APRÈS L’ORAGE D’ACIER

Le Journal de Montreal - Weekend - - WEEKEND VACANCES - Gilles Proulx Col­la­bo­ra­tion spéciale

À Ca­lais, les vi­si­teurs s’at­troupent de­vant le chef d’oeuvre d’Au­guste Ro­din, Les bour­geois de Ca­lais, qui rap­pelle un épi­sode de la guerre de 100 ans au 14e siècle.

En ef­fet, six ha­bi­tants de la ville par­mi les plus émi­nents ci­toyens ont sau­vé leurs com­pa­triotes en se re­met­tant aux mains des An­glais. À condi­tion que le reste de la ville soit épar­gnée, ils ac­cep­taient d’être exé­cu­tés. À la der­nière mi­nute, la reine d’An­gle­terre a convain­cu son époux d’épar­gner ces hommes cou­ra­geux.

Ces moeurs mé­dié­vales nous font sou­rire main­te­nant, mais ne sont-elles pas mille fois plus ci­vi­li­sées et bé­nignes que celles d’un de­mi-millé­naire plus tard? Tout près de là, en ef­fet, en 1942, l’en­va­his­seur n’est plus an­glais, mais al­le­mand, et des sol­dats ve­nus d’un pays qui n’exis­tait pas en­core au 14e siècle, le Ca­na­da, sont ve­nus se battre sur la plage… où une grêle de balles les a dé­ci­més.

Le 19 août 1942, pen­dant le dé­bar­que­ment ra­té de Dieppe, 28 of­fi­ciers et 516 sol­dats qué­bé­cois ont été tués par les mi­trailleurs al­le­mands – une page d’his­toire que l’école ne vous a cer­tai­ne­ment pas ap­prise!

Cette chro­nique n’ap­prend rien aux mi­li­taires qui connaissent cet épi­sode, et ils sont nom­breux à ve­nir se re­cueillir de­vant le mo­nu­ment aux Fu­si­liers du Mont-Royal, éri­gé aux frais du Qué­bec par le gou­ver­ne­ment de Jean Le­sage.

Le co­lo­nel à la tête des troupes s’ap­pe­lait Dol­lar Mé­nard (qui a sur­vé­cu de jus­tesse mal­gré trois balles). Parce que ce der­nier s’est lié d’ami­tié avec Pierre Bour­geault, il n’a pas été invité par le Ca­na­da aux com­mé­mo­ra­tions sou­li­gnant ses propres ex­ploits… Heu­reu­se­ment que les au­to­ri­tés fran­çaises, gê­nées par la mes­qui­ne­rie d’Ot­ta­wa, ont pris le soin de l’ho­no­rer néan­moins en bap­ti­sant une rue à son nom: la mon­tée du co­lo­nel Mé­nard.

Dans les ga­lets se re­trouvent des ves­tiges de la ba­taille, un nombre in­cal­cu­lable de douilles et de balles. Les an­ciens ca­nons al­le­mands, tout rouillés, sont en­core là, dé­sor­mais in­of­fen­sifs.

Oui, la guerre mo­derne ne laisse pas de chance aux hé­ros… Et que dire de la nou­velle mé­thode, en­core moins hé­roïque: celle des drones et de la guerre à dis­tance? Comme quoi de­puis l’épi­sode des bour­geois de Ca­lais, l’hu­ma­ni­té ne s’est pas for­cé­ment amé­lio­rée.

À Dieppe, le mo­nu­ment aux Fu­si­liers du Mont-Royal.

Ce groupe sta­tuaire d’Au­guste Ro­din, Les bour­geois de Ca­lais, ex­prime le sa­cri­fice de ces hommes qui vou­laient évi­ter à leur fa­mille et à leurs voi­sins le sup­plice de la fa­mine ou le mas­sacre.

Com­bien de gens sont-ils morts par la bouche de ce ca­non?

Du haut de cette fa­laise, les Al­le­mands avaient beau jeu de ti­rer sur les nôtres qui cou­raient sur la plage. Pas éton­nant que ce dé­bar­que­ment ait été un dé­sastre.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.