L'AVEN­TURE NASHVILLE

Le Journal de Montreal - Weekend - - MUSIQUE - Bruno La­pointe Le Jour­nal de Mon­tréal

Pour son nou­vel al­bum, An­nie Ville­neuve avait «en­vie de nou­veau­té». La chan­teuse a donc mis le cap vers Nashville pour en­re­gis­trer 5 dans un stu­dio où sont pas­sées des stars telles que Dol­ly Par­ton, Willie Nel­son et She­ryl Crow.

Fan avouée de mu­sique coun­try amé­ri­caine («Je n’écoute que ça, ou presque», confesse-t-elle), An­nie Ville­neuve te­nait à s’im­mer­ger dans cette culture pour l’en­re­gis­tre­ment de son der­nier al­bum. Elle a ain­si fait ap­pel au réa­li­sa­teur Chad Carl­son, qui a col­la­bo­ré aux al­bums de grosses poin­tures amé­ri­caines de la trempe de Tay­lor Swift, Tri­sha Year­wood et Je­wel, pour n’en nom­mer que quelques-unes.

«Je trou­vais in­té­res­sante l’idée de tra­vailler avec quelqu’un qui ne me connais­sait pas. Comme il ne connais­sait pas mon par­cours, il n’a pas été in­fluen­cé par ce que j’avais fait au­pa­ra­vant. Il s’est sim­ple­ment ins­pi­ré de qui je suis au­jourd’hui», ex­plique-t-elle.

Mais at­ten­tion: 5 n’est pas un al­bum coun­try. An­nie Ville­neuve tient à ce que ses fans sachent qu’elle n’a pas fait volte-face quant au style mu­si­cal qu’elle leur offre au­jourd’hui.

«On peut en­tendre des in­fluences, évi­dem­ment. Mais je reste fi­dèle à mes ra­cines pop. De toute fa­çon, il y a beau­coup de pop et de folk dans le coun­try amé­ri­cain», pré­cise-t-elle.

AVEC L’AIDE DES FANS

Afin de me­ner son pro­jet à terme, An­nie Ville­neuve lan­çait, l’au­tomne der­nier, une cam­pagne de so­cio­fi­nan­ce­ment pour amas­ser 60 000 $. L’ini­tia­tive a alors fait fron­cer quelques sour­cils, pous­sant la chan­teuse à défendre son choix.

«Je pense que les gens ont mal com­pris ce qu’était le so­cio­fi­nan­ce­ment. D’ailleurs, je pré­fère le terme “fi­nan­ce­ment par­ti­ci­pa­tif”: on de­mande aux gens de par­ti­ci­per à un pro­jet qui n’a pas en­core vu le jour», ex­plique-t-elle.

«Dans le fond, c’est comme à l’époque de Star Aca­dé­mie. Les gens payaient pour vo­ter pour nous, pour nous per­mettre d’al­ler jusqu’en fi­nale», ajoute la chan­teuse.

La chan­teuse avoue éga­le­ment qu’elle n’est «pas du tout fer­mée» à l’idée de re­cou­rir à nou­veau au so­cio­fi­nan­ce­ment (ou fi­nan­ce­ment par­ti­ci­pa­tif, se­lon ses propres termes) à l’ave­nir.

«Si ce n’est pas ça, l’ave­nir de la mu­sique, c’est cer­tain que c’est une piste. La fa­çon de consom­mer la mu­sique est dif­fé­rente au­jourd’hui. Il a fal­lu s’adap­ter dans le pas­sé. Et on se re­trouve main­te­nant dans une nou­velle période d’adap­ta­tion», conclut-elle.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.