ÇA SAIGNE !

Goon: le der­nier des durs à cuire

Le Journal de Montreal - Weekend - - CINÉMA WEEKEND - Isa­belle Hon­te­bey­rie

Parce que la mode est aux suites, il fal­lait bien avoir un deuxième Goon.

Cette fois-ci, Doug Glatt (Seann William Scott), tou­jours égal à lui­même, est en­core avec les High­lan­ders de Ha­li­fax. Mais les an­nées et les ba­garres ont sé­rieu­se­ment en­dom­ma­gé son corps. Et quand An­ders Cain (Wyatt Rus­sell), joueur des Wolf­dogs de Rea­ding, s’en prend très vio­lem­ment à lui, il est sé­rieu­se­ment bles­sé au point de ne plus pou­voir jouer.

Deux mois plus tard, Eva (Ali­son Pill), de­ve­nue la femme de Doug entre le pre­mier Goon et ce­lui-ci, est of­fi­ciel­le­ment en­ceinte et de­mande à son ma­ri de ces­ser de pra­ti­quer un sport aus­si violent qui met sys­té­ma­ti­que­ment sa san­té en dan­ger. Doug se tourne donc, la mort dans l’âme, vers un em­ploi de vendeur d’as­su­rances et se re­trouve dans un bu­reau mi­teux si­tué en de­mi-sous-sol. Pen­dant ce temps, le pro­prié­taire de l’équipe, Cain (Cal­lum Keith

Ren­nie), père d’An­ders, a dé­ci­dé de re­cru­ter son fils et de le nom­mer ca­pi­taine des High­lan­ders au grand désar­roi de Xa­vier LaF­lamme (Marc-André Gron­din). An­ders, aus­si mau­vais ras­sem­bleur d’hommes qu’il est violent, mène l’équipe tout droit au dé­sastre.

RENFILER SES PA­TINS

Pa­ral­lè­le­ment, Doug n’est pas heu­reux dans son nou­vel em­ploi. Un soir, il va trou­ver Ross Rhea (Liev Schrei­ber), re­con­ver­ti dans des com­bats d’ex­hi­bi­tion et lui de­mande de l’ai­der à pou­voir se battre à nou­veau. De fil en ai­guille, on s’en doute bien, Doug re­trou­ve­ra le che­min des High­lan­ders et tout fi­ni­ra le mieux du monde sur cette pa­ti­noire gor­gée de sang.

Car ça saigne, nul doute là-des­sus. Avec Jay Ba­ru­chel à la réa­li­sa­tion, l’hu­mour im­pli­cite de la réa­li­sa­tion ner­veuse de Mi­chael Dowse dans le pre­mier vo­let de­vient ici une mise en scène ul­tra vio­lente. On sa­lue au pas­sage la ma­nière de fil­mer les joueurs sur et en de­hors de la pa­ti­noire, l’ac­teur mont­réa­lais – qui a éga­le­ment si­gné le scé­na­rio de Goon: le der­nier des durs à cuire avec Jesse Cha­bot – mon­trant, pour son pre­mier long mé­trage der­rière la ca­mé­ra, qu’il est doué et qu’il pos­sède un fort po­ten­tiel.

Mal­heu­reu­se­ment, au contraire de son pré­dé­ces­seur, Goon: le der­nier des durs à cuire n’offre pas le même at­trait. Les plai­san­te­ries, toutes plus vul­gaires les unes que les autres (Pat, in­ter­pré­té par Jay Ba­ru­chel, offre les pires du lot) tombent à plat. L’ef­fet de sur­prise ne joue plus et on sent l’équipe moins ins­pi­rée que pour le pre­mier vo­let. Seuls les in­con­di­tion­nels trou­ve­ront là ma­tière à se rendre au ci­né­ma.

Un film de Jay Ba­ru­chel.

Avec Seann William Scott, Marc-André Gron­din et Ali­son Pill.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.