RE­LÈVE AU CI­NÉ­MA

Le Journal de Montreal - Weekend - - WEEKEND - Maxime De­mers

Ayant fait ses dé­buts au grand écran à l’âge de 15 ans et tra­vaillant aus­si comme pro­duc­trice de­puis quelques an­nées, l’ac­trice Ka­rine Va­nasse est bien pla­cée pour sa­voir à quel point les jeunes créa­teurs ont be­soin d’être sou­te­nus et en­ca­drés quand ils en­tament leur car­rière dans le monde du ci­né­ma. C’est la rai­son pour la­quelle elle a dé­ci­dé de s’im­pli­quer au­près de la re­lève en de­ve­nant am­bas­sa­drice du Fonds des ta­lents de Té­lé­film Ca­na­da.

Créé il y a près de cinq ans, le Fonds des ta­lents de Té­lé­film Ca­na­da a la mis­sion de ve­nir en aide aux jeunes ta­lents émer­gents ca­na­diens (ci­néastes, scé­na­ristes ou pro­duc­teurs) en fi­nan­çant leur pre­mier film.

Ce pro­gramme, qui fait ap­pel au pri­vé, s’adresse aux chefs d’en­tre­prise, phi­lan­thropes et par­ti­cu­liers qui sou­haitent en­cou­ra­ger les ci­néastes de la re­lève et, par consé­quent, la culture ca­na­dienne.

«Le Fonds existe de­puis près de cinq ans seule­ment et en peu de temps, ils ont réus­si à al­ler cher­cher plus de 15 mil­lions $ grâce à l’im­pli­ca­tion de dif­fé­rents di­rec­teurs d’en­tre­prises, ex­plique Ka­rine Va­nasse en en­tre­vue au Jour­nal.

«Ce qui est bien, c’est que le Fonds vient s’ajou­ter au fi­nan­ce­ment de Té­lé­film dé­jà exis­tant. C’est donc un mon­tant sup­plé­men­taire ré­ser­vé aux ta­lents émer­gents qui sortent des écoles. Ça leur four­nit un men­to­rat et ça per­met d’ai­der à fi­nan­cer leurs pre­miers films.

«Le but main­te­nant est de conti­nuer d’al­ler cher­cher des gens qui vont vou­loir s’im­pli­quer dans ce pro­gramme. La tra­di­tion du men­to­rat est peut-être moins dé­ve­lop­pée au Qué­bec et j’ai en­vie de dire qu’il y au­rait une place à rem­plir de la part des en­tre­pre­neurs qué­bé­cois.»

DÉ­JÀ UTILE

Jus­qu’à main­te­nant, le Fonds des ta­lents a per­mis le fi­nan­ce­ment d’une cin­quan­taine de pro­jets (dont les films qué­bé­cois Le Dep et Un film de chasse de filles) qui ont dé­jà rem­por­té plus de 70 prix à tra­vers le monde. Ka­rine Va­nasse sou­ligne que ces films n’au­raient pas pu voir le jour sans l’aide du Fonds. «L’ob­jec­tif est de faire en sorte que les jeunes créa­teurs se sentent sou­te­nus dès le dé­but de leur car­rière, in­dique l’ac­trice et pro­duc­trice. «C’est une fa­çon de leur dire qu’on en­cou­rage leur ta­lent sans leur mettre la pres­sion que tout soit par­fait dès leur pre­mier film. J’ai moi­même dé­mar­ré ma car­rière très jeune et je sais à quel point c’est im­por­tant de se sen­tir en confiance quand on com­mence dans ce mé­tier.» Ka­rine Va­nasse est par­ti­cu­liè­re­ment oc­cu­pée par les temps qui courent. Elle a joué dans trois films qué­bé­cois dans la der­nière an­née (De père en flic 2, Et au pire on se ma­rie­ra et Mr. Roach). À la té­lé­vi­sion, elle joue un des rôles prin­ci­paux de la sé­rie ca­na­dienne an­glaise Car­di­nal.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.