VINCENT VAL­LIÈRES TOURNE EN­CORE

Le Journal de Montreal - Weekend - - WEEKEND MUSIQUE - André Pé­lo­quin jour­nal­de­mon­treal.com andre.pe­lo­quin @que­be­cor­me­dia.com

Mine de rien, Val­lières re­vient de loin. Après avoir connu un suc­cès ver­ti­gi­neux avec Le monde tourne fort (2009) et son fa­meux On va

s’ai­mer en­core, le bon­homme al­lait, tel Icare, pi­quer du nez avec Fa­bri­quer l’aube (2013), un sixième al­bum un peu, beau­coup entre deux chaises et qui a été ac­cueilli avec le sou­rire in­con­for­table ac­com­pa­gnant le fa­ti­dique «Je t’aime… comme un ami».

Quatre ans plus tard, l’au­teur-com­po­si­teur-in­ter­prète re­vient fi­na­le­ment à la charge avec une oeuvre qui, à dé­faut d’être ren­ver­sante, confirme au moins qu’il a la tête dure.

UN PEU COMME JOHN­NY CASH

À l’image de l’homme en noir, le chan­teur sher­broo­kois marche lui aus­si sur la pro­ver­biale ligne et garde le cap.

Si, sur Fa­bri­quer l’aube, Val­lières sem­blait dé­chi­ré entre le folk rock à car­reaux de ses dé­buts et ses ré­centes in­cli­nai­sons plus peau­fi­nées (pour ne pas dire plus pop), le gaillard «fait son choix» sur Le temps des vi­vants… pour le meilleur, comme pour «le pire».

CHOI­SIR SON CAMP

Pour celles et ceux qui adorent le folk lisse et sen­sible à la Louis-Jean Cor­mier ou en­core l’ap­proche étu­diée de Phi­lippe B (qui col­la­bore d’ailleurs à la pièce Au ma­tin du len­de­main), vous se­rez ra­vis par cette of­frande. Outre Bad Luck, qui ba­lance un tan­ti­net, Val­lières pro­pose une nou­velle four­née plu­tôt éthé­rée, riche en fio­ri­tures et de son temps (au sens où elle se glisse dans un sillon par­ti­cu­liè­re­ment char­gé au Qué­bec ces jours-ci).

Les autres mé­lo­manes, par contre, de­meu­re­ront cruel­le­ment sur leur faim. Bien que le disque est sa­tis­fai­sant, il est plus sym­pa­thique et pru­dent que ren­ver­sant ou ac­cro­cheur, di­sons.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.