RAN­DON­NÉES EN­NEI­GÉES EN ÉTHIO­PIE

Le Journal de Montreal - Weekend - - VACANCES - Ja­dri­no Huot Col­la­bo­ra­tion spé­ciale

DEBARK, Éthio­pie | Pour la plu­part, l’Éthio­pie, tout comme le conti­nent sur le­quel elle re­pose, ne rime ha­bi­tuel­le­ment pas avec de hauts som­mets en­nei­gés. Pour­tant, les pla­teaux et pics des mon­tagnes du Si­mien sont sou­vent cou­verts d’un man­teau blanc.

Au-de­là de ce fait éton­nant, ce mas­sif, si­tué dans le nord du pays, compte plu­sieurs som­mets avoi­si­nant les 4500 mètres. Le Ras Da­shan, le plus éle­vé du groupe, dé­passe même quelque peu cette al­ti­tude, alors que les monts Ki­dis Ya­red et Biuat flirtent avec cette hau­teur. Les es­car­pe­ments eux at­teignent jus­qu’à 2000 mètres de pro­fon­deur par en­droits.

Les ori­gines vol­ca­niques du sec­teur, ju­me­lées à l’éro­sion au fil des mil­lé­naires, ont for­mé ces grandes co­lonnes de ba­salte. Cette géo­lo­gie unique a fait en sorte que ce site a été l’un des pre­miers dé­si­gnés par l’UNESCO au pa­tri­moine mon­dial de l’hu­ma­ni­té en 1978.

À PERTE DE VUE

Les ama­teurs de longue ran­don­née peuvent s’en don­ner à coeur joie dans le parc na­tio­nal qui en­globe ces mon­tagnes. Des op­tions al­lant jus­qu’à une dou­zaine de jours y sont dis­po­nibles sur des sen­tiers tou­te­fois pri­mi­tifs.

Les modes d’hé­ber­ge­ment ren­con­trés le long de la route portent aus­si ce qua­li­fi­ca­tif avec, entre autres, des huttes cir­cu­laires nom­mées «tu­kuls». Il y a en fait neuf cam­pe­ments dans le parc et trois lodges com­mu­nau­taires. De 15 à 25 ki­lo­mètres sé­parent cha­cun d’entre eux et cer­tains sont ac­ces­sibles par voi­ture. Il est même pos­sible de se pro­cu­rer des den­rées de base au­près de l’un des quelque 2500 ha­bi­tants du sec­teur.

Vrai, les mon­tées sont par­fois abruptes, mais elles laissent en­suite place à des val­lées ver­doyantes peu­plées de lo­bé­lies géantes, ces plantes aux feuilles char­nues pou­vant croître jus­qu’à trois mètres de haut. Des mules peuvent ce­pen­dant ve­nir prê­ter main-forte pour le tran­sport de ba­gages entre les étapes.

Le point culmi­nant du cir­cuit? Ces vues im­pre­nables qui, par temps clair, s’étendent sur des di­zaines et des di­zaines de ki­lo­mètres, no­tam­ment à par­tir des points cen­traux d’ob­ser­va­tion de Gi­dir Got et lmet Go­go.

ANI­MAUX RARES

Outre les hu­mains, plu­sieurs ani­maux rares font de ces mon­tagnes leur mai­son, comme le bou­que­tin et le loup d’Abys­si­nie, le gé­la­da, un pri­mate s’ap­pa­ren­tant au ba­bouin, ain­si que le ca­ra­cal, plus com­mun, aus­si nom­mé le lynx du dé­sert.

Les oi­seaux de proie sont aus­si bien re­pré­sen­tés dans ce coin du monde avec, par exemple, le gy­paète bar­bu, dont les ailes at­teignent une en­ver­gure de trois mètres, l’aigle de Ver­reaux, le fau­con la­nier et la buse au­gure.

Bref, vous avez plus de chances de voir des ani­maux que des tou­ristes dans le parc na­tio­nal des mon­tages du Si­mien, car on y dé­nombre moins de 25 000 vi­si­teurs par an­née.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.