APRÈS LA GUERRE…

Le Journal de Montreal - Weekend - - CINÉMA - Isa­belle Hon­te­bey­rie

Les sol­dats peuvent-ils se li­bé­rer de l’ex­pé­rience trau­ma­ti­sante qu’est la guerre?

À cette ques­tion de plus en plus sou­vent trai­tée par le ci­né­ma contem­po­rain amé­ri­cain – guerres d’Irak et d’Af­gha­nis­tan obligent –, les soeurs Del­phine et Mu­riel Cou­lin ajoutent une di­men­sion sup­plé­men­taire en fai­sant de leurs per­son­nages prin­ci­paux deux sol­dates de re­tour du front. De plus, les ci­néastes (Del­phine Cou­lin, éga­le­ment écri­vaine, a adap­té son ro­man Voir du pays) étant Fran­çaises, c’est le fonc­tion­ne­ment de l’ar­mée hexa­go­nale qui est ici ex­plo­ré.

Un ba­taillon em­barque dans un avion de trans­port en di­rec­tion de Chypre. Là, sous le so­leil mé­di­ter­ra­néen, les sol­dats de re­tour d’Af­gha­nis­tan sont «in­vi­tés» à pas­ser trois jours dans ce que l’ar­mée ap­pelle un «sas de dé­com­pres­sion». Au me­nu, hô­tel cinq étoiles, séances de thé­ra­pie avec réa­li­té vir­tuelle à l’ap­pui, plage, exer­cice phy­sique, danse et al­cool.

Au­rore (Ariane La­bed) et Ma­rine (So­ko) sont des amies d’en­fance. Elles se sont en­ga­gées dans l’ar­mée pour, comme les hommes, se construire un ave­nir. À pre­mière vue, rien ne les dis­tingue donc de leurs confrères. Même uni­forme, mêmes armes, même lan­gage, mêmes ordres et même tra­vail: ce­lui de sol­dat. Le cli­vage com­mence in­sen­si­ble­ment, au dé­tour d’une ré­flexion, d’une séance de thé­ra­pie ef­fec­tuée grâce à des casques de réa­li­té vir­tuelle. Au­rore et Ma­rine sont des femmes, leurs com­pa­gnons d’armes ne les lais­se­ront sur­tout pas ou­blier ce­la.

RARE POINT DE VUE FÉ­MI­NIN

Outre le che­mi­ne­ment per­son­nel des deux jeunes femmes, les mo­ments les plus in­té­res­sants de Voir du pays sont in­du­bi­ta­ble­ment les séances de thé­ra­pie col­lec­tive. Del­phine et Mu­riel Cou­lin, qui ont écrit le scé­na­rio en­semble, montrent par­fai­te­ment à quel point les sou­ve­nirs du même champ de ba­taille (en l’oc­cur­rence, ici, une es­car­mouche qui a coû­té la vie à des membres du ba­taillon) sont flous et dif­fé­rents d’un sol­dat à l’autre. Le syn­drome de stress post-trau­ma­tique est ici fi­ne­ment ex­plo­ré d’un point de vue fé­mi­nin (su­jet en­core ra­ris­sime), sans pour au­tant tom­ber dans les lieux com­muns, avec toute la com­plexi­té de la ques­tion de l’in­té­gra­tion des femmes dans l’ar­mée.

Ariane La­bed et So­ko. PHOTOCOURTOISIE

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.