AU SE­COURS DE LA CLASSE MOYENNE

Nou­velle pièce d’Alexis Mar­tin, Ex­tra­moyen se veut une cri­tique so­ciale jouée sur un ton hu­mo­ris­tique. L’au­teur et co­mé­dien se ques­tionne à tra­vers sa créa­tion sur ce que de­vient la classe moyenne, qu’il croit être de plus en plus menacée.

Le Journal de Montreal - Weekend - - WEEKEND THÉÂTRE - Louise Bour­bon­nais Col­la­bo­ra­tion spé­ciale

L’écart entre les riches et les pauvres est de plus en plus pal­pable et Alexis Mar­tin en est bien cons­cient. Il a choi­si d’écrire une pièce sur le phé­no­mène qui se­ra mise en scène par Da­niel Brière, son col­lègue de longue date au Nou­veau Théâtre Ex­pé­ri­men­tal. «C’est un su­jet qui me fas­cine», ad­met Alexis Mar­tin, qui a écrit la pièce en plus de faire par­tie de la dis­tri­bu­tion.

Il a fait ap­pel à Pierre Le­febvre pour co­écrire sa pièce. «On a aus­si fait des vox pop dans la rue afin de prendre le pouls de la po­pu­la­tion sur le su­jet», confie Alexis Mar­tin.

Dans Ex­tra­moyen, les deux au­teurs se ques­tionnent à sa­voir si la classe moyenne est une es­pèce en voie de dis­pa­ri­tion.

«À l’époque de nos pa­rents, on si­tuait fa­ci­le­ment la classe moyenne», ex­plique le co­mé­dien. «Les gens de la classe moyenne étaient en me­sure de s’ache­ter une mai­son en ban­lieue et on avait un train de vie moyen.»

Évi­dem­ment, Alexis Mar­tin bran­dit la carte des in­éga­li­tés so­ciales et des ser­vices so­ciaux. Mais plu­sieurs autres fac­teurs pour­raient être poin­tés du doigt, dont l’in­fla­tion. «Les sa­laires n’ont pas sui­vi l’in­fla­tion», constate-t-il.

LA PRÉ­CA­RI­TÉ

De­puis une tren­taine d’an­nées, les temps et les fa­çons de faire ont bien chan­gé et on es­time que le manque d’em­ploi est un phé­no­mène de plus en plus pré­oc­cu­pant pour les tra­vailleurs de la classe moyenne. «La pré­ca­ri­té d’em­ploi est devenue la norme», s’ex­clame Alexis Mar­tin. «À une cer­taine époque, un homme dé­cro­chait un em­ploi dans une usine au­to­mo­bile et il y pas­sait sa vie.» Évi­dem­ment, il s’agit d’une époque ré­vo­lue et pour s’en sor­tir, il faut sa­voir jouer la carte de la po­ly­va­lence, car ceux qui s’en sortent le mieux sont sou­vent les fa­meux touche-à-tout. La for­ma­tion, de plus en plus exi­geante, est aus­si un fac­teur évo­qué dans la pièce.

L’EN­DET­TE­MENT

Le ni­veau d’en­det­te­ment est éga­le­ment l’un des thèmes qui se­ront ex­plo­rés dans Ex­tra­moyen. La pièce qui compte une dou­zaine de sketches a été construite ain­si afin d’abor­der le plus de thèmes pos­sible. Dans l’un d’eux, Alexis Mar­tin se­ra en couple avec Ma­rie-Thé­rèse For­tin. «Il s’agit d’un couple en crise en rai­son de leur ni­veau d’en­det­te­ment», an­nonce le co­mé­dien. «Il n’ar­rive plus à payer leur hy­po­thèque et se ques­tionne sur la per­ti­nence de re­ti­rer leur en­fant de l’école pri­vée.»

Par ailleurs, Alexis Mar­tin planche sur l’écri­ture d’une pièce à ca­rac­tère bio­gra­phique sur l’homme po­li­tique Ca­mil­lien Houde dans le cadre des fes­ti­vi­tés du 375e de Mon­tréal. La pièce qui met­tra en ve­dette Pierre Le­beau et Jo­sée Des­chênes se­ra pré­sen­tée en août pro­chain à l’Es­pace Libre.

EX­TRA­MOYEN

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.