LA FRANCE CRAQUE POUR AN­TOINE BERTRAND

Faire car­rière en France n’a ja­mais fait par­tie des ob­jec­tifs de vie d’An­toine Bertrand. Mais après avoir fait bonne im­pres­sion en jouant aux cô­tés de la star Omar Sy dans la co­mé­die dra­ma­tique De­main tout com­mence, l’ac­teur qué­bé­cois se fait de plus en p

Le Journal de Montreal - Weekend - - CINÉMA - Maxime De­mers

«J’ai tour­né deux films en France (De­main tout com­mence et Le pe­tit lo­ca­taire) il y a un an et de­mi et je dois avouer que ces deux pro­jets sont un peu tom­bés du ciel, re­late An­toine Bertrand en en­tre­vue au Jour­nal à l’oc­ca­sion de la sor­tie de De­main tout com­mence au Qué­bec.

«Je n’ai pas d’agent en France et je n’avais ja­mais cher­ché à avoir des rôles là-bas. Ce qui est drôle, c’est que dans les deux cas, c’est ar­ri­vé grâce à Star­buck. Les réa­li­sa­teurs des deux films m’avaient dé­cou­vert dans Star­buck qui avait bien mar­ché en France il y a quelques an­nées. J’ai d’ailleurs tex­té à Ken Scott (le réa­li­sa­teur de Star­buck) à quelques re­prises au cours de la der­nière an­née pour lui dire que grâce à lui, je vi­vais de belles choses en France.» Non seule­ment De­main tout com­mence et Le pe­tit lo­ca­taire ont été tour­nés à la même période (à l’au­tomne 2015), mais ils ont pris l’af­fiche en France à quelques se­maines d’in­ter­valle, l’au­tomne der­nier. Et c’est sur­tout grâce à De­main tout com­mence qu’An­toine Bertrand a main­te­nant un nom en France. Por­tée par la star Omar Sy – un chou­chou du pu­blic fran­çais –, cette co­mé­die du réa­li­sa­teur Hu­go Gé­lin a été un gros suc­cès po­pu­laire, at­ti­rant plus de 3,3 mil­lions de per­sonnes dans les salles fran­çaises.

« UNE RÉ­VÉ­LA­TION »

De­main tout com­mence ra­conte l’his­toire de Sa­muel (Omar Sy), un éter­nel cé­li­ba­taire qui tra­vaille dans une sta­tion bal­néaire de la Côte d’Azur et qui ap­prend qu’il est le père d’une pe­tite fille de quelques mois, résultat d’une aven­ture d’une nuit avec une jeune femme qu’il connaît à peine. Aban­don­né avec le bé­bé, Sa­muel se re­trou­ve­ra à l’éle­ver seul à Londres jusqu’à ce que la mère re­fasse sur­face huit ans plus tard. An­toine Bertrand joue dans le film un pro­duc­teur qui prend en charge Sa­muel à son ar­ri­vée à Londres. En en­tre­vue avec Le Jour­nal la se­maine der­nière, le réa­li­sa­teur Hu­go Gé­lin a confié que le Qué­bé­cois était l’une des ré­vé­la­tions de son film et qu’il avait im­mé­dia­te­ment char­mé le pu­blic fran­çais. «C’est le genre de rôle que j’aime jouer, c’est-à-dire le si­de­kick (faire va­loir) du per­son­nage prin­ci­pal», sou­ligne An­toine Bertrand à pro­pos de son per­son­nage dans De­main tout com­mence. «C’est ce que je fai­sais aus­si dans Star­buck d’ailleurs. Ce sont des rôles payants parce qu’ils viennent al­lé­ger le ré­cit et pun­cher dans une co­mé­die. Et tu n’as pas la pres­sion de por­ter tout le film. Per­son­nel­le­ment, j’aime ça.» Sur le pla­teau du film, An­toine Bertrand s’est aus­si tout de suite bien en­ten­du avec Omar Sy: «On est deux co­miques, alors ç’a bien cli­qué. Il a tel­le­ment été bon pu­blic. Il riait même à mes blagues or­di­naires! C’était bon pour ma confiance. Tout était fa­cile avec lui.»

UN AUTRE FILM À L’AU­TOMNE ?

Au cours de la der­nière an­née, An­toine Bertrand a dû re­fu­ser des rôles al­lé­chants, dont un dans le pro­chain film des réa­li­sa­teurs d’In­tou­chables. En re­vanche, l’ac­teur de Louis Cyr de­vrait re­tour­ner en France en oc­tobre, pour tour­ner un autre film fran­çais, avec no­tam­ment l’ac­teur Do­mi­nique Pi­non (De­li­ca­tes­sen).

Si les portes du ci­né­ma fran­çais semblent vou­loir s’ou­vrir à lui, l’ac­teur de 39 ans aborde ce nou­veau cha­pitre de sa car­rière en gar­dant les deux pieds sur terre: «Je n’ai pas en­vie de prendre un agent là-bas parce que je suis fa­cile à trou­ver, dit-il. C’est ça qui est co­ol au­jourd’hui. S’ils veulent me voir ou me ren­con­trer pour une au­di­tion, ils n’ont qu’à me goo­gler et ils vont trou­ver mon agent tout de suite.»

«Je ne veux pas dé­mé­na­ger là-bas parce que je suis bien ici. J’ai de beaux pro­jets ici avec Boo­me­rang et Les pays d’en haut, deux sé­ries qui marchent bien et que j’aime beau­coup. Mais rien ne m’em­pêche d’al­ler tour­ner un film en France à l’oc­ca­sion quand mon ho­raire me le per­met.»

DE­MAIN TOUT COM­MENCE

À 39 ans, An­toine Bertrand se consi­dère chan­ceux d’avoir la pos­si­bi­li­té de jouer dans des films fran­çais comme la co­mé­die De­main tout com­mence, qui a pris l’af­fiche au Qué­bec hier après avoir connu un beau suc­cès en France.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.