CHAM­PIONS DES DROITS CI­VIQUES

Le Journal de Montreal - Weekend - - CINÉMA -

En plus d’évo­quer les dé­buts du pro­gramme spa­tial amé­ri­cain, Les fi­gures de l’ombre a le grand mé­rite de dé­voi­ler une page mé­con­nue de la lutte pour les droits ci­viques dans les an­nées 1960. Pour sou­li­gner la sor­tie en DVD et en VSD cette se­maine du drame his­to­rique de Theo­dore Mel­fi (St-Vincent), Me­dia­film braque les projecteurs sur quatre autres films cé­lé­brant le cou­rage des pion­niers de ce com­bat contre le ra­cisme et pour la di­gni­té de tous les hu­mains, qui est hé­las tou­jours à re­com­men­cer.

LA MARCHE POUR LA LI­BER­TÉ (1990)

En 1955, en Ala­ba­ma, les ha­bi­tants afro-amé­ri­cains de la ville de Mont­go­me­ry or­ga­nisent un boy­cott de la com­pa­gnie d’au­to­bus, qui adopte des rè­gle­ments sé­gré­ga­tion­nistes. Tou­chée par leur com­bat, une épouse bour­geoise, dont la do­mes­tique est noire, met sa voi­ture à contri­bu­tion pour un sys­tème de trans­port im­pro­vi­sé.

Pour cette évo­ca­tion d’un mo­ment-clé de la lutte pour les droits ci­viques, Ri­chard Pearce (Les mois­sons de la co­lère) opte pour un trai­te­ment d’une pré­ci­sion élo­quente, en phase avec l’in­ter­pré­ta­tion sobre et digne de Sis­si Spa­cek et Whoo­pi Gold­berg.

MALCOLM X (1992)

Pe­tit dé­lin­quant au dé­but des an­nées 1950, Malcolm Lit­tle de­vient le dis­ciple d’Eli­jah Mo­ham­mad, chef spi­ri­tuel des Noirs mu­sul­mans d’Amé­rique. Sous le nom de Malcolm X, il mi­lite avec ar­deur pour une prise en main de ses frères de race. Son as­cen­dant sur les foules en in­quiète ce­pen­dant plu­sieurs...

Spike Lee (La piz­ze­ria en ré­volte) signe là son film le plus am­bi­tieux et ache­vé. Se dé­rou­lant sur plu­sieurs an­nées, le ré­cit dé­crit ri­gou­reu­se­ment l’évo­lu­tion psy­cho­lo­gique et phi­lo­so­phique du pro­ta­go­niste (Den­zel Wa­shing­ton), tan­dis que la re­cons­ti­tu­tion de l’époque et du contexte so­cial force l’ad­mi­ra­tion.

SEL­MA (2014)

En 1965, le pas­teur Mar­tin Lu­ther King or­ga­nise une marche pa­ci­fique entre les villes de Sel­ma et Mont­go­me­ry, en Ala­ba­ma, afin de for­cer le pré­sident Lyn­don B. John­son à don­ner le droit de vote sans res­tric­tion aux ci­toyens noirs.

Por­té par la com­po­si­tion cha­ris­ma­tique et sen­tie de Da­vid Oye­lo­wo (La dame de Katwe) en lea­der faillible et ron­gé par le doute, Sel­ma rend so­bre­ment compte d’un des évé­ne­ments les plus mar­quants de la lutte pour les droits ci­viques. Et ce, mal­gré un scé­na­rio plu­tôt ba­vard, qui compte une ou deux fausses notes au plan his­to­rique.

LO­VING (2016)

1958. Pour scel­ler leur union, Mil­dred et Ri­chard Lo­ving, is­sus de la classe ou­vrière de Vir­gi­nie, doivent al­ler à Wa­shing­ton. Car lui est blanc et elle, noire. Ban­nis de leur État par une dé­ci­sion du tri­bu­nal, ils iront jus­qu’en Cour Su­prême pour faire va­li­der leur ma­riage.

Lo­ving res­semble à ses deux hé­ros. Ef­fa­cés, or­di­naires, pas­sifs. Vi­si­ble­ment, Jeff Ni­chols (Take Shel­ter) a vou­lu se pla­cer à la hau­teur de ces deux pion­niers de la lutte pour les droits des Noirs. Le par­ti pris l’ho­nore, même si on peut re­pro­cher au film son manque d’élan et de pul­sa­tion. Joel Ed­ger­ton (Guer­rier) et Ruth Neg­ga (World War Z) sont néan­moins ex­cel­lents.

Les fi­gures de l’ombre

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.